Pauline Gedge Trilogie

ISBN 13 : 9782353152162

Trilogie

 
9782353152162: Trilogie

Pauline Gedge fait débuter sa saga égyptienne lors de la XVIIIe dynastie, aux alentours de -1400 avant JC. Elle narre comment Huy, jeune élève à l'école de Scribes découvre que les dieux l'ont doté d'un don hors du commun : celui de prédire l'avenir. Huy entre au service du Pharaon mais on lui demande d'approuver les pires stratagèmes d'Etat. Bien vite, il se sent piégé par cette faculté exceptionnelle de voir le destin de chaque personne qui l'approche. Agé de seulement 12 ans, Amenhotep III monte sur le trône, devenant roi du plus riche empire sur Terre. La mère du garçon, devenue régente, a amené à la cour Huy, voyant renommé, fils d'un humble fermier, dans le but d'en faire le secrétaire et conseiller de son royal fils. Cette position de pouvoir et de responsabilité fraye avec les intrigues et l'attrait de la corruption. C'est à Huy que revient le contrôle du Trésor, de l'armée, des constructions et des impôts, mais aussi le choix fondamental de la jeune épouse du Pharaon. Ses actes et ses visions, combinées à son passé légendaire, vont lui amener beaucoup d'ennemis...

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Debout au milieu de sa chambre, sa mère, Itu, à ses côtés, Huy contemplait d'un oeil chagriné les jouets étalés sur son lit. Bien que le soleil dardât déjà ses rayons brûlants, la petite brise soufflant par la fenêtre ouverte portait encore un peu de la fraîcheur de la nuit précédente, et soulevait les coins du drap de lit. Huy, les mains croisées dans le dos, ne le remarquait même pas, tant son regard était rivé sur ses précieux trésors. Sa mère soupira.
- Ce doit être un objet que tu chéris, l'encouragea-t-elle. Quelque chose dont le dieu saura que tu ne voulais pas te séparer.
- Mais pourquoi ? s'emporta l'enfant. Pourquoi devrais-je lui donner quelque chose ? Tu ne me l'avais jamais demandé avant. Nous ne sommes même pas allés lui rendre visite une seule fois !
- Je te l'ai déjà expliqué : parce que demain, c'est ton anniversaire. Tu auras quatre ans, et avec ton père nous nous rendrons au temple de Khenti-Kheti, pour le remercier de t'avoir gardé jusqu'ici en bonne santé, et lui faire une offrande. Mais c'est à toi de la choisir, Huy. Que dirais-tu de tes pinceaux et de tes couleurs ?
- Non. Ce sont oncle Ker et tante Herouben qui me les ont offerts. Ils ne seraient pas contents que je les donne à quelqu'un d'autre. Et puis, tu aimes me voir peindre, hein, maman ? Tu serais triste, si je n'avais plus mes couleurs.
Les murs blanchis à la chaux de la maison familiale servaient de support idéal pour figurer de gros hippopotames bruns, des bateaux jaunes naviguant sur un Nil d'un bleu vibrant, ou des portraits de lui-même en farouche guerrier, armé de son javelot. Huy n'avait donc aucune envie de se priver de ce plaisir. Pinceaux et couleurs resteraient dans leur coffret de bois de sycomore.
- D'accord, lâcha Itu, une note de désapprobation dans la voix. Dans ce cas, choisis autre chose.
Huy réfléchit. Et s'il donnait son petit chien à roulettes ? Il l'avait promené d'innombrables fois à travers le jardin, sa gueule s'ouvrant et se fermant en rythme, au point qu'il avait fini par s'en lasser. Mais Hapou, son père, avait passé des heures à lui sculpter ce chien en bois, et il serait encore plus furieux qu'oncle Ker s'il s'en débarrassait. Et puis, il n'était pas sûr que les dieux apprécient ce genre de jouets.
Restaient la toupie, la balle de cuir et les quilles. Pour la toupie, c'était hors de question. La pourchasser à travers les pièces de la maison, et la relancer quand sa vitesse faiblissait, rien de tel pour vaincre l'ennui des longues après-midi d'été. Alors les quilles, peut-être ? Huy avait beaucoup joué avec, mais il commençait à trouver les parties assommantes, et la boule de bois n'était pas assez polie pour rouler bien droit. Quant à sa balle de cuir, il fallait être deux pour y jouer : quelqu'un qui la lance, et un autre qui la rattrape. Huy faisait en général appel à sa mère, ou à leur servante, Hapzefa, et monopolisait ainsi leur attention. Donc, non, pas la balle non plus. Khenti-Kheti comprendrait. Et puisqu'il était un dieu, sans doute serait-il capable d'arrondir à la perfection la boule de bois, et pourrait-il inviter les autres dieux à des parties de quilles avec lui...
Il soupira.
- Bon, puisque tu insistes, le dieu pourra avoir mes quilles. Pourtant, j'y tiens beaucoup, ajouta-t-il, tirant à lui le sac de toile que sa mère tenait dans ses mains. Elle le lâcha sans un mot, et quitta la pièce.
Satisfait, mais se sentant tout de même un peu coupable, Huy glissa les six quilles et la boule de bois dans le sac, qu'il jeta près de la porte, avant de sortir à son tour.

Biographie de l'auteur :

Pauline Gedge est devenue mondialement connue grâce à La Dame du Nil, Les Enfants du Soleil (Balland) et Le Tombeau de Saqqarah (Stock). Ses romans ont été traduits en 18 langues et vendus à plus de 6 millions d exemplaires dans le monde.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande