B-17, missions de combat : Chasseurs, Flak et forteresses volantes : témoignages uniques des missions de la 8e Air Force au-dessus de l'Allemagne

 
9782726889893: B-17, missions de combat : Chasseurs, Flak et forteresses volantes : témoignages uniques des missions de la 8e Air Force au-dessus de l'Allemagne
Extrait :

Histoire et développement

"Ils firent voler la Forteresse volante jusqu'à 40 000 pieds, parce qu'ils n'avaient qu'une minuscule bombe."

Le Bomber Command de la Royal Air Force, qui avait brièvement employé les Forteresses en 1941, ne fut guère impressionné par la "Reine des deux". La Royal Air Force fit tous les efforts nécessaires pour aider le corps des bombardiers de la 8S Air Force à participer à la guerre aussi rapidement que possible, mais beaucoup demeurèrent sceptiques quant à sa capacité de bombarder en plein jour. Au vu de leur expérience arrière après la désastreuse campagne de bombardement en plein jour de 1939-1940, peu de Britanniques crurent que le corps des bombardiers de la 8e Air Force du général Ira C. Eaker pourrait réussir là où la Luftwaffe, durant la bataille d'Angleterre, et la RAF avaient échoué. Le major Paul W. Tibbets, officier au sein du 97e groupe de bombardement et chargé de la formulation des tactiques à Polebrook, commente : "Les sept semaines d'entraînement qui se déroulèrent entre notre arrivée en Grande-Bretagne et notre première mission payèrent. Je frissonne en pensant aux résultats si nous ne nous étions pas consacrés à cet entraînement intensif durant cette période... Je me souviens de certaines discussions avec des officiers supérieurs de la RAF qui essayèrent de nous dissuader de bombarder de jour. Ces discussions reposaient sur l'idée que nous serions balayés du ciel par les chasseurs et la flak. En conséquence de quoi, la plupart d'entre nous appréhendions l'idée de s'opposer à la Luftwaffe et à ses surhommes." En fait, les Britanniques, notamment le Premier ministre Winston Churchill, en vinrent à accepter la méthode de bombardement américaine, l'USAAF bombardant de jour tandis que le Bomber Command de la RAF effectuait ses opérations de nuit. L'offensive de bombardement de l'Allemagne se déroulait ainsi vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et ce furent les Forteresses volantes qui composèrent l'épine dorsale des missions de bombardement de la 8e Air Force sur le théâtre d'opérations européen. La foi américaine envers le bombardement de précision de jour fut inébranlable. En 1941, des stratèges américains conclurent qu'ils pouvaient détruire l'industrie allemande parce que, en théorie, 90 % des bombes larguées un jour dégagé exploseraient dans un rayon de 380 mètres de la cible. Cette idée remontait aux années 1930, lorsque l'on pensait que des bombardiers à long rayon d'action non escortés pourraient parvenir jusqu'à l'objectif, s'ils étaient suffisamment armés et répartis en formations massives. Quelques-uns des stratèges pensaient même que les seuls bombardiers pourraient directement influencer le cours de la guerre par le biais de forces aériennes stratégiques, qui effectueraient des missions de pénétration profonde et détruiraient les infrastructures industrielles de l'ennemi.

Biographie de l'auteur :

Martin Bowman est l'auteur de nombreux livres sur l'USAF et l'US Navy, la RAF et la Royal Navy, ainsi que d'autres ouvrages sur des sujets militaires ou sur les avions de transport aérien civil. Tous ont été écrits à la suite de longues années de recherches, d'interviews et de correspondances avec des contributeurs aux Etats-Unis, en Europe et dans le reste du monde. Pendant de nombreuses années, il fut un collaborateur régulier des magazines Air Combat, Air Classics et Air Progress. Il contribue également de manière assidue aux magazines britanniques Flight, la revue Rolls-Royce et Aeroplane Monthly. Il continue à explorer, à écrire sur tous les sujets relatifs à l'aviation, ce qui l'a amené à faire l'expérience d'un appontage puis d'un catapultage (dans un Grumman C-2 Greyhound) du pont du porte-avions USS John F. Kennedy, en pleine mer Méditerranée. Martin Bowman vit actuellement à Norwich, dans le Norfolk, en Grande-Bretagne.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande