9782710114253: Les stratèges du temps
Revue de presse :

Ce livre rédigé par 4 consultants de la CEGOS et qui s'inscrit dans la collection "Guides pratiques de la CEGOS" dirigée par Jean-Louis Muller, un des auteurs, tient réellement ses promesses. J'ai particulièrement apprécié le souci pédagogique permanent qui transpire de la rédaction de cet ouvrage : autodiagnostics, résumés, questionnaires servant à vérifier notre compréhension, conseils et recommandations pratiques. On sent très souvent la connaissance concrète qu'ont les auteurs des difficultés rencontrées par leurs participants en séminaire.

Malgré tout, à la fin de ma lecture, j'ai éprouvé quelque malaise. J'avais le sentiment d'avoir lu une juxtaposition de synthèses d'approches différentes sur la gestion du temps et des priorités. Impossible donc, pour moi, de dégager un fil conducteur puissant traversant tout le livre : je dispose de tant de recettes que je ne sais lesquelles mettre en application.
Ensuite, certains chapitres développent des concepts peu ou pas opérationnels. Les explications relatives au sens des priorités, mettant en jeu les notions d'enjeux forts et faibles et d'efforts forts et faibles, m'apparaissent inapplicables. Si je compare ces notions à celles développées par Stephen Covey dans Priorité aux priorités, je ne vois guère la plus-value apportée par cette approche, bien au contraire.
Enfin, le dernier chapitre ("Penser le temps autrement pour agir autrement") se veut plus philosophique ; c'est à la mode dans le milieu des consultants. Malheureusement, je l'ai trouvé un peu déconnecté du reste du livre. La philosophie doit servir à nous guider et à nous inspirer dans l'action, pas à mettre un baume sur un phénomène qui fait mal.

Car la relation au temps est bien une chose qui fait mal à l'être humain aujourd'hui. Il faudrait peut-être qu'un courant moins politiquement correct émerge et pose un regard véritablement critique sur l'accélération du temps. Pour paraphraser l'Évangile, je dirai que le temps est fait pour l'homme et non l'homme pour le temps. Aurons-nous le courage de nous attaquer à ce rouleau compresseur, accepté par tous comme une évidence, qu'est le capitalisme néolibéral ? Dirigeant depuis 11 ans un cabinet de formation spécialisé sur les jeux de pouvoir interpersonnels, je suis inquiet de constater l'augmentation du taux des divorces, surtout chez les cadres, l'augmentation de la consommation de psychotropes (calmants, stimulants, etc.) dans les pays industrialisés et l'augmentation des dépressions et des suicides.

S'il y a 10 ans, la plupart des cadres aspiraient à avoir plus de responsabilités et à gravir les échelons de la hiérarchie, aujourd'hui, leur voeu le plus cher est de retrouver du temps pour eux et pour leur famille. Une enquête suisse révélait que plus de 45 % des cadres sont considérés comme dopés ou drogués pour tenir le coup au travail. La consommation des psychotropes a augmenté de 95 % aux U.S.A. entre 1993 et 1998, de 65 % en Europe sur la même période. Les progrès de la miniaturisation et de la technologie nous en donnent la possibilité. On ne pourra pas augmenter à l'infini la résistance de l'être humain à l'accélération du temps et à l'augmentation des pressions. Devenir stratège du temps, c'est retarder le moment où nous devrons nécessairement faire marche arrière.

Avons-nous des moyens de sortir du cercle vicieux de l'accélération du temps ? Le monde est tellement imbriqué dans des relations complexes et systémiques que tous ses acteurs sont à la fois dans la position d'exercer les pressions et de les subir. La seule piste vraiment sérieuse sur le plan structurel est de réintroduire à tous les niveaux de l'entreprise la notion du long terme pour désenclencher la spirale. À mon sens, la question à se poser est : "Quelle action, si je la pose, déclenchera un impact visible à long terme ? Quelle action, si je ne la pose pas, déclenchera un impact visible à long terme ?" Grâce à cette double question, nous pouvons reposer la question du sens et de la pertinence de nos actions. Beaucoup d'actions sont entreprises aujourd'hui sans regard critique sur la manière d'éviter des tâches inutiles, répétitives ou redondantes.

En particulier, tant que la concurrence régnera au sein des groupes et des entreprises, différentes personnes seront amenées à réinventer la même roue pour des questions ou des problèmes déjà résolus dans des départements voisins. Combien de commerciaux en effet passent des heures à rédiger des argumentaires là où des collègues ont déjà réalisé le même travail pour des clients similaires ? Les auteurs du livre plaident pour qu'on ne considère plus le temps comme un ennemi. Je suis d'accord. Par contre, si nous ne nous attaquons pas au véritable ennemi (la logique de concurrence perdant-gagnant), nous serons tous tôt ou tard anéantis par cette course folle. On peut en sortir, mais cela demande du courage, une volonté consciente, des enjeux à long terme, de l'humilité. -- Jean-Jacques Crèvecoeur -- -- Business Digest

Pour une vision plus qualitative du temps

La pression qui pèse aujourd’hui sur les entreprises a fait exploser les horaires de travail.

