Arlette Aguillon La Maîtresse du Moulin

ISBN 13 : 9782738223357

La Maîtresse du Moulin

Note moyenne 4
( 1 avis fournis par GoodReads )
 
9782738223357: La Maîtresse du Moulin

Titre: La Maîtresse du Moulin
Année d'édition: 2008
Etat: Occasion - Très bon
ISBN : 9782738223357
Commentaire: Légères traces d'usure sur la couverture. Ammareal reverse jusqu'à 15% du prix net de ce livre à des organisations caritatives.

Chez Ammareal nous vendons des livres d'occasion en ligne fournis par nos partenaires bibliothèques et associations.
Nous reversons une part du prix de chaque livre à nos partenaires et à des organisations caritatives.
Ce que nous ne vendons pas nous le donnons, ce que nous ne donnons pas nous le recyclons.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Sidoine Garrassin n'avait pas eu de chance avec ses femmes. Son père, Hippolyte, maître meunier qui voyait loin, lui avait choisi la première, comme il était de tradition dans la famille, de fils unique en fils unique. La seule fille dont on gardait le souvenir avait gravement failli : elle s'était enfuie en 1811 avec un Marseillais sans le sou, un traîne-sabre, ce qui avait réjoui les gens de Sollières, agacés par la prospérité du moulin. Depuis, les Garrassin, humiliés, n'avaient plus fait que des garçons et s'étaient enlisés dans l'avarice et la misogynie.
Marguerite, la promise de Sidoine, était la fille des tanneries de Gardanne. Le choix eût pu paraître étrange, dans une famille où on épousait plutôt des terres à blé ou des boulangeries, afin d'assurer, en amont comme en aval, la pérennité du moulin. En fait, c'était une histoire d'eau. En 1870, après les inondations, Hippolyte avait aidé à réparer la grande roue à aubes qui actionnait les pompes et les malaxeurs de l'usine. Il s'était dit que, si la fortune des Gensollen était proportionnelle à la taille de leur roue, la toupine ! contenant leur magot devait être deux fois plus grosse que la sienne. Et c'est gonflé de convoitise qu'il avait demandé pour son fils la main de cette enfant de riches. La fiancée, dernière de la nichée, venait après deux garçons et trois filles. Ses chances d'être un jour propriétaire de la tannerie étaient plutôt minces, mais on ne savait jamais. Des familles entières s'étaient vues décimées à propos par les fièvres ou par des assassins...
Docilement, Sidoine avait fait taire les pâles sentiments qu'il éprouvait pour Geneviève Latil, la nièce du bedeau. Il avait apposé son timide paraphe au bas du contrat de mariage imposé par le père de la mariée, car le tanneur avait, d'un coup d'oeil perspicace, mesuré la roue des Garrassin, converti illico la circonférence en francs-or, et divisé froidement par deux ce que le meunier, avant lui, avait multiplié.
Marguerite était une grande fille molle, l'air ennuyé de tout. De son bref passage chez les ursulines d'Aix, elle avait conservé des manières, et ne s'était jamais faite aux moeurs rustiques des Garrassin. Pour l'honorer une fois par mois, c'était toute une affaire. Sidoine devait mener des négociations, apporter des fleurs, débiter des compliments niaiseux qui lui faisaient monter au front le rouge de la honte. Ensuite, pendant tout le temps que durait la campagne, elle toussait, soupirait, allait même jusqu'à lui demander d'une voix mourante si c'était encore long. Ces tristes étreintes, perpétrées sans élan sur une serviette nid-d'abeilles afin d'épargner la literie, demeurèrent stériles. Pis encore, il fallut prendre une commise pour tenir la bascule de détail, car la poussière de farine donnait des suffocations à Madame. Elle déserta alors totalement le lit conjugal et s'installa dans la chambre du bas où elle passait son temps à lire des petits romans et à monter des bouquets compliqués avec les roses du pont et les mauvaises herbes qui poussaient autour du moulin.

Présentation de l'éditeur :

En 1880, près d'Aix-en-Provence, les commérages vont bon train. De quel mal étrange succombent les épouses successives du meunier ? Héloïse, sa jeune servante qui le tient pour responsable de la disparition de son propre père, a-t-elle un lien avec ces morts suspectes ? Qui est le père de l'enfant qu'elle porte ? Confidences, bavardages, révélations, doutes, supputations, calomnies... La rumeur s'amplifie. Dévots et libres-penseurs s'affrontent. Tout le monde ment. Par intérêt ? Par lâcheté ? Au loin, on commence à construire la tour Eiffel et la statue de la Liberté. Annonçant la fin inéluctable des moulins, le fracas du monde moderne parvient, assourdi, jusqu'au pied de la Sainte-Victoire...

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Arlette Aguillon
Edité par Chapitre.com - Impression à la demande (1880)
ISBN 10 : 2738223354 ISBN 13 : 9782738223357
Neuf(s) Paperback Quantité : > 20
impression à la demande
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Chapitre.com - Impression à la demande, 1880. Paperback. État : NEUF. - Genre : littérature : littératures italienne, roumaine, rhéto-romane Print on Demand. N° de réf. du libraire 1872738223353

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 20
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais