Seconde chance: Débris d'une vie

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par GoodReads )
 
9781517233068: Seconde chance: Débris d'une vie
Présentation de l'éditeur :

RÉSUMÉ

Un homme sort d’un coma qui lui a tout pris : ses souvenirs, son identité. Dans une maison de convalescence il fait la connaissance de Sandrine, une jeune kinésithérapeute qui le soutient dans ses recherches. En quête de son passé, il en vient à se demander si son amnésie est salvatrice et si le doute n’est parfois pas préférable à la réalité.

ILS EN PARLENT…

« Beaucoup d'émotions, de surprises, bonnes et mauvaises… Doutes, espoirs ne sont que de simples mots qui ici prennent tout leur sens sous la plume de Christine Béchar. »
Gabrielle Viszs, Chroniques livresques

« Nous sommes happés par ce récit, on ne peut qu’être bouleversé par cette descente aux enfers de Vincent. Se réveiller un jour sans aucun souvenir de son passé, de sa vie, de ses proches, de ses goûts… Je voudrais vous en dire tant sur cette histoire poignante, bouleversante, émouvante, pleine de rebondissements, d’espoir, d’amour, de remises en question, mais je préfère m’abstenir de peur de gâcher tout le plaisir de la lecture. »
Rosalie Gauchi, Les Reines de la Nuit

EXTRAIT

« … Tout me plaisait en elle : son physique juvénile, son entrain, sa fraîcheur, son humour – même si elle riait souvent à mes dépens –, sa fougue aussi. Moi qui avais flirté avec la mort, je venais de rencontrer la vie. Elle m’avait appris à rire, à jouir, à espérer… à aimer. L’aimer elle et les autres, mais aussi moi-même, car si elle s’était éprise de moi, je ne pouvais pas être un si mauvais bougre. J’avais même le sentiment de rajeunir à ses côtés. J’avais repris du poids, des couleurs, mais surtout goût à la vie. J’avais réappris à dormir à l’horizontale, alors que dans le milieu hospitalier, mon matelas avait en permanence été redressé au niveau de la tête. En dormant à son flanc, la hantise de m’étouffer durant mon sommeil avait disparu. Mon humeur avait, elle aussi, bénéficié de notre cohabitation. Je n’étais plus que très rarement revêche et maussade. Ma tête s’en portait mieux. Mes migraines s’étaient espacées, elles avaient perdu en vivacité. Malheureusement, elles pouvaient toujours me tomber dessus comme la foudre, le plus souvent en pleine nuit. Je me réveillais alors en sueur. Sandrine n’était pas dupe. Depuis que nous partagions le même lit, elle avait établi la corrélation entre mes maux de tête et mes cauchemars… »

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande