Les sales dessous de Dame Justice

 
9782353910014: Les sales dessous de Dame Justice
Extrait :

18 h 25, début du XXIe siècle, mon téléphone sonne.
- Allô, Frédéric ? Ici Laurent... Je repense à notre conversation de l'autre jour.
- Eh bien ? (Il me dérange un peu : j'ai un article à terminer.)
- Aujourd'hui, nous connaissons à peu près, sinon les programmes détaillés, du moins les déclarations d'intention des candidats à la présidence de la République.
- C'est vrai. (Je brûle de le presser mais son débit est rapide. Il parle le souffle court, signe d'énervement.)
- Le pays est fichu, Frédéric, en France et pour longtemps on continuera avec une mauvaise justice. Je prédis d'autres affaires d'Outreau. Rien ne changera.
- Mais si, voyons. Tous les candidats, toutes les candidates, souhaitent la réformer en profondeur.
- Non, pas en profondeur, en surface ! Aucun ne recentre le débat sur l'humanité des juges. Maudits technocrates ! Ils empêchent les politiques de déceler le vrai malaise.
J'écourte notre conversation, poliment, avec un art consommé. Je connais Laurent Lèguevaque : pas un excité, ni même un exalté, pire - un passionné. Il a démissionné de la magistrature après treize années comme juge d'instruction... Pour écrire sur la justice. Dommage, il était mon seul ami juge (ce qui pouvait être utile, et puis des amis écrivains, ça, j'en avais déjà une palanquée : journaliste indépendant, j'occupe l'essentiel de mon temps à chroniquer la vie littéraire). Nous raccrochons. Je me remets à l'oeuvre.... Et, au soir, j'y repense. Le doute me tenaille, comme on lirait dans les livres.
Flûte, je le rappelle.

Présentation de l'éditeur :

Quand un ex-juge d'instruction (Laurent Lèguevaque, ayant démissionné en janvier 2005) parle de justice avec un candide (Frédéric Mazé), sans plus aucun «devoir de réserve», sans langue de bois, sans censure aucune, au fil de libres entretiens...

Un texte au vitriol, une balade parmi les erreurs judiciaires, celles, retentissantes, qui font les unes de la presse mais aussi celles, ordinaires, qui émaillent le quoti­dien de nos tribunaux et pourrissent nos vies.

Et, surtout, un carnet de route pour les candidats aux élections, contenant des propositions de réformes concrètes. De la démocratie participative appliquée à la justice. Puisque aujourd'hui enfin, les propositions viennent d'en bas.

En clair, un réquisitoire et un plaidoyer à la fois, pour une justice enfin humanisée.

Laurent Lèguevaque intègre en 1989 l'École nationale de Magistrature. Nommé juge d'instruction dans plusieurs villes de province durant treize ans. Après un premier polar intitulé «Accusé, couchez-vous» (Gallimard), coécrit avec Michel Embareck, il reçoit quelques remontrances de la part de sa hiérarchie. Le 17 janvier 2005, il démissionne de son plein gré pour dénoncer les raideurs de la magistrature. Son récit «Un juge s'en va» (L'Archipel) reviendra sur cette décision, extrêmement rare dans le milieu judiciaire. Son précédent livre, «Plaidoyer pour le mensonge» (Denoël) traite du fonctionnement de la justice.

Frédéric Mazé, 34 ans, journaliste indépendant, travaille en franc-tireur pour divers organes de presse.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Frédéric Mazé; Laurent Lèguevaque
Edité par Regain de lecture (2007)
ISBN 10 : 2353910017 ISBN 13 : 9782353910014
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Regain de lecture, 2007. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782353910014

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 16
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais