Catalogue des Peintures du musée du Château de Blois XVIe-XVIIIe siècles

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par Goodreads )
)  
9782353400485: Catalogue des Peintures du musée du Château de Blois XVIe-XVIIIe siècles
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

HISTOIRE DU MUSÉE ET DES COLLECTIONS DE PEINTURES

La collection de peintures du château royal de Blois - riche d'environ huit cents oeuvres dont les quelque trois cent trente-cinq peintures antérieures à 1800 qui font l'objet de ce catalogue - a été réunie par la ville de Blois depuis le milieu du XIXe siècle mais s'inscrit dans une histoire bien plus longue. Sa constitution répondait à un double besoin : créer un musée, mais aussi orner les murs d'un palais historique. En effet, «là où l'on trouve l'architecture et l'histoire, on attend les collections».

COLLECTIONS ROYALES ET PRINCIÈRES

Des collections réunies par les ducs d'Orléans et les rois de France au château de Blois, il ne subsiste plus rien sur place aujourd'hui. La «librairie» formée au XVe siècle par Louis d'Orléans et Valentine Visconti, enrichie par Charles d'Orléans et Louis XII, a été transférée à Fontainebleau dès 1544 avant de l'être finalement à Paris pour former le noyau de la bibliothèque royale et de l'actuelle Bibliothèque nationale de France.
Les objets d'art et le mobilier qui se trouvaient à Blois furent également transportés à Fontainebleau dès 1539. Si l'on s'accorde désormais pour reconnaître que les placards à secrets du cabinet dit de Catherine de Médicis ne renfermèrent jamais de poisons mais plutôt des objets précieux appartenant à François Ier, on ne sait quelles pièces ils abritaient. De même, faute d'inventaires anciens, ignore-t-on presque tout des peintures visibles à Blois durant les séjours de la cour. Pour s'en faire une idée, nous ne pouvons nous en remettre qu'aux maigres allusions faites par quelques voyageurs.
Ainsi Antonio de Beatis, relatant l'étape à Blois en mai 1517 du cardinal Louis d'Aragon, mentionne au château «un tableau représentant le portrait d'une certaine dame de Lombardie, peinte d'après nature et très belle, mais, à mon avis, moins belle pourtant que la signora Gualanda.» Il est tentant de reconnaître dans ce portrait une oeuvre de Léonard de Vinci, peut-être La Belle Ferronnière, puisque le secrétaire la compare au tableau qu'il a vu au manoir de Cloux. Faut-il aller au-delà et imaginer que la célèbre collection de peintures de François Ier désormais au Louvre a pu transiter par Blois ? La Madone au fuseau du même Léonard se trouvait bien à Blois, mais non au château, dans l'hôtel d'Alluye bâti par le trésorier Florimond Robertet.
On ne sait rien de plus des peintures présentes au XVIe siècle. En 1681, Félibien rapporte qu'il y avait «autrefois», dans la chapelle Saint-Calais, «quelques ouvrages des plus excellents peintres, comme il paraît encore par un tableau de la Vierge qu'on y voit, lequel est de la main de Pierre Pérugin, maître de Raphaël». Ce tableau du Pérugin, si l'attribution n'est pas fantaisiste, n'est malheureusement pas autrement connu et aucun autre témoignage n'en fait état.

Présentation de l'éditeur :

Fruit de la collaboration d'un collège de spécialistes, ce premier catalogue scientifique des peintures anciennes du château de Blois analyse quelques trois cent trente-cinq tableaux.

Comme l'écrit Pierre Rosenberg, «il est riche en surprises de toutes sortes et nombreux sont les tableaux qui n'avaient jamais été à ce jour reproduits, tableaux encore anonymes, tableaux identifiés, réattribués et étudiés pour la première fois».

Parmi ces découvertes, on compte des oeuvres importantes de Zanchi, Loth, Heiss, des Nordiques Van den Hoecke, Meulener, Molenaer ou Verschuier, des Français Mosnier, Frère Luc, François Caumette ou Robert de Sery... On découvre aussi qu'une grisaille de François Boucher que l'on croyait bien connue est en fait peinte sur papier, qu'un double portrait inédit nous restitue une composition majeure de la jeunesse romaine de Pierre Mignard.

Ouvrage de référence richement illustré, ce livre s'adresse aux amateurs de peinture et au public sensible à l'histoire de l'art.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Helene Lebdel-Carbonnel, Pierre Rosenberg (Preface)
Edité par Gourcuff Gradenigo (2010)
ISBN 10 : 2353400485 ISBN 13 : 9782353400485
Neuf Couverture rigide Quantité disponible : 1
Vendeur
Ergodebooks
(RICHMOND, TX, Etats-Unis)
Evaluation vendeur

Description du livre Gourcuff Gradenigo, 2010. Hardcover. Etat : New. N° de réf. du vendeur DADAX2353400485

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 88,38
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 1,76
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais