Enfances & psy, N° 49, Décembre 2010 : Emotions : leurs devenirs dans la rencontre

 
9782749213408: Enfances & psy, N° 49, Décembre 2010 : Emotions : leurs devenirs dans la rencontre
Extrait :

Extrait de l'introduction de Denis Mellier et Alexandrine Saint-Cast

L'émotion, un mouvement vers l'autre ?

Les émotions font partie intégrante de la vie, et sont particulièrement prégnantes dans nos métiers. Quelle place ont-elles dans le développement du tout-petit, de l'enfant, de l'adolescent ? Comment les intégrons-nous dans notre pratique ? Comment y faire face sans les occulter ? Les écouter sans qu'elles nous débordent ? Comment aider nos patients lorsque leurs émotions les font souffrir, lorsqu'elles leur font défaut, ou mettent en péril leur santé psychique ?

Nous proposerons tout d'abord un repérage de ces termes souvent employés les uns pour les autres : affect, émotion, émoi, humeur, passion, etc., pris parfois dans des synonymies approximatives qui font le lit de malentendus et en brouillent les appréciations rigoureuses. Les émotions résisteraient-elles à leur saisie rationnelle ?

«Les mots manquent aux émotions», disait le poète. Les émotions se prêtent souvent mal aux mots. Est-ce une des causes du rejet dont elles ont fait l'objet, depuis la philosophie antique jusqu'à certaines théories de notre science actuelle, qui se fondent sur leur exclusion ? Comment mettre en relation l'émotion et l'effort pour la dire, sans les entendre dans une simple opposition de valeur ? Pouvons-nous trouver, dans la sensation et la reconnaissance de la richesse de ces éprouvés, enracinés dans un monde archaïque propre à chacun, une passerelle qui nous ouvrirait des perspectives de compréhension et de thérapeutique ?

Le point organisateur de ce numéro prend sa racine de l'étymologie même du terme «émotion», qui vient du latin e movere, qui veut dire «ébranler», «mettre en mouvement». L'émotion est avant tout mouvement. Mouvement qui n'est pas sans évoquer le mouvement pulsionnel freudien. Nous renouons ainsi avec l'approche psychanalytique classique où l'affect est envisagé comme un composant de la pulsion, tout en faisant place aux travaux plus actuels en psychologie cognitive et du développement, pour lesquelles le terme d'émotion est souvent privilégié, comme en psychologie sociale. Plus précisément, on peut dire, en suivant le travail de l'un d'entre nous, que «l'affect peut donner forme à des émotions qui pourront avoir une fonction communicative pour le sujet et implicitement pour les autres». La souffrance, cependant, peut ne pas se trouver étayée par une expression émotionnelle repérable, et nous savons qu'il est important dans ce cas d'aider ces sujets à être à l'écoute de leurs ressentis, de leurs propres «mouvements internes».

Pour mieux épouser ce mouvement même, nous proposons un double trajet, du bébé à l'adolescent, et du corps biologique au corps social, en tant qu'ils sont les supports de nos émotions. Ce parcours nous permettra de rechercher le sens de différentes formes émotionnelles : les émotions primaires qui codent socialement nos échanges, les émotions esthétiques qui, au contraire, s'accordent subtilement aux variations des sensations, les émois qui signent explicitement un trouble pour le sujet et s'opposent ainsi à l'état plus étendu et diffus de l'humeur comme au sentiment, qui s'organise autour d'une représentation plus cognitive ; mais de déterminer également un trajet d'humanisation pour chaque sujet. S'il est vrai que chaque émotion correspond à une modification de l'organisation chimique cérébrale, il faut aussi préciser qu'elle est liée à la manière dont le monde est perçu par le sujet, à sa mémoire, à sa personnalité, à sa maturation psychoaffective et à ses compétences relationnelles, à son histoire. L'émotion est la face visible des affects du sujet.

Présentation de l'éditeur :

Comment intégrons-nous les émotions dans notre pratique clinique ? Comment les écouter sans qu'elles nous débordent ? Comment y faire face sans les occulter ? Quelle place ont-elles dans le développement du tout-petit, de l'enfant, de l'adolescent ? Quels sont les ressorts profonds de leur émergence et de leur métamorphose ? Comme reconnaître la souffrance ? Comment le corps par ses manifestations toniques et émotionnelles peut-il nous renseigner sur l'état de nos patients, leurs malaises ou leurs mieux-être ? Comment l'art et le plaisir esthétique peuvent-ils prendre sens dans les soins à médiation ? Comment reconnaître le sens de différentes formes émotionnelles : les émotions primaires qui codent socialement nos échanges, les émotions esthétiques qui au contraire s'accordent subtilement aux variations des sensations, les émois qui signent explicitement un trouble pour le sujet et s'opposent ainsi à l'état plus étendu et diffus de l'humeur, comme au sentiment qui s'organise autour d'une représentation plus cognitive ? Entre l'approche psychanalytique classique où l'affect est envisagé comme un composant de la pulsion, et les travaux plus actuels de la psychosomatique et de la psychologie du développement, ce numéro envisage les répercutions directes de ces interrogations sur la pratique thérapeutique et invite à inclure les dimensions spécifiques du corps, de la pensée et du plaisir pour comprendre comment, dés la prévention il est question déjà du soin.

Ont participé à ce numéro : Gisele APTER - Marie-sophie BACHOLLET - Rose angelique BELOT - Ayala BORGHINI - Franco BOSCAINI - Baptiste BROSSARD - Sandra COLOGNE - Patrick DEVLIEGER - Stephanie HABERSAAT - Daniel MARCELLI - Francois MARTY - Veronique MASUY - Denis MELLIER - Joachim MUKAU - Kostas NASSIKAS - Vincent QUARTIER - Alain QUESNEY - Herbert ROEYERS - Alexandrine SAINT-CAST - Annick SIMON - Sarah TESSARECH - Anne TURSZ -

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande