Clément MATHIEU Des équerres et des compas

ISBN 13 : 9782702515785

Des équerres et des compas

 
9782702515785: Des équerres et des compas
Extrait :

Extrait de l'avant-propos

A l'origine, l'homme trouve ses premiers outils et ses armes dans les matières naturelles, du bois, de la pierre ou de l'os. La main et l'esprit se développent simultanément. Il taille ou il polit et rapidement, il prend conscience de l'utilité d'objets que l'on tient dans la main pour accomplir un travail. L'outil est né.
Pour la construction des édifices ou de simples demeures, l'harmonie et la solidité deviennent des règles immuables pour la pérennité de l'ouvrage. La pierre est taillée au «carré», la dimension est reportée au compas. Petit à petit, l'outil se diversifie par expérience et intelligence déductive. Des groupes de travail apparaissent. Les métiers sont nés. «Le descendant du Pithécanthrope est devenu géomètre» (Velter et Lamothe, 2003).
Dès ce moment, les métiers tendent à créer un outil pour chaque chose. Et aujourd'hui, si nous observons la multiplicité des outils ainsi que leur ancienneté dans la continuité des usages et leur fonction à l'objet, nous découvrons avec surprise qu'au fil du temps, la très grande majorité des créations de l'ouvrier, du constructeur, ou du mathématicien a un rapport direct ou peu distant avec l'équerre et le compas.
L'équerre sert à tracer ou à indiquer l'angle droit, sinon c'est une «fausse-équerre». Son emploi, connu il y a plus de 4000 ans dans l'Égypte ancienne se poursuit aujourd'hui sur l'établi du menuisier, sur le chantier du charpentier, dans l'atelier du forgeron ou de l'ajusteur mais également sur la table du dessinateur ou sur le pupitre de l'écolier. Sur les chantiers des constructions et pour les cartographies du parcellaire, les arpenteurs et géomètres procèdent avec l'équerre selon les mêmes principes que les «agrimensores» romains avec la groma.
Le compas est un instrument de géométrie servant à la fois à tracer des cercles, mesurer les angles et les distances entre points et d'évaluation. Son invention est attribuée à Talos de Crète et son utilisation est aussi ancienne que celle de l'équerre.
A l'époque de l'architecte Vitruve (Ier siècle avant J.-C.), on connaît déjà le compas ordinaire (à pointes sèches), le compas d'épaisseur et le compas de réduction. Ce sont des compas d'artisan qui deviendront petit à petit ceux des métallurgistes, des orfèvres, des mathématiciens et des architectes dès le Haut-Moyen Age. Ils se retrouvent encore, de nos jours, dans une multitude d'ateliers et de cabinets d'études, mais également dans les écoles.
Si le compas et l'équerre sont aussi intimement liés à la fonction de création, avec la règle et le crayon ou la pointe à tracer, c'est qu'ils sont des instruments incontournables pour l'élaboration des tracés servant à l'artisan, à l'ingénieur ou à l'architecte. Le dessin de l'immeuble que l'on veut construire, celui du meuble qu'on va fabriquer, l'épure de la machine qu'on va créer, le plan des parcelles qu'on mesure sont réalisés à l'aide du compas et de l'équerre.
L'utilisation de ces instruments se prolonge par la suite sur le chantier, sur l'établi ou dans l'atelier. Et la multiplicité des métiers qui les emploient va créer celle des objets. Les diverses professions vont concevoir ou adapter l'instrument à leur usage. L'équerre et le compas de l'écolier sont bien différents de ceux de l'ajusteur-mécanicien ou du carrossier. Et tous les compas ne servent pas à tracer des cercles.
Des équerres et des compas, il en existe de multiples modèles et il est bien difficile d'en établir une classification... selon la forme, selon l'usage, selon les corps de métiers... Pour les équerres, je distingue dans cet ouvrage celles qu'on utilise sur les établis, sur les chantiers ; j'y associe les fausses-équerres, parfois combinées à l'équerre elle-même surtout dans les outils d'origine anglo-saxonne. Après, je parle des équerres et des T (qui sont aussi des équerres) d'architectes, de dessinateurs mais aussi d'écoliers. Je réserve une place particulière aux équerres d'arpenteurs et de géomètres qui sont utilisées soit pour le relevé de plans parcellaires - on reproduit l'existant sur un plan à l'échelle - soit pour établir des tracés de constructions ou de génie civil, on fixe sur le terrain des limites et des mesures.

Présentation de l'éditeur :

L'équerre et le compas font partie des plus anciens outls de l'homme ; avec d'autres, ils appartiennent depuis l'Antiquité aux outils incontournables des grands bâtisseurs et de leurs ouvriers. La pierre est taillée au carré, la dimension est reportée avec le compas. Dès que les métiers sont nés, ceux-ci tendent à créer un outil pour chaque chose. Aujourd'hui, si nous observons la multiplicité des outils ainsi que leur ancienneté dans la continuité des usages et leur fonction à l'objet, nous découvrons avec surprise qu'au fil du temps, la très grande majorité des créations de l'ouvrier, du constructeur, ou du mathématicien a un rapport direct ou peu distant avec l'équerre et le compas. L'équerre sert à tracer ou à indiquer l'angle droit, sinon c'est une fausse-équerre. Son emploi, connue il y a plus de 4 000 ans dans l'Egypte ancienne, se poursuit aujourd'hui pour de multiples métiers. Le compas est un instrument de géométrie servant à la fois à tracer des cercles, mesurer les angles et les distances entre points et d'évaluation. Complices de ces bâtisseurs Compagnons et ouvriers, l'équerre et le compas ne peuvent être présentés séparément, car si leurs fonctions sont parfois distinctes elles sont néanmoins convergentes et complémentaires. Ces instruments sont très variés, depuis les formes les plus rudimentaires jusqu'aux modèles les plus sophistiqués, réalisés avec des matériaux très divers tels que : bois précieux, laiton, fer, PVC, etc. Des équerres et des compas, il en existe de multiples modèles et il est bien difficile d'en établir une classification... selon la forme, selon l'usage, selon les corps de métiers... Les profanes, aujourd'hui encore, n'ont qu'une perception purement utilitaire de ces instruments, malgré cela ces derniers sont visibles et présents presque partout en tant que symboles, on peut en effet les observer sur des Cathédrales, des frontons de monuments, des objets et temples maçonniques, pierres tombales, blasons et cachets divers, ainsi que sur les décors (écharpes et cannes) des Compagnons du Tour de France. Cet ouvrage nous interpelle aussi sur l'immensité de la créativité de l'homme. Cette collection iconographique devient aussi un témoignage de l'histoire et du parcours de ces instruments ainsi que les connaissances qu'ils nous ont transmis en changeant de main. Que ce soit dans les métiers de bâtisseurs, d'arpen-teurs, de géomètres et dans une multitude de professions, tous se construit grâce à l'intelligence de la main, avec comme symboles pour l'équerre : la justice et la droiture et pour le compas : l'esprit et la sagesse. Cet ouvrage constitue ainsi une mémoire passionnante dont le lecteur tirera le meilleur parti.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Clément MATHIEU
ISBN 10 : 2702515789 ISBN 13 : 9782702515785
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
medimops
(Berlin, Allemagne)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : good. 499 Gramm. N° de réf. du libraire M02702515789-G

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 15,29
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 8
De Allemagne vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Clément MATHIEU
ISBN 10 : 2702515789 ISBN 13 : 9782702515785
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 2
Vendeur
medimops
(Berlin, Allemagne)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : very_good. 499 Gramm. N° de réf. du libraire M02702515789-V

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 15,29
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 8
De Allemagne vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais