Des enfants-otages dans les conflits d'adultes

 
9782749236193: Des enfants-otages dans les conflits d'adultes
Extrait :

Extrait de l'avant-propos

Trente ans d'une vie de juge passés à écouter des gens en détresse sociale ou psychique permettent de vérifier quotidiennement qu'une véritable enfance n'a pas de prix.
Ainsi cette femme, venue me demander une tutelle pour sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, qui me parle de sa vie d'enfant «bâtarde», de cette faute qu'elle n'a cessé d'expier ; soixante ans plus tard, la voilà redevenue une petite fille aux cheveux blancs, pleurant cet amour dont elle a tant manqué.
Cet homme m'explique d'une voix tremblante l'inutilité de ses efforts à l'égard des deux vieillards assis à côté de lui qui se trouvent être ses parents : «Ils ne m'ont jamais élevé, comment pourraient-ils me faire confiance ?»
Pour préserver cet inestimable trésor, il faudrait mobiliser tous nos efforts afin d'accompagner les séparations parentales, prendre en charge au plus tôt les drames de l'inceste et de la maltraitance, soutenir les parents que la maladie ou la détresse sociale empêchent d'élever leurs enfants, tout en protégeant ces derniers.
Tout au contraire, notre société gaspille son énergie dans une inutile «tolérance zéro», pourchassant la moindre infraction commise par un jeune ; pire encore, on a transformé des «incivilités» en délit réprimé par la loi. L'obsession des mineurs dangereux prend le pas sur l'aide aux mineurs en danger.
Le juge des enfants qui, en France, intervient à la fois pour la protection de l'enfance en danger et pour le traitement de la délinquance des mineurs est bien placé pour identifier dans les vies de ces mineurs, trop connus des policiers et des gendarmes, des situations qui relevaient ou auraient dû relever de la protection de l'enfance. S'il dispose du recul de plusieurs années d'expérience sur son ressort, il regrettera plus amèrement encore le peu d'écho de ses appels aux services du parquet pour des interventions plus rapides des services de police ou de gendarmerie face à la violence intrafamiliale ou aux fugues de mineurs placés dans le cadre de l'assistance éducative : tant qu'ils n'ont pas commis d'infraction, leur situation n'intéresse personne, ou presque...
Qu'un jeune adulte de 20 ans ne soit pas encore en mesure de s'assumer paraît plutôt naturel dans les classes aisées de la société ; mais pour les jeunes en difficulté sociale, plus d'indulgence possible, il faudrait aux dires de certains permettre l'incarcération de mineurs de plus en plus jeunes. La loi du 8 août 2011 instituant le renvoi obligatoire des mineurs de plus de 16 ans devant le tribunal correctionnel des mineurs vient ainsi retirer à certains jeunes leur droit d'être considérés comme des enfants. Elle renforce encore la stigmatisation frappant certains jeunes en raison de leurs origines et de leurs résidences, et ne peut qu'accroître leur sentiment de révolte provoqué par l'exclusion. En généralisant la possibilité pour le procureur de renvoyer le mineur directement en jugement, cette même loi sape un des principes fondamentaux de la justice des mineurs : prendre le temps de comprendre l'acte et de voir l'évolution de l'enfant.

Présentation de l'éditeur :

Aurélien, Chloé, Alisson et Grégory, envahis par la souffrance de leurs proches ne peuvent se reconnaître le droit d'avoir des relations heureuses avec l'ensemble de leur famille. La guerre et la barbarie ont dépouillé Isabel et Samuel de leur enfance, menant ce dernier à devenir en France un «mineur isolé étranger» dormant dans la rue.

Au moment où le discours social et médiatique se focalise majoritairement sur la délinquance des mineurs, Odile Barrai, juge des enfants pendant de nombreuses années, a choisi de raconter six histoires d'enfants-otages (enfants-miroirs, enfants-boucliers, enfants-trésors de guerre...) pris dans des conflits d'adultes, en se plaçant «à hauteur d'enfant».

En adoptant le strict point de vue de l'enfant prisonnier dans les déchirures des adultes, elle veut donner à penser la place de l'enfant dans notre société et réaffirmer la spécificité des droits de l'enfance : le premier d'entre eux étant de pas décider comme un adulte en miniature et de ne pas devoir assumer la culpabilité de choix douloureux.

Odile Banal est magistrat. Elle a exercé essentiellement en tant que juge d'application des peines et juge des enfants à Lyon, Nantes, Albi, Toulouse.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 15,71

Autre devise

Frais de port : Gratuit
De Etats-Unis vers France

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Odile Barral
ISBN 10 : 2749236193 ISBN 13 : 9782749236193
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97827492361930000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 15,71
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
De Etats-Unis vers France
Destinations, frais et délais