Les situations d’urgence et la vitesse sont autant de sources de stress qui font du temps une contrainte. Pourtant, les méthodes visant à mieux gérer le temps ne constituent plus une réponse satisfaisante. Parce que l’approche du temps doit être qualitative et non quantitative, "gagner" du temps ne peut plus être le seul objectif.

Ces outils qui nous font perdre du temps au lieu d’en gagner

Le téléphone portable, des moyens de transports de plus en plus rapides, le développement d’internet qui nous rend contemporains d’événements qui se passent aux antipodes, autant de développements technologiques qui se définissent comme des gains de temps. Pourtant, sans une utilisation réfléchie, ces outils nous rendent esclaves du temps des autres.

Savoir perdre du temps peut s’avérer souverain!

La multiplication des situations "d’urgence" dans le domaine du travail tend à faire disparaître tous les moments qui ne sont pas immédiatement productifs : temps de la réflexion, moments passés avec les autres, imprévus et interruptions dans le travail, autant de pertes de temps qu’il s’agirait de supprimer. Pourtant, être capable de perdre du temps ou d’improviser peut être une manière de ne plus subir la pression du temps. -- Idées clés, par Business Digest

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 8,99
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Müller, Jean-Louis ; Rosina, Fabrice ; Sellès, Monique ; Testa, Jean-Pierre
Edité par ESF (2000)
ISBN 10 : 2710114259 ISBN 13 : 9782710114253
Neuf(s) Couverture souple Quantité : 2
Vendeur
Tamery
(Paris, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre ESF, 2000. Couverture souple. État : Neuf. # Broché: 149 pages # Editeur : ESF Editeur (4 mai 2000) # Collection : Les Guides pratiques # Résumé : Les méthodes et les outils qui visaient à gagner du temps rencontrent leurs limites. Le chronomètre n'est plus le seul outil de mesure du temps. La question Comment gagner du temps ? n'est plus opératoire dans les situations mouvantes et complexes de la société de l'information. Nous devons maintenant raisonner avec le temps comme avec les calories. Un kilo de foie gras est plus nourrissant qu'un kilo de salade, une heure n'égale pas une heure. Les calories du temps sont : la charge mentale, la fatigue physique, le plaisir, le stress, le risque relationnel, la capitalisation des expériences et l'efficience probable de la séquence temporelle. Dans un environnement où l'instantané s'impose et où l'accent est mis sur les résultats immédiats, il peut être dangereux d'économiser les temps tels que les rituels relationnels, les moments de réflexion et d'adaptation, les leçons de l'expérience, l'appropriation des nouvelles idées et méthodes, la coopération. Celles et ceux de plus en plus nombreux qui utilisent les technologies de l'information vivent, s'ils n'y prennent pas garde, une fragmentation de leur temps. En fin de journée et de semaine, certains nous disent qu'ils se sont démenés sans traiter leurs missions essentielles. La pression de leurs interlocuteurs engendre chez eux un sentiment de panique. Nous vous invitons avec ce guide pratique, non plus à gérer votre temps, mais à jouer et improviser avec lui de manière à ce que vous choisissiez de réaliser ce qui est essentiel pour vous, en prenant en compte vos contraintes et ressources professionnelles, sociales et personnelles. Vous disposez à cet effet d'un auto-diagnostic de votre relation au temps et de nombreux exercices. Osons dire Halte à la tyrannie des horloges et devenons des stratèges du temps. # Biographie: Les quatre auteurs sont consultants à la CEGOS. Ils interviennent dans de nombreuses entreprises pour accompagner les transformations des pratiques managériales et professionnelles induites par les évolutions du concept temps . Ils contribuent à l'organisation du travail en temps et en moyens réduits. Ils conçoivent et développent des démarches et outils qui permettent de mieux vivre et d'être efficient dans des unités et entreprises rapides, réactives et mouvantes. Ils contribuent à la virtuosité des cadres et collaborateurs qui travaillent dans des environnements où règnent les technologies de l'information et de la communication. Ils capitalisent depuis plusieurs années des recherches et expériences sur le temps en intégrant les apports de l'ethnologie, de la philosophie, des sciences sociales, des mythologies et de l'approche systémique. N° de réf. du libraire ABE-14975986238

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 79
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 8,99
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais