Quelque chose de merveilleux et d'effrayant

Note moyenne 2
( 1 avis fournis par GoodReads )
 
9782364740921: Quelque chose de merveilleux et d'effrayant
Extrait :

La magie : elle est entrée dans nos vies un matin, comme ça, sans prévenir, sans aucun signe avant-coureur, sans qu'aucun scientifique n'ait prévu que le monde allait changer. Personne n'a anticipé. Personne ne s'attendait à une telle révolution. Pas un prophète pour dire que les certitudes étaient fausses. Pas un gourou pour annoncer à grands cris ce qui allait se passer. Pas un homme capable d'imaginer les transformations à venir. Juste la brutale arrivée de la magie.
C'est venu un matin, très tôt. J'ai été réveillé par les cris de ma mère. Encore des cris. Elle se lève toujours avant moi, se douche avant de préparer le petit déjeuner. On part ensemble, elle me dépose à l'entrée du collège et elle va rejoindre son bureau. Le matin où le monde entier a basculé, j'ai entendu ce long cri. Un cri étrange. Pas un cri de douleur ou de peur, non. Pas un cri comme la veille au soir, pas un cri de colère et de dispute. Pas un cri comme j'avais l'habitude d'entendre des cris.
La peur, c'est moi qui l'ai ressentie. Je me suis levé, j'avais le coeur qui cognait fort, très fort, tellement fort qu'il m'empêchait de savoir si ma mère criait encore. C'était comme si mon coeur était remonté dans mes oreilles. Battement sourd, grosse caisse d'une batterie. Et j'avais la tête qui tournait un peu de m'être si vite redressé, d'avoir bondi.
J'ai posé ma main sur la poignée, j'ai ouvert la porte, ma mère était là, dans le couloir, en peignoir, et elle regardait fixement vers la salle de bains. Elle ne m'a pas remarqué. J'ai fait deux pas vers elle, elle était paralysée. J'ai compris en la voyant ce que signifie l'expression «bouche bée». Ma mère regardait vers la salle de bains avec la bouche grande ouverte. Je me suis approché, à trente centimètres, et elle ne me voyait toujours pas. Pieds nus sur la moquette du couloir, j'avançais sans bruit. J'ai posé ma main sur son bras et - brusquement - elle a sursauté en poussant un nouveau cri, alors j'ai crié moi aussi de surprise. Je ne comprenais rien à rien. La porte de la chambre de mes parents était ouverte et mon père avait disparu, lui qui se lève toujours après nous. Ma mère m'a regardé et son visage s'est enfin détendu. Elle a refermé la bouche, elle n'arrivait ni à parler ni à quitter tout à fait la salle de bains des yeux.

Présentation de l'éditeur :

«Les brosses à dents pirouettaient lentement au-dessus de l'évier, et le verre pour se rincer la bouche roulait sur lui-même juste en dessous. Dans le bac de la douche, le shampoing et le savon se poursuivaient au ralenti. Il y avait quantité de choses en suspension : mon peigne, des épingles à cheveux, des cotons (...) tout voltigeait, flottait, se baladait au mépris de la logique et de la gravité. Seules les affaires de papa ne volaient pas parce que les affaires de papa avaient disparu durant la nuit, mais je ne le savais pas encore.»

Une série de photographies de Quentin Bertoux a été confiée à Éric Pessan. Il s'est aventuré dans l'écriture d'un roman où ces photographies ont provoqué la fiction.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 17,30

Autre devise

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Eric Pessan; Quentin Bertoux
ISBN 10 : 2364740924 ISBN 13 : 9782364740921
Neuf(s) Quantité : 1
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97823647409210000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 17,30
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais