Jerry Stahl Moi, Fatty

ISBN 13 : 9782743625382

Moi, Fatty

Note moyenne 3,85
( 874 avis fournis par GoodReads )
 
9782743625382: Moi, Fatty
Extrait :

Extrait de l'introduction :

Un jour, je me suis fait ramasser par la police devant la pelouse de chez Fatty. Bien sûr, à l'époque, Fatty - qui préférait qu'on l'appelle Roscoe - ne vivait plus à cette adresse. Arbuckle est mort en 1933. C'était au milieu des années quatre-vingt, avant l'aube de l'ère du Crack. Les trafiquants de rue se massaient sur ce secteur d'Adams Boulevard, tombé entre-temps dans la débine, près du centre de Los Angeles, hélant les gamins blancs en voiture pour leur vendre leur camelote, un puissant mélange de Doredine et de Codéine 4. Le Doryphore, comme on l'appelait, c'était une montée au ralenti d'une demi-heure environ, suivie d'un bourdonnement opiacé qui bloquait les tripes et obligeait à se gratter le nez pendant des jours entiers. Cherchant à tourmenter profondément des légions de punks honnis - la clientèle de base du mélange narcotique cité plus haut -, une cabale de flics de Los Angeles, avec des stups de la DEA et deux individus mystérieux de Compton appelés Léon, provoquèrent la disparition des Doredines, forçant une couche de population tout entière à se mettre à l'héro.
La bicoque de Fatty, à l'époque où l'auteur de ces lignes atterrit devant sa façade le nez en avant, avait été transformée en un respec­table avant-poste du Christ, baptisé Amat House. Amat servait de foyer à une congrégation de prêtres de l'ordre de St. Vincent, une secte composée d'hommes chastes se consacrant à des oeuvres de charité. Apparemment, leurs devoirs n'allaient pas jusqu'à secourir des inconnus complètement défoncés en pleine détresse - quoique je me souvienne d'avoir vu un ou deux visages blancs et effrayés derrière une fenêtre aux rideaux tirés, tandis qu'un policier m'ordonnait de m'allonger face contre terre sur le trottoir. À strictement parler, je n'étais pas sur la pelouse des frères catholiques ; mon visage était coincé entre les barreaux de la clôture métallique qui entourait leur propriété. Pourtant, je me rappelle encore avoir savouré l'odeur humide, le puissant arôme de nature de leur purin, comme si j'étais dans une ferme, faisant la sieste le visage à même la terre battue, à l'instar des paysans.
Tout cela n'aurait absolument aucun sens si trois quarts de siècle plus tôt, en 1916, un millionnaire au visage de foetus, haut d'un mètre soixante-cinq et pesant cent vingt kilos, ne s'était pas injecté de l'héroïne et n'avait contemplé sa propre déchéance dans la pièce même où ces étranges visages blancs étaient en train de m'observer. Qui sait si Arbuckle, piquant du nez en ces temps reculés, n'avait pas entendu en fermant les yeux les cris des accros de la drogue qui ne devaient voir le jour que trois générations plus tard ?
À l'époque de son voyage au bout de la seringue, Roscoe «Fatty» Arbuckle était plus populaire que Charlie Chaplin. Notamment par une journée particulière du mois d'août, au plus fort, au plus déchaîné de la Première Guerre mondiale, dans un coin rupin de cette ville d'éleveurs où s'entassaient les petits Blancs de l'Ouest transplantés, la première génération d'artistes européens princes de l'évasion, de gens de théâtre marginaux, et des Mexicains indigènes. Le colossal Arbuckle, qui piquait du nez, pouvait prétendre alors au titre de vedette de cinéma la plus aimée sur la planète - à défaut d'être celle dont le mode de vie était le plus sain.

Revue de presse :

Aujourd'hui, c'est au tour de Jerry Stahl (À poil en civil, Rivages/«Noir») de ressusciter une figure colossale du septième art : Roscoe Arbuckle, dit Fatty (1887-1933). Un nom qui ne parle qu'aux cinéphiles. Pourtant, Fatty fut, en son temps, plus connu que Chaplin, le pair de Buster Keaton, la star des premiers films muets de Mack Sennett. Il fut aussi le premier comédien à gagner un million de dollars à une époque où le cinéma n'avait pas bonne presse. Et puis, du jour au lendemain, la gloire se mua en un horrible cauchemar. On l'accusa de meurtre et de viol. C'est cette courte mais intense existence que retrace Jerry Stahl...
À travers son récit, on assiste à la naissance d'un cinéma encore balbutiant, mal vu par les bourgeois...
Jerry Stahl ressuscite une époque. La prohibition, la répression des moeurs, la paranoïa galopante autour des rouges. Il fallait un coupable. Une cible visible. Avec ses 120 kg, Fatty, le Prince des Baleines, s'imposait. Du lâchage généralisé (amis, professionnels) au lynchage coordonné par la presse du magnat Randolph Hearst, ce fut la curée. (Bruno Corty - Le Figaro du 29 novembre 2007)

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Jerry Stahl
ISBN 10 : 2743625384 ISBN 13 : 9782743625382
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97827436253820000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18,38
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Jerry Stahl
Edité par Rivages (2013)
ISBN 10 : 2743625384 ISBN 13 : 9782743625382
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Rivages, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782743625382

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 9,65
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais