Florence Aubenas En France

ISBN 13 : 9782363602947

En France

 
9782363602947: En France
Extrait :

«C'est pas ça, la vie»
18 avril 2012

Cela se passe pendant l'année de l'élection présidentielle, pas celle-là, la précédente, en 2007. On est à l'automne, au moment où, dans les fermes et les maisons de la Creuse, on remplit les cuves de fuel en prévision des grands froids. À Guéret, les agents de la Caisse d'allocations familiales (CAP) voient alors arriver des gens qui ne venaient jamais dans leurs bureaux : des retraités avec des pensions de quelques centaines d'euros à peine, mais qui en vivaient silencieusement depuis toujours et se seraient étonnés d'être considérés comme pauvres. Cette année-là, ils poussent la porte de la CAP, gauches, effarés d'avoir à demander quelque allocation, se présentant tous par la même phrase : «Pour la première fois, je n 'ai plus les moyens de faire rentrer le fuel.»
Chargé de la gestion à l'agence, Patrick Perrichon se souvient en avoir discuté avec ses collègues : «On voyait que quelque chose était en train de se passer. Mais quoi ?» Six mois plus tard éclatait la crise économique. La CAF de Guéret, préfecture de la Creuse, est la plus petite de France : 15 salariés, 17 000 allocataires. Un tiers d'entre eux vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté. Ici comme ailleurs, cette branche de la Sécurité sociale, chargée de verser les prestations familiales ou sociales (dont le revenu de solidarité active, RSA), est le premier maillon qui relie les Français à l'État. Ou le dernier.
Retour en 2012, juste avant le nouveau scrutin : à la CAP de Guéret, dans le bureau d'Émilienne, il y a Pierrot, cheveux noirs sur le front, blouson de cuir et sourire du joli garçon accoudé au baby-foot. Il vient vérifier le montant de ses allocations, ce qui consiste ici à dévider sa vie. Pierrot est éboueur, 1 100 euros par mois ; sa femme enchaîne des petits boulots. Leur fille va fêter ses 3 ans et la nouvelle sonne comme une catastrophe : l'allocation «jeune enfant» s'arrête (182 euros). «On ne va plus y arriver», annonce Pierrot. Il faudra lâcher l'appartement au village, revenir s'installer chez sa mère. Pierrot parle tout seul : «Et si on arrêtait aussi la nounou ? Et si on vendait la voiture ?»
De toute façon, tout est compté, ils ne bougent plus ou presque, s'autorisant de moins en moins l'hypermarché et plus jamais la sortie au lac de Courtille, le dimanche après-midi. «Et si on ne travaillait plus ? Et si on vivait des aides ? Des gens font ça, non ?» Pierrot n'est pas en colère. Il ne jette pas ses phrases, rage aux lèvres, pour annoncer un vote Front national parce que, décidément, trop de gens profitent du système, surtout les étrangers - terme qui désigne ici les Anglais, un temps considérés comme les vampires de la Creuse, achetant nos châteaux et vivant de nos allocs. Non, Pierrot sourit. Il raconte ce monde où les voitures s'arrêtent parce qu'on n'a plus de quoi mettre de l'essence. «On travaille, on fait tout ce qu'il faut et on se voit tomber. C'est pas ça, la vie.» Il regarde par la fenêtre les toits de Guéret dans le vert tendre des prés. Puis, à Émilienne derrière son ordinateur, il demande : «Et vous, vous savez pour qui voter ?»
Patrick Perrichon, à la gestion, tempère. «Cette année, beaucoup de jeunes viennent nous dire la même chose : et si on arrêtait de travailler ? Ils se sentent à la limite, ils ne le font pas, heureusement.» Pourtant, ses collègues et lui se posent la même question qu'en 2007, avant la crise : «Quelque chose est en train de se passer. Mais quoi ?»

Revue de presse :

On y retrouve cette façon de camper des situations (à l'office HLM, à la réunion parents-profs, sur le canapé d'un pavillon avec des ados...) et ce goût pour la petite phrase attrapée au vol qui font l'écriture de la grand reporter. D'Hénin-Beaumont à " France Po " (comme nomme une mère, un peu dépassée, l'école de la rue Saint-Guillaume), ces scènes de la vie ordinaire sont une expédition dans notre bout de monde. (Le Monde du 6 novembre 2014)

Banlieue, pauvreté, jeunesse... une traversée impressionniste de la France en crise par Florence Aubenas...
En France dresse un état impressionniste de l'Hexagone à travers des portraits et des historiettes que limite un carré : province, banlieue, jeunesse, pauvreté. Il permet aussi de réfléchir à cette question typiquement française : où passe la limite entre littérature et journalisme ? Question vieille comme Balzac, encore lui, qui fit du second un repoussoir pour mieux célébrer la première...
Chemin faisant, elle est partout, elle est nulle part. Elle se pose sur les situations, légère et pointue, presque invisible, comme un insecte sur une fleur. Elle butine avec une sympathie sans pitié, se glisse dans le pistil des existences puis s'envole à nouveau et rejoint la fleur suivante, au hasard des rencontres et du vent, comme si la précédente n'avait jamais existé, comme si tout devait disparaître, prêt pour l'herbier, avec en post-scriptum ce rire muet, ni hautain ni soumis, qui n'est ni d'ailleurs ni d'ici. (Philippe Lançon - Libération du 13 novembre 2014)

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre

Frais de port : Gratuit
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Florence Aubenas
Edité par Editions Feryane (2015)
ISBN 10 : 2363602943 ISBN 13 : 9782363602947
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
CENTRAL MARKET
(ANTIBES CEDEX, FR, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions Feryane, 2015. État : D'occasion - Comme neuf. Livre comme neuf. Expédition en suivi postal. Brand new book. Tracking number per all orders. N° de réf. du libraire 9782363602947

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais