Parc national des Pyrénées : L'ordre de grandeur

 
9782708958562: Parc national des Pyrénées : L'ordre de grandeur
Extrait :

Extrait de l'introduction de Michel Serres :

Des milliers d'années de promenade dans les Pyrénées

Une drague de Garonne

Marbre, granit, ophite... les trois quarts des cailloux qu'extrayait notre drague et que nous cassions jadis à la massette et, plus récemment, par broyeurs et concasseurs, plus les trois quarts des eaux de Garonne sur lesquelles, immobiles ou presque, nous naviguions, mon père, mon frère et moi, venaient des Pyrénées. Par le Lot et le Tarn, le reste, plus doux, ocre, gris, moins violent, coulait du Massif central. Jeune, je recevais desdites montagnes leurs produits ; comme on reconnaît l'arbre à ses fruits, je croyais en savoir assez le tronc et les branches. J'écris produits et fruits, parce que, contrairement au texte saint, nous transformions ces pierres en pain quotidien. Nous sucions le lait durci d'un sein pyrénéen, sans compter l'autre, auvergnat. Garonne apportant sous ses godets un pourcentage aimable du capital énorme de roches descendues des altitudes, notre drague nous versait une pension alimentaire de l'amont. Casseurs de cailloux, nous nous croyions forçats ; en fait, de croquer des galets, nous vivions en rentiers. Comme manger commence la connaissance, je croyais savoir assez de choses sur mes montagnes-mères pour me permettre de visiter d'abord les hauteurs d'ailleurs, d'autant que, par après, je passai une décennie en Auvergne. Lorsque donc je passai du métier de navigant au loisir de montagnard, je délaissai, ingrat, les Pyrénées, que je croyais connaître parce qu'elles m'avaient nourri, pour explorer des sommets dans les Alpes, les Andes, les Rocheuses et l'Himalaya. Cela prend des forces, du temps et, dans mon cas, la vie tout entière. Il s'en fallut de peu que je rate avant ma mort la montagne capitale qui fit vivre ma famille en lui faisant la rente de ses alluvions.

Retour à ma mère

Me voici donc, à un âge plus que canonique, parti derrière les gardiens du Parc, visiblement inquiets de devoir traîner derrière eux quelque trébucheur cacochyme. Voici aussi la première découverte que ma dite vieillesse fit : eux, les hommes. J'aime les paysages, les contempler, y plonger, y marcher comme dans mon âme, les chanter, les célébrer, les psalmodier, y entendre mes échos, enfin dire, contre tous les intellectuels, mes faux frères, que la langue, ma vraie soeur, avoue expressément cette chose toute simple, contenue dans le mot même, que les paysans du monde, mes pères, sculptèrent les paysages autour d'eux, et cela depuis les commencements même de la paysannerie. Ils en furent, ils en sont encore les auteurs, les vrais auteurs des hauteurs des Pyrénées. Non les peintres, non les poètes, non les photographes, non les écrivains aussi bavards que moi... mais les paysans. Ils les façonnèrent de leur sueur, de leurs muscles, de leur intelligence fine et de leur rigoureuse raison. Et s'il n'y a plus de paysans, cultivateurs ou pasteurs - ce qui arrive aux Pyrénées comme à tous les pays occidentaux -que va devenir, justement, le pays, ses paysages, le paganisme même et la paix, tous contenus, ensemble, dans la boîte magique du mot paysan ?

Présentation de l'éditeur :

Marcher en montagne n'est pas un acte anodin. L'altitude fascine, qu'elle soit le lieu des «sublimes horreurs» ou de l'extase romantique. Mais aujourd'hui, alors que l'avenir de la planète est en débat, que la place et le rôle de l'homme dans cet immense écosystème sont au coeur intime de nos préoccupations, marcher dans le Parc national des Pyrénées n'est pas anodin.
C'est Michel Serres qui a suivi les pas des gardes du Parc ; il est devenu leur ami car il est des leurs, pardi ! Homme de terre avant d'être homme de lettres, il guide notre esprit dans une réflexion, aussi profonde qu'accessible, qui propose un nouveau contrat naturel entre homme et environnement. Et les Pyrénées en sont le théâtre fantastique.
Pour célébrer ce regard porté sur la montagne, des textes des gardes-moniteurs du Parc national et les extra­ordinaires photographies panoramiques de Fred Boucher, Jack Varlet, Pascal Bois et Gérard Perron nous donnent un équivalent de cette sensation unique qui nous possède lorsque l'on est en montagne. Ce sentiment d'être de ce monde, d'en faire partie, ce moment de pur respect devant une nature immense. Un moment de silence et de méditation. Ce livre comporte 33 dépliants panoramiques de 1.20 m de large chacun.

Textes : Michel Serres, philosophe, académicien, il soutient sa thèse de doctorat en philosophie en 1968 puis enseigne à Clermont-Ferrand, Vincennes, Paris et Stanford University. Il est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages visant à la vulgarisation du savoir scientifique. Il est élu à l'Académie française le 29 mars 1990.

Photographes :
Fred Boucher, DNSEP de l'Ecole Nationale de la Photographie d'Arles en 1986 Co-fondateur de l'agence panoramique.com.

Jack Varlet, Auteur-Photographe

Gérard Perron, fondateur de panoramique.com, il enseigne à l'Ensad. La photographie panoramique constitue son activité principale depuis bientôt 15 ans.
Pascal Bois, diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles en 1987, il est aujourd'hui responsable de l'Association Regards et Mémoires et des projets en direction des publics pour l'Agence Régionale du patrimoine à Marseille.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande