La Mort, pourquoi on n'en parle pas ?

 
9782732437231: La Mort, pourquoi on n'en parle pas ?
Extrait :

Plein les oreilles

IMAGINEZ... Vous rentrez du bahut à dix-sept heures, la tête farcie de parallèles qui se bousculent et de règles de grammaire que vous avez du mal à discipliner. Vous tournez la clé dans la serrure. Votre mère, ou votre grand frère, a allumé la radio, et on entend les informations. Les résultats du championnat de foot, une fusée lancée dans le ciel ; puis un massacre en Afrique, avec des dizaines de milliers de victimes. Le présentateur change encore de sujet. Maintenant, de sa voix grave et professionnelle, il annonce pour la vingtième fois de la journée la mort de Michel Serrault, un acteur que vous aviez bien aimé dans Le Papillon et d'autres films. Puis un accident de la route qui a fait neuf blessés, et on arrive à l'heureux gagnant du Loto et au temps qu'il fera demain. Vous entendez ça tous les jours, et souvent dans un ordre qui pourrait laisser croire que le plus important c'est tout de même le foot.

Et plein les yeux

Le soir, à la télévision, rebelote ! Au moment des carottes râpées, juste après le ballon rond, on vous lance à la figure de terribles images d'attentats ou de bombardements en Irak. Les survivants racontent l'horreur qu'ils ont vécue. Les endives au jambon arrivent en même temps que le reportage qui vous montre les carcasses de voitures calcinées sur l'autoroute du Sud. Bien sûr, on vous évite souvent ce qui est considéré comme le pire : la vision des cadavres et du sang. On vous laisse imaginer, ce que vous faites vaguement, comme nous tous. Mais tout ça paraît si loin ! Pourtant, vous n'êtes pas indifférent. Les horreurs qui ont lieu en Afrique noire ou en Irak vous révoltent, et il vous arrive de vous demander, avec vos copains, ce que vous pourriez bien faire pour changer ce monde horrible. Comment les adultes peuvent-ils avoir le culot de laisser des hommes se faire la guerre, en se contentant d'apporter à manger aux survivants ? Mais la répétition, jour après jour, des images d'accidents ou d'atrocités commises par des hommes sur d'autres hommes vous forge tout de même, à votre insu, une carapace d'habitude. La mort est une image, circonscrite au petit écran, à la page du journal. Elle est lointaine, vite effacée par les préoccupations immédiates : demain, on a cours de français en salle 105 ou 207 ? Pourquoi est-ce que Sandrine ne m'a pas dit au revoir à la sortie ? Elle est fâchée ?

Souvent, j'ai envie que la Terre explose, je ne sais pas pourquoi. Comme ça. Il y a trop de guerres, de crimes, de fleurs écrasées, d'oiseaux tués, d'enfants blessés. Le monde est mal fait : on vit, on meurt, ce n'est pas terrible.

MYRIAM.

Présentation de l'éditeur :

Pour vous, la vie ne fait que commencer et vous vous sentez bien vivant. La mort, la vôtre mais aussi celle des autres, vous semble à des années-lumière. Pourtant, quand elle s'invite parmi nous, elle nous laisse démunis, sans voix.

À quoi sert la mort ? Comment s'occupe-t-on du corps du défunt ? Où va l'esprit quand le corps cesse de vivre ? Est-ce grave quand on n'arrive pas à pleurer ? Comment surmonter sa peine ? Et comment conserver un souvenir bien vivant de la personne disparue ?

Autant de questions que les ados n'osent pas toujours poser, par pudeur ou par convention, et auxquelles Sylvie Allemand-Baussier répond, en tenant compte des différentes religions et des rites. Une chose est sûre, la mort est une étape normale du processus de vie. Alors, osons en parler !

Sylvie Allemand-Baussier, éditrice d'encyclopédies générales et journaliste, se consacre aujourd'hui à l'écriture de documentaires historiques et d'essais pour les adolescents sur des thèmes forts, tels que le handicap ou la mort. Elle a déjà publié "Un copain pas comme les autres" et "Le Handicap, le guide de l'autonomie" (DLMJ). Elle vit à Evreux.

Véronique Deiss est née à Strasbourg en 1965. Elle y étudie aux Arts Déco, dans l'atelier de Claude Lapointe puis crée des dessins humoristiques pour la presse et l'édition. Elle a reçu de nombreux prix (Prix Non fiction Bologne 1995, Prix humour tendre du salon international du dessin de presse de Saint just-le-Martel en 2000).

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre
EUR 18,09

Autre devise

Frais de port : EUR 8
De Allemagne vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Allemand-Baussier, Sylvie, Deiss, Véronique
ISBN 10 : 2732437239 ISBN 13 : 9782732437231
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
medimops
(Berlin, Allemagne)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : very_good. 281 Gramm. N° de réf. du libraire M02732437239-V

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 18,09
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 8
De Allemagne vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais