Opuscules de chirurgie.

MORAND (S.-F.).

Edité par Paris, G.Desprez, 1768-1772.
Ancien(s) ou d'occasion / Couverture rigide / Quantité : 0
Disponible auprès d'autres vendeurs
Afficher tous les  exemplaires de ce livre

Au sujet du livre

Détails bibliographiques


Titre : Opuscules de chirurgie.

Éditeur : Paris, G.Desprez, 1768-1772.

Reliure : Couverture rigide

Etat du livre : Très bon

Edition : 1ère Édition

Ce livre n'est malheureusement plus disponible. Ci-dessous, nous vous proposons d'autres livres correspondant à Opuscules de chirurgie. de MORAND (S.-F.)..

Description :

2 tomes en 1 volume in-4; T.I : (8), 253, (3); T.II : VIII, 306, (2) pp., plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs orné, tranches rouges, présence d'habiles restaurations (coiffes, coins, mors), petit manque de papier à 1 f. (pp. 61-62 de la seconde partie), avec manque de quelques lettres ne gênant pas la compréhension du texte. Bel exemplaire, à très grandes marges. Ouvrage rassemblant l'oeuvre de l¿auteur. Morand fut un pionnier de la neurochirurgie, rapportant plusieurs observations dont une intervention réussie sur un abcès temporo-sphénoïdal (T.I, pp. 161-168). ¿It was one of the first, if not the earliest example of a completely successful operation for abscess in the substance of the brain. ¿ (Walker). Le chapitre II de la seconde partie (pp.17 à 144) est consacré à la taille. Morand s'intéressa beaucoup à cette intervention. Il avait déjà fait paraître un traité sur ce sujet en 1728 et fit un séjour en Angleterre en 1729, pour apprendre auprès de Cheselden la taille de la pierre par l¿appareil latéral. Morand adapta ensuite la méthode de Cheselden en la simplifiant. Il fut le premier en France à pratiquer de façon délibérée une taille hypogastrique, parfaitement décrite, mais qui ne retint pas la faveur de ses contemporains. Elle sera remise en honneur par Jean Baseilhac (Frère Côme) dans la seconde moitié du siècle. Morand rapporte qu'il adopta le principe (déjà mis en pratique par Abulcasis) d'opérer le malade en position déclive, 150 ans avant Trendelenbourg, qui laissa son nom à cette position. Par ailleurs Morand rapporte l'observation célèbre (préalablement publiée dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences) de la femme Supiot, atteinte d'ostéomalacie (T.II, pp. 224-235). D'importants chapitres sont consacrés aux plaies d'arme à feu. On trouve un mémoire sur l'amputation à la hanche, selon une technique personnelle, et des observations sur des sujets variés. Sauveur François Morand (1697-1773), né à Paris, devint comme son père chirurgien. Il fut l'un des chirurgiens les plus novateurs de son époque. Il fut censeur royal et chirurgien en chef de l'hôpital de la Charité, puis chirurgien en chef de l'Hôtel des Invalides. Il a laissé son nom à une structure du cerveau : ergot de Morand (décrite dans Mém. Acad. Sci., 1744). Garrison & Morton, 4851 ; Walker, A history of neurological surgery, 181. N° de réf. du libraire


Opuscules de chirurgie. de MORAND (S.-F.). : Résultats de la recherche

1.

Opuscules de chirurgie.

MORAND (S.-F.).
(NANCY, ., France)
Quantité : 1
Commander
Prix: EUR 2 200
Autre devise
Frais de port : EUR 24,50
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description du livre: Paris, G.Desprez, 1768-1772., 1772. Couverture rigide. État : Très bon. Edition originale. 2 tomes en 1 volume in-4; T.I : (8), 253, (3); T.II : VIII, 306, (2) pp., plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs orné, tranches rouges, présence d'habiles restaurations (coiffes, coins, mors), petit manque de papier à 1 f. (pp. 61-62 de la seconde partie), avec manque de quelques lettres ne gênant pas la compréhension du texte. Bel exemplaire, à très grandes marges. Ouvrage rassemblant l'oeuvre de l¿auteur. Morand fut un pionnier de la neurochirurgie, rapportant plusieurs observations dont une intervention réussie sur un abcès temporo-sphénoïdal (T.I, pp. 161-168). "It was one of the first, if not the earliest example of a completely successful operation for abscess in the substance of the brain." (Walker). Les autres observations sur le sujet concernent des plaies à la tête, des suppurations du cerveau, une fracture étendue du crâne. Le chapitre II de la seconde partie (pp.17 à 144) est consacré à la taille. Morand s'intéressa beaucoup à cette intervention. Il avait déjà fait paraître un traité sur ce sujet en 1728 et fit un séjour en Angleterre en 1729, pour apprendre auprès de Cheselden la taille de la pierre par l¿appareil latéral. Morand adapta ensuite la méthode de Cheselden en la simplifiant. Il fut le premier en France à pratiquer de façon délibérée une taille hypogastrique, parfaitement décrite, mais qui ne retint pas la faveur de ses contemporains. Elle sera remise en honneur par Jean Baseilhac (Frère Côme) dans la seconde moitié du siècle. Morand rapporte qu'il adopta le principe (déjà mis en pratique par Abulcasis) d'opérer le malade en position déclive, 150 ans avant Trendelenbourg, qui laissa son nom à cette position. Par ailleurs Morand rapporte l'observation célèbre (préalablement publiée dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences) de la femme Supiot, atteinte d'ostéomalacie (T.II, pp. 224-235). D'importants chapitres sont consacrés aux plaies d'arme à feu. On trouve un mémoire sur l'amputation à la hanche, selon une technique personnelle, et des observations sur des sujets variés. Sauveur François Morand (1697-1773), né à Paris, devint comme son père chirurgien. Il fut l'un des chirurgiens les plus novateurs de son époque. Il fut censeur royal et chirurgien en chef de l'hôpital de la Charité, puis chirurgien en chef de l'Hôtel des Invalides. Il a laissé son nom à une structure du cerveau : ergot de Morand (décrite dans Mém. Acad. Sci., 1744). Garrison & Morton, 4851 ; Walker, A history of neurological surgery, 181. N° de réf. du libraire 10.403

Afficher tous les résultats