La suprématie aérienne en péril - Menaces et contre-stratégies à l'horizon 2030

 
9782110095701: La suprématie aérienne en péril - Menaces et contre-stratégies à l'horizon 2030
Extrait :

Introduction générale : la suprématie aérienne, un présupposé stratégique fragile

Tout au long de la brève histoire de la puissance aérienne, la maîtrise du ciel s'est révélée indispensable au succès des opérations, de la campagne de Normandie en 1944 à celle de Libye en 2013, en passant par la guerre des Six Jours. Au fur et à mesure que l'aviation trouvait sa place dans la stratégie militaire, il est apparu de plus en plus clairement que l'obtention de la supériorité aérienne, même locale et momentanée, constituait un préalable obligé à toutes les autres missions offensives associées à la troisième dimension (appui-feu, interdiction, bombardement stratégique). En sens inverse, cette supériorité représente, pour celui qui la subit, un obstacle dirimant au point d'interdire toute manoeuvre terrestre d'envergure.

Cette réalité stratégique semble se vérifier plus encore depuis la guerre du Golfe ; au cours de celle-ci, et sous l'impulsion des États-Unis, la maîtrise de la troisième dimension s'est affirmée comme l'un des attributs les plus caractéristiques de la puissance militaire occidentale contemporaine. Composante indispensable d'une manoeuvre interarmées ou force de décision autonome, l'arme aérienne apparaît aujourd'hui comme le véritable «cheval de trait» des interventions militaires des dernières décennies. Les causes de cette prééminence sont multiples, des vertus militaires propres à la puissance aérienne jusqu'à l'aversion politique aux pertes et à la préférence occidentale pour les engagements à distance de sécurité.

La centralité de l'arme aérienne dans les dispositifs militaires occidentaux, et son corollaire, l'acquisition de la supériorité aérienne, font désormais figure d'évidences jamais remises en question, et pour ainsi dire de véritables impensés des postures stratégiques occidentales. Alors que les souvenirs des dernières pertes massives d'appareils, et même d'opposition aérienne sérieuse, se font de plus en plus lointains, nations et opinions publiques occidentales en sont en effet venues à tenir pour acquise la supériorité et même la suprématie aériennes dans l'immense majorité de leurs scenarii.

De fait, les progrès considérables effectués par l'arme aérienne au cours des trente dernières années permettent d'affirmer, avec Benjamin Lambeth, que cette dernière a désormais atteint sa pleine maturité stratégique. À partir des années 1970, le développement en parallèle des munitions de précision (PGM), des capacités de suppression des défenses aériennes (SEAD), de capteurs tout temps, ainsi que des fonctions C4ISTAR et des plateformes aériennes de radar de veille, ont suscité une synergie permettant l'avènement d'un modèle militaire occidental que l'on pourrait presque qualifier d'aérocentré.

(...)

Présentation de l'éditeur :

L'arme aérienne est une caractéristique des puissances militaires occidentales, en raison de son coût élevé. Or, l'Airpower domine sur le plan militaire. La contre-stratégie aérienne est née de la volonté de lutter contre cette supériorité. Le numéro 8 de Stratégie aérospatiale retrace le parcours de la suprématie de l'aéronautique, et fait le tableau des contre-stratégies aériennes existantes. L'émmergeance de ces contre-stratégies oblige les armées occidentales à s'adapter, afin de ne pas perdre leur supériorité militaire.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande