Detroit Metal City - DMC Vol.1

Note moyenne 3,67
( 252 avis fournis par GoodReads )
 
9782356480248: Detroit Metal City - DMC Vol.1
Revue de presse :

Sans doute l'un des plus gros événements de cette rentrée 2008, ce titre aura fait parler de lui, et c’est un jeune éditeur, 12 bis, qui nous le propose ! Quoi de mieux qu’un titre prometteur et original comme celui ci pour se démarquer et se faire une place ?

Pour l’anecdote, le titre du manga, Detroit Metal City, est une référence à la célèbre chanson, Detroit Rock City, du très célèbre groupe de Metal : Kiss…ce groupe est plus dans la mouvance du glam que du death (pour les connaisseurs) mais il fut l’un des premiers groupes à se maquiller et à utiliser une mise en scène hors du commun pour leurs concerts…à l’image du groupe du manga. A noter que dans l’adaptation live du manga, Gene Simmons, le démon, le très charismatique bassiste de Kiss fait une apparition…la boucle est bouclée ! (fin de l’anecdote)

Le pitch est des plus original, le jour Soichi Negishi, 23 ans, est un jeune ringard, arborant une coupe à frange pitoyable et fan de pop Suédoise…le soir il devient Krauser II, l’empereur du Death Metal ! Rien qu’avec ça on peux déjà imaginer les situations délirantes que cela peut entraîner, si en plus il retrouve une amie de fac dont il est amoureux et qui déteste le Metal, le délire n’en devient que plus grand ! Il est accompagné d’un bassiste à fond dans le style et un batteur, qui au naturel se trouve être un petit gros ringard…mais un brin désaxé.
Les situations loufoques sont légions, on rit véritablement de bon cœur, et si il faut reconnaître qu’on se retrouve souvent avec des paroles très crues, grossières, le tout reste bon enfant, l’objectif premier est l’humour et à ce niveau là, l’objectif est plus qu’atteint !

On plonge en plein dans les clichés du Metal, mais justement l’auteur joue à fond là dessus, le pauvre Soichi se retrouve victime de ses clichés, lui qui adore sa gentille maman, il est censé l’avoir tué puis violé…détourner ces clichés est la meilleur des façons de les ridiculiser, et même temps, on retrouve souvent ce pauvre Soichi se prendre au jeu et se laisser aller à des vulgarités qui le dépassent, il frôle la schizophrénie, et nous lecteurs de notre coté, on est plié de rire !
L’auteur grossit bien sur les choses, mais c’est tellement drôle que même le plus puriste des Metalleux rentrera dans le jeu…car il faut rassurer les gens qui ignorent ce qu’est le Metal, bien souvent il s’agit de gens très normaux…mais ici, ce sont tous des psychopathes en puissance, et bien entendu ce pauvre Soichi se retrouve plongé dans un monde qui le dépasse et qu’il subit plus qu’autre chose…du bonheur !!

A chaque fin de chapitre, on a droit à une page revenant sur un terme utilisé, et l’expliquant à la sauce DMC : je vous laisse apprécier la meilleure :
« No thank you : littéralement « non merci ». Formule type pour décliner poliment une sodomie sans froisser son interlocuteur. Surtout ne pas oublier le « no » sans quoi la formule prend un sens exactement inverse, exposant le sujet étourdi à de douloureuses lésions. »
Que rajouter derrière ça ? Tout est dit ! A mourir de rire !

Le dessin est très particulier, on pourrait croire qu’il fait vieillot, pourtant le titre ne date que de 2006, mais il n’est pas désagréable pour autant, au contraire il est même sympathique, et très vite on en vient à se dire qu’un autre style graphique n’aurait pas convenu aussi bien à ce titre et son ambiance déjantée.
L’édition de 12 bis est de très bonne facture, aucun défaut à signaler, le papier, l’encrage, tout est correct et chapeau pour la traduction qui n’a pas du être évidente !

Un titre à lire absolument…en écoutant du Metal bien entendu, et certainement pas de la pop Suédoise !


erkael

(Critique de www.manga-news.com )

Biographie de l'auteur :

Originaire d’Inukai sur l’île de Kyushu, grand admirateur du Gorillaman d’Harold Sakuishi et de Dragon Ball d’Akira Toriyama, Kiminori Wakasugi décide de devenir mangaka lors de sa dernière année universitaire. Ses efforts et son talent lui permettent de recevoir un prix de la part de Young Magazine et c’est dans les pages de ce journal que sa carrière débute réellement avec Boku no migite wo shirimasen ka ? Il devient ensuite, pendant cinq ans, l’assistant du célèbre et rigoureux Yasuhito Yamamoto, récompensé au Kodansha Manga Show en 1994 avec Tetsujin Ganma.
Sa première oeuvre, Amaresu Ken-chan, publié à partir de février 2004, dans les pages de Young Magazine Uppers, ne rencontre pas la réussite espérée et est vite arrêtée ; il faut attendre le succès de sa série suivante pour voir son manga publié en un
volume, en octobre 2006, par Kodansha.
Il présente ensuite au magazine Young Animal, un travail qui date de ses années universitaires. Le sujet principal, le death metal, suscite quelques réticences au sein de la rédaction et de nombreux remaniements sont nécessaires pour faire de DMC la série que l’on connait aujourd’hui.
Le manga bénéficie rapidement d’un bouche à oreille qui lui permet de pointer en tête des ventes sur le site Amazon en 2006 et de devenir, l’année suivante, le meilleur manga pour garçons dans le top Kono Manga ga Sugoi.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre

Frais de port : EUR 5
De Allemagne vers France

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Kiminori, Wakasugi
ISBN 10 : 2356480242 ISBN 13 : 9782356480248
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
medimops
(Berlin, Allemagne)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : good. 181 Gramm. N° de réf. du libraire M02356480242-G

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 9,49
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 5
De Allemagne vers France
Destinations, frais et délais