Innommable et innombrable. De la vieillesse, considérée comme une épidémie

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par GoodReads )
 
9782100709441: Innommable et innombrable. De la vieillesse, considérée comme une épidémie
Extrait :

Extrait de l'introduction

L'âge s'empare de nous par surprise
Goethe

Longtemps, quelques rares vieillards furent des figures du possible. On les observait dans les cabinets des successeurs d'Hippocrate, on rêvait de s'emparer de leur secret, on les imaginait bénis des dieux ou oubliés de la mort. Ils donnaient l'occasion aux philosophes de réfléchir à la condition humaine et au temps.

«Selon la formule célèbre de Jean Fourastié, la vieillesse était autrefois, "le couronnement d'une carrière exceptionnelle".»

Leur rareté soulignait l'extravagance du phénomène, leur existence violait la loi du moment qui voulait une vie brève, sans grand espoir de la prolonger...
Pourtant, de meilleures conditions de vie, de nouvelles techniques de conservation des aliments, une médecine plus sûre d'elle, des guerres et des épidémies moins fréquentes eurent raison d'une vie faite essentiellement de jeunesse. On vécut plus longtemps sans pour autant que la vie devînt longue, mais elle couvrait déjà des territoires inhabituels pour une grande part de la population.
Enfin, à force de longues métamorphoses sociales et d'une meilleure fortune, à force de découvertes et de soins, à force d'acharnement à lutter contre la mort fatale ou héroïque, voilà que la majorité d'entre nous atteint l'âge de la vieillesse, et la promesse d'un grand âge se mue en une réalité plus largement partagée. Pourtant, qu'entendons-nous ? On se plaint, on rechigne, on ergote, on minaude sur ce qu'hier on trouvait désirable... A peine avons-nous eu le temps de nous en apercevoir que cet incroyable étirement de la durée de vie ne sonne déjà plus comme une clameur mais comme un glas. Que s'est-il donc passé pour que cette appétence en éveil, ce dessein réformé en espoir, ces impatiences individuelles du long cours mues en exigence sociale, finissent sous l'influence de forces occultes par ressembler pour les uns à une descente aux enfers, pour les autres à une civilisation qui se meurt empoisonnée, pour la plupart à une catastrophe humaine et économique ? Sommes-nous blasés par ce doublement de la durée d'existence qui, une fois vécue, devient un acquis et non plus une conquête ou bien cette nouvelle matière pétrie par le temps n'est-elle pas à la hauteur de l'or convoité ?
Quelle que soit la réponse, nous prenons conscience que nous sommes porteurs d'une vision absolument paradoxale d'une vieillesse qui apparaît, eu égard aux périodes historiques précédentes, comme un surplus de vie qui nous tue. Nous voilà habités par l'étrangeté d'une métamorphose. Cette attitude qui heurte le bon sens peut être mise en évidence au travers de deux symptômes qui nous adressent des signaux apparemment contraires, tout en pointant sur ce fait social le même index ravageur. Un peu comme une violente lumière clignotante nous rend tout aussi aveugles durant l'éclair lumineux qu'en son absence, la vieillesse est tour à tour l'objet d'une tentative d'effacement puis d'une exposition sous le feu cru des projecteurs... La voilà innommable, inlassablement et vainement cernée par une succession de vocables qui s'épuisent dans cette mièvre volonté de la dire ; la revoici innombrable, avec une surabondance de chiffres qui se déversent à longueur de propos et qui noient son essence dans un magma statistique devenu la réalité même dont on discutera sans fin. Comme toute population marginale, nous pourrions dire, vieillesse tantôt visible, tantôt invisible, mais avec une originalité et pas des moindres puisqu'elle en tire, nous allons le voir, en quelque sorte sa nature publique : le nombre d'individus qui la compose. Hormis cela, nous pouvons effectivement associer la vieillesse à l'analyse qui veut que :

«D'un côté, les exclus sont toujours trop rapidement identifiés. [...] D'un autre côté, les exclus sont souvent rendus invisibles. [...] Ces deux considérations de l'exclusion peuvent sembler contradictoires tant la première établit une fiche signalétique de l'exclu alors que la seconde s'efforce de le faire sortir de tous les champs de perception. En réalité, là se trouve révélée l'ambiguïté du traitement social, anthropologique et politique de l'exclusion.»

Effacée sans cesse par les vaines et frauduleuses tentatives de la nommer, renaissant envers et contre tout par une comptabilité omniprésente de ses représentants, comptabilité qui opère sur un objet dont la nature change en fonction des situations, des interlocuteurs, des actions, des organisations, des intérêts et des peurs, la vieillesse signe ainsi notre extrême ambiguïté à son égard. Elle se pare d'un désir de continuer à vivre tout en arborant le visage de la mort, elle semble pouvoir offrir un moment de détachement et de sérénité et nous la parons d'un activisme outrancier, elle est l'occasion de profiter de biens accumulés par la durée et nous lui reprochons sous des dehors vertueux de vouloir encore jouir... Ambivalence, quand tu nous tiens ! Oh que nous l'aimerions si elle ne ressemblait pas à elle-même...

Présentation de l'éditeur :

« Enfin, à force de longues métamorphoses sociales et d’une meilleure fortune, à force de découvertes et de soins, à force d’acharnement à lutter contre la mort fatale ou héroïque, voilà que la majorité d’entre nous atteint l’âge de la vieillesse, et la promesse d’un grand âge se mue en une réalité plus largement partagée. Pourtant, qu’entendons-nous ?
On se plaint et l’on craint ce qu’hier on trouvait désirable… À peine avons-nous eu le temps de nous en apercevoir, que cet incroyable étirement de la durée de vie ne sonne déjà plus comme une clameur, mais comme un glas. Que s’est-il donc passé pour que cette exigence sociale finisse, sous l’influence de forces occultes, par ressembler pour les uns à une descente aux enfers, pour les autres à une civilisation qui se meurt empoisonnée, pour la plupart à une catastrophe humaine et économique ? »
 

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Jean-Jacques Amyot
ISBN 10 : 2100709445 ISBN 13 : 9782100709441
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97821007094410000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 34,72
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Jean-Jacques Amyot
Edité par Dunod (2014)
ISBN 10 : 2100709445 ISBN 13 : 9782100709441
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Dunod, 2014. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782100709441

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 23
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

Amyot, Jean-Jacques
Edité par DUNOD (2014)
ISBN 10 : 2100709445 ISBN 13 : 9782100709441
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre DUNOD, 2014. Paperback. État : NEUF. " Enfin, à force de longues métamorphoses sociales et d'une meilleure fortune, à force de découvertes et de soins, à force d'acharnement à lutter contre la mort fatale ou héroïque, voilà que la majorité d'entre nous atteint l'âge de la vieillesse, et la promesse d'un grand âge se mue en une réalité plus largement partagée. Pourtant, qu'entendons-nous ?On se plaint et l'on craint ce qu'hier on trouvait désirable. À peine avons-nous eu le temps de nous en apercevoir, que cet incroyable étirement de la durée de vie ne sonne déjà plus comme une clameur, mais comme un glas. Que s'est-il donc passé pour que cette exigence sociale finisse, sous l'influence de forces occultes, par ressembler pour les uns à une descente aux enfers, pour les autres à une civilisation qui se meurt empoisonnée, pour la plupart à une catastrophe humaine et économique ? " - Nombre de page(s) : 272 - Poids : 428g - Genre : Sociologie Faits de société, Témoignages contemporains, Actualité, Biographies SANTE SOCIAL. N° de réf. du libraire N9782100709441

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 23
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

4.

Jean-Jacques Amyot
Edité par Dunod
ISBN 10 : 2100709445 ISBN 13 : 9782100709441
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Dunod. Paperback. État : Brand New. In Stock. N° de réf. du libraire zk2100709445

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 35,04
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 6,89
De Royaume-Uni vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais