Alexandre NAJJAR Le roman de Beyrouth

ISBN 13 : 9782259198493

Le roman de Beyrouth

Note moyenne 3,6
( 67 avis fournis par GoodReads )
 
9782259198493: Le roman de Beyrouth

1

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Extrait du prologue

- On ne me prendra pas Beyrouth !
L'homme vient de fêter ses quatre-vingts ans, mais il parle avec la fougue de ses vingt ans. Dans cette vieille maison, au coeur de la montagne libanaise, assis sur son lit, vêtu d'un pyjama rayé, il me regarde sans me voir. Il a les cheveux taillés en brosse, le visage allongé, le front haut, le nez droit. Il a dû être beau. Il s'exprime avec force et clarté, dans un français châtié, mais en roulant les r. Sa mémoire est prodigieuse, capable de reconstituer dans le détail tous les événements dont il a été le témoin ou que ses proches ont connus. Point de digressions dans son récit : il sait où il va, même quand il s'attarde sur des souvenirs d'enfance qui nous éloignent de notre propos. Il n'invente pas, ou si peu, émaille ses histoires d'interrogations, de dictons, de pensées érudites. Sur une étagère, à côté d'une statuette représentant la Vierge de Harissa, trône un appareil photo portant la marque Rolleiflex. Au mur, une photo de famille encadrée, représentant un couple et trois enfants : deux garçons et une fille.
En tâtonnant, il ouvre le tiroir de sa commode, en sort un coffret contenant des documents et des photos jaunies.
- Toute mon histoire est là, me dit-il en tapotant la cassette. Quelques clichés, les éphémérides de mon grand-père, le carnet de mon père, deux ou trois lettres, c'est tout. Je n'ai pas tenu de journal (la tâche est fastidieuse !), sauf en 1945 et en 2000 - deux années charnières du siècle passé. Je te les confie : je sais que tu en feras bon usage.
Il lâche un long soupir, puis continue :
- Rizkallah ! La majeure partie de mon existence, c'est place des Canons que je l'ai passée. Cette place était unique au monde ; elle symbolisait le pays. Les Libanais, toutes confessions ou classes confondues, se retrouvaient là : les chrétiens y côtoyaient les musulmans et les juifs ; les riches, les pauvres. A présent, il n'y a plus rien : la place des Canons a disparu !
Monsieur Philippe dit vrai. Ce matin, avant de me rendre chez lui, j'ai essayé en vain de reconstituer la place des Canons - connue aussi sous le nom de place des Martyrs ou place de la Tour (Al Bourj) -, de retrouver des vestiges, des repères, capables de me réconcilier avec le passé de mon pays. Debout à côté de la cathédrale dédiée à saint Georges - qui aurait terrassé le dragon à Beyrouth ! -, au pied d'une imposante mosquée surmontée de quatre minarets, je n'ai pas reconnu ce lieu mythique pourtant présent sur les cartes postales et dans tous les guides du Liban. Qu'est-elle devenue, cette place que la guerre - et les bulldozers de la reconstruction - a ravagée ? Rien. Rien n'a survécu : ni les cinémas, ni les cafés, ni le tramway, ni la foule bigarrée... Il ne reste plus qu'une vaste esplanade traversée par un boulevard et la carcasse du cinéma City Center, pareille à une baleine endormie. Le bâtiment de la préfecture de police qui abritait autrefois l'hôtel khédivial ? Disparu. Le monument aux Martyrs ? Déplacé. L'immeuble Rivoli ? Dynamité. A-t-on voulu, en transformant la configuration du site, brouiller les mémoires ? A-t-on voulu, en l'effaçant, faire table rase d'une époque ? Trop d'histoires, trop de souvenirs, trop de symboles liés à cet endroit : la place des Canons gênait. Un concours international a, paraît-il, été lancé pour trouver à la place une «nouvelle identité». Pourquoi changer son identité ?

Présentation de l'éditeur :

Tout commence en 1858, place des Canons, à Beyrouth. Pris par le démon de la révolte, un tranquille fonctionnaire du Consulat de France, Roukoz, décide de pousser à la rébellion les paysans de son village natal maltraités par les féodaux... Et l'Histoire se met en branle : révolution, proclamation de la première République d'Orient... La libération du Liban est en marche ! Cette histoire aux multiples soubresauts, la mythique Beyrouth en fut le coeur écartelé. Alexandre Najjar nous la fait revivre à travers trois générations d'une famille libanaise. Histoire où la tragédie côtoie sans cesse le cocasse, magnifiée par la mémoire de Philippe, le vieux narrateur aveugle, dernier survivant des petits-fils de Roukoz, qui se souvient tout haut pour nous. Combinant adroitement fiction et réalité, Alexandre Najjar accomplit le rêve de son héros Philippe : ressusciter Beyrouth, sa ville crucifiée, en donnant vie à ceux qui l'ont aimée.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 219,33

Autre devise

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Alexandre NAJJAR
Edité par PLON (2005)
ISBN 10 : 225919849X ISBN 13 : 9782259198493
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Irish Booksellers
(Rumford, ME, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre PLON, 2005. Paperback. État : New. book. N° de réf. du libraire 225919849X

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 219,33
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais