Les non-dits de l'anthropologie, suivi de Dialogue avec Maurice Godelier

)  
9782362800108: Les non-dits de l'anthropologie, suivi de Dialogue avec Maurice Godelier
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Extrait de l'introduction

L'anthropologie peut-elle échapper au conflit de l'esthétique et de la guérilla ?
Jean DUVIGNAUD, Le langage perdu

Aujourd'hui, la plupart des sociétés étudiées par les anthropologues ont produit une ou plusieurs générations d'intellectuels susceptibles de lire et de commenter ceux qui étaient venus les observer, ou observer leurs parents et grands-parents. Car les descendants des «sauvages» d'hier s'intéressent grandement aux livres qui les décrivent. Certains assistent aux soutenances de thèse, siègent dans les jurys ou mieux encore dirigent des travaux de recherche ; et ils ne ménagent pas leurs critiques. Il arrive aussi qu'ils se réapproprient des traditions oubliées dont ils ont trouvé trace dans les ouvrages des premiers ethnographes, qu'ils les diffusent au village, et que lorsqu'un nouvel ethnologue arrive, on lui répète l'histoire qu'il prend à son tour pour argent comptant, d'autant que personne ne sait plus si elle a existé ou non, si elle a été inventée, quand et par qui.
En même temps, toute publication sur telle ou telle population se voit dotée d'un enjeu politique local qui peut être national ou même international, et dont l'importance augmente encore dans les situations de conflit. La diffusion des médias jusque dans les régions les plus reculées de la planète, accrue par les nouvelles technologies de la communication, fait que ce «livre» que le chercheur dit vouloir écrire lorsqu'il se présente aux autorités locales d'abord, puis aux notables du groupe qu'il est venu étudier, n'est plus quelque chose d'incompréhensible ni de négligeable : selon les cas, la liberté d'accès au terrain en sera subtilement favorisée ou empêchée. Il est aussi des situations où le groupe concerné est hautement preneur de publicité (parfois même de publicité mensongère), contrairement aux représentants du pouvoir, ou inversement. L'enquêteur se trouve pris au coeur d'une bataille dont il devient - à travers son projet d'écriture - l'un des atouts ou des handicaps potentiels. Ce qu'on va lui dire et ne pas lui dire, ce qu'on va lui laisser voir et ce qu'on va lui cacher, l'instrumentalisation dont il pourra être ultérieurement l'objet ou même l'otage relèvent alors de rivalités ou de conflits qu'il lui faut déchiffrer : l'enjeu de l'écriture dépasse - et de loin - les objectifs déclarés de la science.
Pour toutes ces raisons, les anthropologues s'interrogent aujourd'hui plus que jamais sur eux-mêmes et sur leurs méthodes, d'autant que dans le même temps ils sont appelés à lutter au sein du champ scientifique pour maintenir une discipline dont l'existence paraît régulièrement menacée par la diminution drastique des postes et des crédits. Déjà, dans les années 1980, la crise des systèmes de pensée (positivisme, fonctionnalisme, structuralisme, marxisme, culturalisme, etc.) avait déstabilisé l'ensemble des sciences humaines et provoqué un temps d'arrêt, un moment épistémologique obligé. Tout en réaffirmant l'importance du terrain comme indispensables prémices à la construction de leurs savoirs, les chercheurs avaient commencé à se tourner vers de nouveaux «objets» et à diversifier leurs «problématiques». Atteints, comme tant d'autres, par les effets du discours postmoderne sur la mondialisation, certains avaient proclamé l'anthropologie «science des mondes contemporains», laissant à penser, lorsqu'ils ne le disaient pas explicitement, que cet Autre extrême que les premiers ethnologues avaient cherché à rencontrer, ce «sauvage» d'antan, le vrai, celui qui était «pur» de tout contact avec la civilisation moderne, avait bel et bien disparu ; hélas !

Présentation de l'éditeur :

Longtemps, les anthropologues ont hésité à évoquer les coulisses de leur métier, par gêne ou crainte de nuire à l image de leur discipline. En les dévoilant ici, à travers son parcours personnel, le but de l auteur n est nullement de desservir l anthropologie, mais au contraire de mesurer sa fécondité en assumant la réalité de ses failles. Ce récit-essai des mésaventures d une anthropologue (où se tressent verve narrative et analyse réflexive), éclaire la part de subjectivité inhérente à toute approche scientifique des sociétés humaines. Il se clôt sur un entretien entre Maurice Godelier et Sophie Caratini qui confrontent leurs expériences de l Autre et les traces profondes qu elles ont laissées dans leur pensée et en eux-mêmes.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Autres éditions populaires du même titre

9782130540762: Les non-dits de l'anthropologie

Edition présentée

ISBN 10 :  2130540767 ISBN 13 :  9782130540762
Editeur : Presses Universitaires de France..., 2004
Couverture souple

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Sophie Caratini; Maurice Godelier
Edité par THIERRY MARCHAISSE EDITIONS (2012)
ISBN 10 : 2362800105 ISBN 13 : 9782362800108
Neuf Couverture souple Quantité disponible : 1
Vendeur
Librairie Pic de la Mirandole
(Florac Trois Rivières, France)
Evaluation vendeur

Description du livre THIERRY MARCHAISSE EDITIONS, 2012. Couverture souple. Etat : Neuf. N° de réf. du vendeur ABE-1570718995168

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 4,50
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais