Les sportifs francais dans la Grande Guerre

 
9782357240186: Les sportifs francais dans la Grande Guerre
Extrait :

Extrait de l'introduction de Jean-Michel OPRENDEK ; Président de la Fédération Nationale des Joinvillais

Dans l'imaginaire collectif, bien souvent le mot sport fait penser au football, au tennis, à la boxe, la course à pied, au rugby, aux grands événements médiatisés que sont les JO, les championnats du monde ou d'Europe, aux coupes et tournois.
On pense aussi argent, malheureusement dopage et autres effets positifs ou négatifs. On pense bien entendu à la pratique en clubs, aux loisirs, dans une société du même nom. On évoquera enfin l'éducation physique pratiquée dans les établissements scolaires, collèges et lycées, les universités. A l'énoncé de ce panorama succinct, reconnaissons que l'idée ne viendrait à personne d'associer le sport à la guerre et particulièrement à celle, titanesque, de 1914-1918.
Alors pourquoi un colloque sur les sportifs français dans la grande guerre ?
Parce que les questions de l'entraînement, de la préparation et de la récupération physiques sont au coeur de la condition du combattant, de sa capacité d'action, de réaction, et de vitalité salvatrice. Parce que les sports pratiqués dans les unités, initiés par l'encadrement des officiers, des moniteurs de Joinville, dans les sports collectifs que sont le rugby et le football notamment, ont été du meilleur effet pour le moral des troupes, encouragés par le commandement.
Je ne saurais aller plus loin dans cette première réponse à porter au pourquoi, sans affirmer aussi que cette initiative nous appartenait, FNJ, association qui perpétue depuis 1932, date de sa création, l'esprit de l'École militaire de gymnastique de Joinville créée en 1852. Et c'est l'ouverture de cette première école de formation d'éducateurs sportifs qui sera le point de départ d'une méthode et d'un système bien structurés. Ainsi naîtront, au fil du temps, au gré des événements et d'une prise de conscience politique, d'autres écoles, groupements, centres, instituts, militaires d'abord puis civils à partir de 1927 avec un centre régional attaché à la faculté de médecine de Bordeaux, puis en 1933 avec la création de l'ENEP de Paris.
Dans cette organisation, c'est après la Grande Guerre, conséquence donc, que l'Armée s'intéressera à la préparation des athlètes pressentis pour les JO. Cette orientation prendra son plein effet en 1947 avec la création du Centre sportif des forces armées à Joinville-le-Pont, relayé en 1956 par le célèbre Bataillon de Joinville.
C'est alors que se rejoindront Joinville et l'Olympisme.
Aujourd'hui, l'INSEP de Paris et le CNSD de Fontainebleau sont bien, en bout de chaîne, les grandes structures nationales légitimement issues de ces différents pôles d'excellence et de pédagogie, quintessence d'une méthode française qui a fait ses preuves et les confirme toujours. Mais n'oublions pas qu'à l'origine, à partir de cette formation militaire inventée par le colonel Francisco Amoros dès 1817, il s'agissait de préparer la nation combattante, celle des régiments engagés dans la guerre de 1870, celle surtout de la conscription et de la mobilisation générale de 8 200 000 hommes appelés pour défendre la patrie de 1914 à 1918.

Présentation de l'éditeur :

Le sport est-il au service de la guerre, ou la guerre est-elle au service du sport ?
Telle est la question qui pourrait ressortir, au fil des thèmes abordés et des textes présentés dans cet ouvrage. Le rôle du sport dans la préparation à la guerre avant 1914, puis au coeur de la Première Guerre Mondiale, le «football aux armées», le rôle mené par l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques, les foyers du soldat franco-américains et la diffusion du sport, l'école de Joinville devenu en 1916 le «Centre d'instruction physique et de combat à la baïonnette»...

«... Parce que les questions de l'entraînement, de la préparation et de la récupération physiques sont au coeur de la condition du combattant, de sa capacité d'action, de réaction, et de vitalité salvatrice. Parce que les sports pratiqués dans les unités, initiés par l'encadrement des officiers, des moniteurs de Joinville, dans les sports collectifs que sont le rugby et le football notamment, ont été du meilleur effet pour le moral des troupes, encouragés par le commandement.» (Extrait de l'introduction de Jean-Michel OPRENDEK)

«On voit l'intérêt des contributions ici rassemblées. Elles apportent un éclairage original sur les diverses facettes de la question des rapports entre la Grande Guerre et le sport. Mais elles présentent en outre un second intérêt, auquel le Mémorial de Verdun ne peut qu'être sensible : la diversité des participants. Ce sont les Joinvillais qui ont eu l'idée de ce colloque, en hommage aux grands sportifs que la guerre a fauchés. Ils ont choisi, pour le réaliser, de collaborer avec des universitaires, certains proches d'eux, d'autres plus éloignés. Le lecteur appréciera le résultat.» (Extrait de la préface d'Antoine PROST)

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Christian Blareau; Collectif; François Cochet; Gilbert Andrieu
Edité par Editions Le Fantascope (2011)
ISBN 10 : 2357240180 ISBN 13 : 9782357240186
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions Le Fantascope, 2011. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782357240186

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 14
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais