La Dague et la Fortune - T1

Note moyenne 3,78
( 14 988 avis fournis par GoodReads )
 
9782266242530: La Dague et la Fortune - T1
Extrait :

Extrait du prologue

L'apostat

L'apostat se tapit à l'ombre du rocher et pria, sans s'adresser à personne en particulier, pour que les créatures chevauchant les mules dans le col en contrebas ne lèvent pas les yeux. Ses mains lui faisaient mal, les muscles de ses jambes et de son dos tremblaient d'épuisement. Le mince tissu de ses robes cérémonielles s'agitait contre lui dans un vent froid chargé de poussière. Il prit le risque de baisser les yeux sur la piste.
Les cinq montures s'étaient arrêtées, mais les prêtres n'avaient pas mis pied à terre. Leurs robes étaient plus lourdes, plus chaudes. Les épées anciennes attachées dans leur dos scintillaient d'un éclat vert malveillant dans la lumière du matin. Des lames forgées par les dragons. Ce qui signifiait la mort pour leurs victimes. Avec le temps, le poison tuerait tout autant leurs porteurs. Raison de plus, se dit l'apostat, pour que ses anciens frères l'éliminent rapidement avant de rentrer chez eux. Personne ne voulait porter ces lames plus que nécessaire. On ne les employait qu'en cas d'extrême urgence ou de colère meurtrière.
Bon. Au moins, il était pris au sérieux, c'était flatteur.
Le prêtre menant le groupe de traqueurs se releva sur sa selle, les yeux plissés dans la lumière. L'apostat reconnut sa voix.
- Montre-toi, mon enfant, cria le haut prêtre. Tu n'as nulle part où aller.
L'estomac de l'apostat se tordit. Il se prépara à descendre, avant de s'arrêter.
Sans doute, se dit-il. Il n'y a sans doute aucune échappatoire. Mais peut-être que si.
Sur la piste, les silhouettes aux robes sombres pivotèrent pour discuter. Il ne pouvait pas entendre ce qu'elles disaient. Il patienta, son corps se faisant plus raide, plus froid. Comme un cadavre qui n'aurait pas eu la grâce de mourir. Une demi-journée parut s'écouler tandis que les chasseurs en contrebas discutaient entre eux, bien que le soleil ait à peine changé de position dans le ciel bleu sans nuages. Puis, tout à coup, les mulets se remirent en marche.
Il n'osa pas bouger de peur de faire rouler un caillou jusqu'au pied de ces falaises abruptes. Il essaya de ne pas sourire. Lentement, les choses qui autrefois étaient des hommes firent descendre à leurs montures la piste conduisant dans la vallée, avant d'emprunter un large coude vers le sud. Quand le dernier d'entre eux se trouva hors de vue, il se redressa, les mains sur les hanches, étonné. Il était encore en vie. Ils n'avaient pas su le trouver finalement.
Malgré tout ce qu'on lui avait appris, tout ce qu'il avait cru jusqu'à il y a peu, les dons de la déesse-araignée ne montraient pas la vérité. Ils donnaient quelque chose à ses serviteurs, c'était vrai, mais pas la vérité. De plus en plus, sa vie entière semblait avoir quitté une toile de mensonges crédibles. Il aurait dû se sentir perdu. Dévasté. Mais il avait l'impression d'avoir quitté une tombe et d'être revenu à la vie. Il se rendit compte qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire.
La distance lui restant à gravir sur la pente ouest l'épuisa. Ses sandales glissèrent. Il dut lutter pour trouver des prises. Mais alors que le soleil atteignait son apogée, il rejoignit la crête. À l'ouest, une chaîne de montagnes s'étirait, surplombée de lourds nuages d'orage, formant un doux voile gris. Mais au loin, il vit le sol se relever. S'aplanir. La distance rendait les plaines gris-bleu et le vent au sommet de la montagne lui coupait la peau. Des éclairs illuminèrent l'horizon. Comme pour leur répondre, un faucon hurla.
Seul et à pied, il en aurait pour des semaines. Il n'avait pas de nourriture et pire, pas d'eau. Il avait passé les cinq dernières nuits dans des grottes et des buissons. Ses anciens frères et amis - les hommes qu'il avait connus et aimés toute sa vie - passaient au peigne fin les pistes et les villages, déterminés à le tuer. Des lions de montagne et des loups géants chassaient dans les hauteurs.
Il fît courir une main dans ses cheveux raides et soupira avant de se lancer dans la descente. Il serait sans doute mort avant d'atteindre le Keshet et une ville assez grande pour se fondre dans la masse.
Mais sans doute seulement.

Présentation de l'éditeur :

Autrefois, les dragons régnaient sans partage sur le monde. Puis ils ont disparu de la surface de la Terre... et la magie avec eux. Les royaumes des hommes ont survécu, de même que les sanglantes intrigues de cour qui les animent. Cithrin, orpheline, surdouée de la finance, Marcus, ancien soldat brisé par la mort de sa femme et de sa fille, et Geder, noble philosophe en quête des origines du monde, n'ont rien en commun. Pourtant, ces trois personnages vont se croiser sur l'échiquier d'un terrible conflit annoncé. Un conflit qui, une fois déjà, a détruit le monde. Et ouvert la Voie du Dragon. " Tout ce que j'aime en fantasy ! " George R. R. Martin " Un début de série qui nous donne envie de dévorer immédiatement la suite ! " elbakin.net

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 13,63

Autre devise

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Daniel HANOVER
ISBN 10 : 2266242539 ISBN 13 : 9782266242530
Neuf(s) Quantité : 1
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97822662425300000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 13,63
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais