Oreste, face cachée d'Oedipe : Actualité du matricide

 
9782749237015: Oreste, face cachée d'Oedipe : Actualité du matricide
Extrait :

Extrait de l'avant-propos

Ce dialogue est né d'une rencontre. Lors d'une intervention à des journées de l'Association lacanienne internationale, j'ai évoqué publiquement mon intérêt pour le matricide dans le contexte actuellement de plus en plus fréquent de ce que j'appelle la famille bimonoparentale. A la fin de mon exposé, une collègue qui m'était jusque-là inconnue s'est présentée à moi pour me dire qu'elle avait écrit un livre sur le matricide et que, comme c'était la première fois qu'elle entendait évoquer cette thématique dans le groupe d'analystes auquel nous appartenions tous les deux, elle se réjouissait de pouvoir m'en faire part explicitement.
Comme le dit l'expression, mon sang ne fit qu'un tour, et je me suis aussitôt procuré cet ouvrage qui avait complètement échappé à ma vigilance autant qu'à celle de mes collègues. La surprise fut au rendez-vous : un ouvrage excellent sur ce sujet avait donc été publié il y avait déjà plusieurs années et il avait été complètement ignoré par les psychanalystes. De plus, il se référait explicitement et longuement à l'Orestie, trilogie grecque d'Eschyle à laquelle moi-même je m'étais intéressé pour des raisons à première vue toutes différentes.
Le fait m'a intrigué d'autant plus que je faisais progressivement la découverte de la pertinence actuelle de cette problématique : face à l'évolution de la famille à laquelle nous assistons, c'est le modèle monoparental qui s'avère de plus en plus fréquemment rencontré. Mais cette disposition n'est pas que sociologique ; elle recouvre pour l'enfant une façon différente d'avoir affaire à la génération d'avant : fût-ce à deux reprises, et cela même dans les familles restées unies, celui-ci se trouve confronté à un seul parent. En fait, c'est comme si l'articulation des père et mère - leur relation étant fondée, comme on le sait depuis Lacan, sur leur non-rapport -n'était bien souvent plus au programme, ce qui m'a fait parler de clinique de la famille bimonoparentale. S'ensuit comme conséquence un glissement de la problématique habituelle du parricide - qui, rappelons-le, désigne le meurtre du parent, qu'il soit père ou mère - vers celle du matricide. Comme si effectivement, ce que l'enfant avait pour tâche de faire mourir, ce n'était plus tant symboliquement le père que la mère ! La transgression que l'enfant devait assumer ne relevait plus alors que d'un seul Autre, le plus souvent non barré !
J'ai donc pris contact avec l'auteur et lui ai proposé d'échanger autour de la pertinence de cette question. Nous nous sommes mis au travail et petit à petit, de rencontre en rencontre, nos entretiens ont pris la forme de l'ouvrage que le lecteur découvre ici.

Présentation de l'éditeur :

Qu'il y ait l'appui d'un père ou pas, l'enfant humain, pour devenir sujet, doit s'approprier sa condition d'être de langage. Ce travail exige de lui de quitter sa mère, ou plutôt, de renoncer à la jouissance de ce qui leur est part commune. Autrement dit, la mère et l'enfant - et cette formulation ménage également la place du père - doivent tous deux se déprendre du maternel. Cette tâche est aujourd'hui rendue plus difficile par le contexte de notre société : d'une part parce que les cadres culturels de la tradition, qui soutenaient cette déprise, s'avèrent périmés, d'autre part, parce que les nouveaux repères proposés dénient la complexité de ce qu'exige l'humanisation.

Michèle Gastambide et Jean-Pierre Lebrun, dans cet entretien passionnant, relisent l'Orestie, la trilogie d'Eschyle, en écho avec leur clinique. Ils avancent que, si Œdipe est la tragédie du destin, dont Freud a déduit l'interdit de l'inceste, Oreste qui tue sa mère pour venger son père est celle de l'impossible de la jouissance incestueuse pour qui veut être humain. Cette proposition a des conséquences. Elle ouvre des perspectives inédites à la pratique professionnelle de ceux qui accompagnent un sujet dans ses difficultés, comme à l'action des parents, auxquels échoit prioritairement la tâche de transmettre les conditions de notre humanité.

Michèle Gastambide est psychanalyste à Lille.
Jean-Pierre Lebrun est psychanalyste à Namur et Bruxelles.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Jean-Pierre Lebrun; Michèle Gastambide
ISBN 10 : 2749237017 ISBN 13 : 9782749237015
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97827492370150000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 22,33
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Jean-Pierre Lebrun; Michèle Gastambide
Edité par Erès (2013)
ISBN 10 : 2749237017 ISBN 13 : 9782749237015
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Librairie Vent d'Ouest
(Nantes, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Erès, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782749237015

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

GASTAMBIDE M/ LEBRUN
Edité par ERES
ISBN 10 : 2749237017 ISBN 13 : 9782749237015
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre ERES. Paperback. État : NEW. ERES (21/03/2013) Weight: 206g. / 0.45 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782749237015

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais