9782352900825: Les Erreurs dans la peinture
Extrait :

Extrait de l'introduction

Aborder l'histoire de l'art sous l'angle de l'erreur est une invitation à sortir des sentiers battus pour porter un regard inédit sur des oeuvres belles et remarquables qui nous semblaient si familières jusque-là que nous pensions en avoir percé tous les secrets. Menée comme une enquête ludique, cette démarche atypique permet est une invitation d'aborder les oeuvres de façon originale, de passer de l'étonnement au questionnement, puis, à l'analyse de l'anomalie détectée. On constate alors que l'erreur influence le rapport du spectateur au tableau, qu'elle crée un lien avec lui quand, après l'avoir repérée, il l'a comprise. Il ne s'agit en aucune façon de faire un procès d'intention aux peintres mais de créer une intimité et d'entrer en connivence avec leurs oeuvres.
Chercher l'erreur, c'est d'abord jouer avec le mot et se pencher sur son champ lexical. Là, s'ouvre un registre très large de qualificatifs qui, appliqués à notre propos, montrent la subtilité des situations auxquelles chaque tableau nous renvoie : la faute, la confusion, l'inexactitude, l'écart, la méprise, le contresens, le malentendu, l'illusion, le quiproquo, l'incongruité, l'anachronisme, la négligence, l'anomalie.

L'erreur la plus immédiatement décelable mais qui prête peu à conséquence est celle qui relève de la négligence technique ou de l'inexactitude anatomique : un bras qui n'en finit pas de se déployer, des vertèbres en trop, une allure improbable... On comprend vite que l'intérêt du peintre est ailleurs tout préoccupé qu'il est par sa propre recherche plastique.
La faute chronologique est un type d'erreur que l'on croise fréquemment. Une adoration des mages en pleine Renaissance, quel anachronisme ! L'enquête révèle que le mélange des temps dans une même toile ne relève pas d'une ignorance mais de la volonté de l'artiste qui cherche à travers elle à transmettre un message universel ou personnel. L'erreur dans ce cas participe de la lecture symbolique de la scène. La peinture d'Histoire porte en elle, par essence, de prévisibles malentendus. L'artiste, quand il est dépendant d'un commanditaire qu'il doit flatter, l'idéalise souvent en dépit de la vérité. Porté par le vent de l'Histoire, il peut aussi tomber sous le charme des grandes idées politiques ou religieuses de son temps et les exalter dans ses oeuvres au mépris de l'objectivité la plus élémentaire. Il arrive parfois que l'artiste cède à la dérive propagandiste ou au contraire cherche à dénoncer. Quoi qu'il en soit, le résultat est le même et le peintre est amené à travestir les faits pour distiller son message. Tout l'enjeu pour nous est de déjouer le piège ! Selon sa personnalité, l'artiste peut choisir de rétablir la vérité, parfois très discrètement, en glissant dans son oeuvre le détail qui trahit la manipulation.
Quant au registre symbolique, il favorise les contresens : lorsque le peintre cherche à représenter une idée par une figure détournée, il donne à voir un élément qui nous paraît au premier abord exagéré et que l'on juge fort peu conforme à la réalité. Cela nous oblige alors à adapter notre regard pour comprendre le discours allégorique.

Inversons maintenant le propos et considérons qu'au détour de l'enquête, nous remarquions une erreur là où, en fait, il ne s'en trouve pas. Deux interprétations possibles : dans un cas, nous sommes victimes de on-dit ou de légendes ancestrales qui avaient donné à la supposée incongruité le statut de vérité officielle. L'artiste fait preuve d'une belle indépendance en ne cédant pas à la rumeur. Dans l'autre cas, le peintre, imprégné de la culture de son époque, use d'un langage codé qui, s'il est parfaitement clair pour ses contemporains, est incompréhensible pour nous aujourd'hui qui ne vivons plus dans le même contexte et qui avons perdu les clefs de ce vocabulaire iconographique. L'enquête n'aboutira peut-être jamais et les oeuvres garderont leurs mystères... Dans cette veine, certaines natures mortes des XVIe siècles et XVIIe siècles demeurent pour nous de bien énigmatiques rébus !

Reste la question des artistes modernes et contemporains. Peut-on toujours parler d'erreurs dans la peinture du XXe siècle ? L'art moderne nous a habitué à appréhender le monde à travers le prisme de la déstructuration, voire de la provocation. Le nouveau statut de l'oeuvre d'art dépasse largement les frontières du tangible et du rationnel pour nous entraîner vers l'inconscient et le détournement. Toutefois, il nous arrive de rester prisonniers de canons traditionnels et, face à certaines oeuvres, notre perception est chamboulée. De nouveaux codes d'ordre plastique ou franchement personnels à l'artiste nous plongent dans le malentendu, faisant obstacle à notre compréhension. Une investigation menée plus avant, nous livre les clefs du langage pictural de l'artiste ; nous le rejoignons enfin dans ses interrogations et c'est d'ailleurs bien souvent ce qu'il attend de nous !

Présentation de l'éditeur :

L'ouvrage

Rubens est sans scrupule. Lorsqu'il peint un combat de fauves, il mélange lion, panthère et tigre, des animaux qui ne pourraient jamais se croiser dans la nature. Mais avec cette entorse à la réalité, c'est l'exotisme qui devient plus réel. Quand Ingres peint une femme, il n'hésite pas à lui ajouter des vertèbres, lui peindre des bras exagérément longs, des hanches beaucoup trop galbées, et à la représenter dans une position qui défie les lois de la nature. Elle n'en est alors que plus sensuelle et désirable.
On soupçonne rarement que des erreurs se soient glissées dans les grands classiques de la peinture. Pourtant, les peintres se moquent des saisons, des climats, des époques et des mythes. Depuis toujours, ils se jouent de la réalité et comme le disait si bien Véronèse, « Nous autres les peintres, nous prenons de ces licences que prennent les poètes et les fous ».

Ici, on relit l'histoire de la peinture sous un angle nouveau et inattendu : celui de l'erreur. En 34 chefs-d'oeuvre, de Van Eyck à Véronèse, de Manet à Matisse, et de Picasso à Basquiat, ce beau livre pointe les confusions, les quiproquos, les anachronismes, et les inexactitudes que des génies de la peinture ont fait figurer, volontairement ou non, dans leurs oeuvres. Mais on s'apercevra aussi que parfois, c'est dans notre regard de spectateur que réside l'erreur !
Avec Les Erreurs dans la peinture, on ouvre les yeux sur ce qu on ne voit pas habituellement...

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Christiane Lavaquerie-Klein; Jean Poderos; Laurence Paix-Rusterholtz
Edité par COURTES ET LONGUES (2011)
ISBN 10 : 2352900824 ISBN 13 : 9782352900825
Neuf(s) Paperback Quantité : 2
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre COURTES ET LONGUES, 2011. Paperback. État : NEUF. Ce tableau est un chef-d'oeuvre et pourtant.Que fait le reflet de l'homme dans le miroir ? Et celui de la serveuse, pourquoi est-il décalé ? Manet s'est trompé ou. il l'a fait exprès ! Ce livre est une histoire de la peinture vue sous un angle nouveau et inattendu : l'erreur. 34 chefs-d'oeuvre, de Van Eyck à Véronèse et de Manet à Matisse, pour percer le secret d'un anachronisme, d'une confusion, d'un contresens, d'un écart, d'un quiproquo ou d'une approximation.Et découvrir que parfois c'est dans notre regard que réside l'erreur. Avec Les Erreurs dans la peinture, on ouvre les yeux sur ce qu'on ne voit pas. - Poids : 1086g - Genre : Monographie Histoire de l'art Essais Dictionnaires. N° de réf. du libraire N9782352900825

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 2,99
Vers France
Destinations, frais et délais

2.

Christiane Lavaquerie-Klein; Jean Poderos; Laurence Paix-Rusterholtz
Edité par COURTES ET LONGUES EDITIONS (2011)
ISBN 10 : 2352900824 ISBN 13 : 9782352900825
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre COURTES ET LONGUES EDITIONS, 2011. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782352900825

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 3,71
Vers France
Destinations, frais et délais

3.

Christiane Lavaquerie-Klein; Jean Poderos; Laurence Paix-Rusterholtz
Edité par COURTES LONGUES
ISBN 10 : 2352900824 ISBN 13 : 9782352900825
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre COURTES LONGUES. Paperback. État : NEW. COURTES LONGUES(20/10/2011) Weight: 1086g. / 2.39 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782352900825

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 5,60
Vers France
Destinations, frais et délais