Articles liés à Le feu: Journal d'une escouade

Barbusse,Henri Le feu: Journal d'une escouade

ISBN 13 : 9782070454648

Le feu: Journal d'une escouade

Note moyenne 3,83
( 1 788 avis fournis par Goodreads )
 
9782070454648: Le feu: Journal d'une escouade
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
- Ils te diront, grogna un homme à genoux, penché, les deux mains dans la terre, en secouant les épaules comme un dogue : Mon ami, t'as été un héros admirable !'' J'veux pas qu'on m'dise ça ! Des héros, des espèces de gens extraordinaires, des idoles ? Allons donc ! On a été des bourreaux. On a fait honnêtement le métier de bourreaux. On le r'fera encore, à tour de bras, parce qu'il est grand et important de faire ce métier-là pour punir la guerre et l'étouffer. Le geste de tuerie est toujours ignoble - quelquefois nécessaire, mais toujours ignoble. Oui, de durs et infatigables bourreaux, voilà ce qu'on a été. Mais qu'on ne me parle pas de la vertu militaire parce que j'ai tué des Allemands . Prix Goncourt en 1916, Le feu est le témoignage poignant de l'horreur des tranchées par un survivant. Il reste un chef-d'oeuvre de la littérature de guerre.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :
Extrait de l'introduction

«C'est nous la matière de la guerre. La guerre n'est composée que de la chair et des âmes des simples soldats.»

Le Feu, sous-titré Journal d'une escouade, paraît d'abord en feuilleton dans L'Œuvre à l'automne 1916. Le succès est tel qu'un volume est publié dès la fin du mois de novembre et obtient le prix Goncourt 1916. Aujourd'hui encore, le nom de Barbusse reste attaché à ce récit, à la fois témoignage et hommage, «à la mémoire des camarades tombés à côté de moi à Crouy et sur la cote 119».
Pourtant Barbusse a déjà une carrière d'écrivain derrière lui : un recueil de poèmes, Pleureuses, paru en 1895, et deux romans, Les Suppliantes (1903) et L'Enfer (1908). Mais l'expérience des tranchées, vécue volontairement en tant que simple soldat alors que son âge et son état de santé lui auraient permis de s'y soustraire, va transformer Barbusse en porte-parole et même en porte-voix : porte-parole de ses frères d'armes, les simples poilus, ceux à qui la parole est confisquée ; porte-voix de la réalité de la guerre à destination des civils, ceux de l'«arrière». Car c'est aussi contre la censure et la propagande, relayées par les journaux et dont la «virée» des poilus dans une ville de l'arrière permet de mesurer l'ampleur (chap. XXII), qu'il s'agit de s'élever. Le «civil», c'est d'abord celui à qui la guerre est étrangère, qui continue à vivre, qui est heureux «quand même» (chap.xii); c'est aussi, souvent, l'«embusqué», qui a réussi par d'habiles manoeuvres à se préserver du danger (chap. IX) ; c'est quelquefois le profiteur de guerre, qui s'enrichit du dénuement du poilu : ainsi des habitants de Gauchin-l'Abbé (chap. V). Mais le civil est aussi celui qui attend, qui écrit, dont le souvenir et les lettres permettent de «tenir» : «Ça n'vous réchauffe pas, mais ça fait semblant» (chap. XIV, p. 125). Le témoignage de Barbusse va ainsi relier l'«arrière» et l'«avant», rendre enfin accessible aux uns la réalité des tranchées, tout en libérant la parole des autres.
Sa volonté de rendre compte de l'expérience vécue du front, et non pas d'une guerre fantasmée et mythifiée, s'incarne également dans la présentation d'activités quotidiennes, souvent routinières (les corvées, le rangement du «barda»), rythmées par les conversations - parfois les disputes - entre les «copains» de l'escouade et leur solidarité presque sans faille. L'escouade, la deuxième famille des poilus, est un groupe très restreint et qui constitue véritablement le cercle relationnel quotidien. Dans Le Feu, l'armée n'est pas une entité abstraite, elle s'incarne dans des individualités, des êtres de chair et de sang, possédant noms, professions, physiques, caractères. Une grande partie du chapitre II est ainsi consacrée à la présentation des membres de l'escouade. Quant au quotidien du poilu, il est surtout fait d'attente : attente du repas, des lettres, du moment de monter en première ligne... Le combat lui-même ne fait l'objet d'aucune mythification : à l'idéal abstrait qui imagine «les petits soldats qui meurent en riant», Barbusse oppose la réalité concrète et vécue. La guerre, c'est d'abord une souffrance physique constante qui ne cesse que pendant les rares moments de sommeil et ne s'achève le plus souvent qu'avec la mort. Le Feu raconte ainsi les marches interminables, la boue, la pluie, le froid, la crasse, et, pour finir, les blessures et la mort atroces. La seule échappatoire étant la «bonne blessure», celle qui ne tue pas mais permet d'être évacué, et qui devient l'unique horizon.
Biographie de l'auteur :
Henri Barbusse est né en 1873 à Asnières-sur-Seine. Diplômé d'une licence ès lettres, il a eu pour professeurs Stéphane Mallarmé et Henri Bergson. Il se passionne très tôt pour l'écriture et envoie ses poèmes à L'Echo de Paris littéraire illustré, revue dirigée par Catulle Mendes, dont il épousera la fille, Hélvonne, en 1898. Pleureuses (1895), un recueil de poèmes remarqué, lui ouvre les portes du Paris littéraire de l'époque. Il poursuit son oeuvre poétique avec Les suppliants (1903) et fait publier un roman, L'enfer (1908), qui met en scène un ouvrier prisonnier de la solitude et de la misère. Lorsque éclate la Grande Guerre, Barbusse, philanthrope, s'engage dans l'année française. Il s'y distingue par sa bravoure et reçoit la Croix de guerre avant d'être réformé en 1917. Il relate l'horreur des tranchées et de la guerre dans Le feu (1916), qui reçoit le prix Goncourt la même année, puis dans Clam"1919). Henri Barbusse rallie le parti communiste, radicalise peu à peu son discours et rencontre en 1933 Staline sur qui il écrira un livre. Lors de ses voyages en Europe et aux Etats-Unis, Henri Barbusse prône la paix et la justice sociale, dénonce les régimes fasciste et nazi. Il organise le "Congrès des écrivains pour la défense de la culture" à Paris puis se rend à Moscou où il meurt en août 1935, tandis que se déroule le VIIe Congrès de l'Internationale communiste. Il repose au Père-Lachaise, face au mur des Fédérés.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Autres éditions populaires du même titre

9782035880154: Le Feu

Edition présentée

ISBN 10 :  ISBN 13 :  9782035880154
Editeur : Larousse, 2015
Couverture souple

9782253047414: Le Feu : journal d'une escouade ; Carnets de Guerre

Le Liv..., 2010
Couverture souple

9782211215169: Le Feu

ECOLE ..., 2014
Couverture souple

9782081309906: Le Feu: Journal d'une escouade

FLAMMA..., 2014
Couverture souple

9780341646020: Le Feu

Wentwo..., 2018
Couverture rigide

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image d'archives

Barbusse, Henri
Edité par FOLIO (2013)
ISBN 10 : 2070454649 ISBN 13 : 9782070454648
Neuf Quantité disponible : 1
Vendeur :
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur

Description du livre Etat : Neuf. N° de réf. du vendeur 9782070454648

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 7,50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 6,91
Vers France
Destinations, frais et délais