Les enfants de familles désunies en France : Leurs trajectoires, leur devenir

 
9782733201589: Les enfants de familles désunies en France : Leurs trajectoires, leur devenir
Extrait :

Extrait de l'introduction :

Nous sommes souvent surpris de voir nombre de nos proches (et parfois soi-même) reproduire d'une manière semi-consciente les structures familiales de leur enfance. Pourtant, la spécificité de chaque individu, la complexité des biographies privées, le «hasard» des rencontres, l'évolution des moeurs entre deux générations et le métissage des rapports sociaux devraient favoriser l'éparpillement des schémas familiaux. Cependant, le passé familial est influent. Chaque microdécision ou chaque absence de décision lors du parcours affectif semble empreinte d'éléments implicitement ou explicitement transmis. Quels sont les impacts à long terme des expériences vécues au sein du groupe domestique de l'enfance ? Comment les mesurer ? Quels mécanismes sont à l'oeuvre et peut-on les expliquer ? L'objet de l'étude que nous proposons est la séparation des parents et la vie en famille dissociée qui en résulte, comparée à la forme familiale normative : la famille dite «unie» à deux parents biologiques. Je souhaite d'abord convaincre le lecteur que les effets sur le long terme de la structure du groupe domestique de l'enfance constituent un objet digne d'intérêt, injustement laissé pour compte par la sociologie française. Ces effets peuvent faire l'objet de mesures précises et convaincantes, dont il faudra préciser la méthode d'élaboration.

Typologie des travaux existants

Les études françaises sur l'impact immédiat des ruptures familiales

Les manuels scolaires et universitaires témoignent de l'éloignement des pré­occupations entre la recherche française et la recherche américaine. En sociologie de la famille, ces manuels ont une fonction importante de relais des travaux spécialisés auprès d'un plus vaste public enseignant et étudiant. Ces supports de médiation des résultats scientifiques les plus récents influencent les représentations du grand public sur la famille. La compréhension des structures familiales et la diffusion de cette compréhension sont des facteurs de production des constructions sociales autour de la vie familiale et du divorce. La séparation conjugale est l'objet de développements assez succincts dans les manuels français sur la famille alors qu'elle apparaît comme une véritable branche de la sociologie de la famille aux États-Unis. Un ouvrage de synthèse (Davidson, Moore, 1996) consacre un chapitre avec une compilation assez détaillée des résultats des travaux sur les conséquences d'une trajectoire familiale dissociée sur le devenir des enfants.
D'un point de vue individuel, les causes de fragilité conjugale et les différents modèles de divorce sont bien résumés en France. Sont expliqués, le désen­chantement conjugal, les compromis difficiles dans les couples peu homogames ou les enjeux conjugaux du travail de la femme (de Singly, 1991 ; de Singly, 1993; Kaufmann, 1993; Segalen, 2000).
D'un point de vue plus global, l'interprétation de la montée du divorce, en relation avec une individualisation progressive des valeurs et interactions familiales, est un sujet constant de préoccupation. L'espace familial est le lieu d'expression privilégié du repli individualiste, il est chargé d'attentes et du désir d'autonomisation de l'individu par rapport à son rôle et à ses obligations sociales (ce qui est parfois contradictoire avec la dimension collective de cet espace). Cette vision du fonctionnement contemporain de la famille comme instrument du développement personnel des individus qui la composent, permet de bien comprendre les causes de la rupture familiale (de Singly, 2000).
Mais, en occultant aujourd'hui pour partie la fonction institutionnelle de reproduction de la famille, cette vision délaisse en particulier l'analyse des effets des dissociations familiales. L'individualisation des rapports conjugaux a des conséquences en termes de fécondité et modifie la configuration de la famille. Par-delà la découverte et l'interprétation de nouvelles fonctions (la famille comme instrument de réalisation de soi-même) se pose nécessai­rement la question de leur impact sur la mission traditionnelle de transmission.
En France, la connaissance démographique est très précise en ce qui concerne la mesure des nombres et la description des variétés des situations familiales. Démographes et sociologues décrivent la baisse des mariages au profit de la cohabitation hors mariage, la hausse ininterrompue, depuis les années 1970, du nombre de divorces, la croissance des naissances hors mariage, la croissance des seconds mariages et l'augmentation progressive des «recompositions» de familles, la baisse générale de la fécondité.

Présentation de l'éditeur :

Aujourd'hui en France, un enfant sur quatre connaît une sé­paration parentale. Le nombre de divorces a en effet fortement augmenté durant ces trois dernières décennies. Dès 1975, les enfants de parents divorcés ont été au centre des préoccupations du législateur. Que sont-ils devenus 20 ans après ? Quelles ont été les incidences d'une désunion, d'un vécu avec un parent seul ou d'une recomposition, sur leur scolarité, leur entrée dans la vie professionnelle ou leur premier couple ? L'auteur s'interroge sur la trajectoire familiale des générations nées depuis 40 ans, qui ont grandi avec ces changements majeurs : la baisse des mariages, l'augmentation des divorces et du nombre de familles recomposées. Il apporte des réponses avec le recul nécessaire que permet une expérience désormais massive de la rupture conjugale. À partir d'analyses statistiques affinées, Paul Archambault démontre que l'impact est surtout visible sur la scolarité et l'obtention d'un premier diplôme, mais moindre sur l'entrée dans la «vie adulte». Il indique aussi que le regard sur cette tranche d'âge a changé. Que signifie «être jeune» aujourd'hui ? Le départ de chez les parents, de même que l'entrée dans la vie active sont plus tardifs, et les études s'allongent. Un champ d'études peu exploré qui ouvre des perspectives d'analyse et de nouvelles références sur le devenir social des enfants et de la jeunesse.

Paul Archambault, docteur en sociodémographie, travaille dans une société spécialisée dans les comportements de consommation et collabore depuis 1998 avec l'Ined sur le thème de la famille.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 25,50

Autre devise

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

ARCHAMBAULT PAUL
Edité par INED
ISBN 10 : 2733201581 ISBN 13 : 9782733201589
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre INED. Paperback. État : NEW. INED (28/09/2007) Weight: 415g. / 0.91 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782733201589

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25,50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais