Aidons les morts à partir vers la Lumière : Passeuse d'errants

 
9782753802506: Aidons les morts à partir vers la Lumière : Passeuse d'errants
Extrait :

Depuis de nombreuses années, je partage mon temps entre le monde physique de la Terre et le Monde de la quatrième dimension, ou Monde des morts à la Terre. C'est là que résident nos aimés, disparus à notre vue si limitée de terrestres. Tel le serpent, ils ont mué, abandonnant, involon­tairement, leur corps à la Terre pour retrouver leur corps immortel - celui de notre première naissance dans la matière lourde : la chair d'un corps physique. Évidemment très peu de terrestres connaissent ce processus.

Avant d'entrer dans mon sujet - Passeuse d'errants - il me semble indispensable de faire un point sur les connais­sances, afin que vous compreniez ce que j'énoncerai plus tard.

Le rôle de Passeuse d'errants consiste à aider ceux qui, ayant quitté le plan terrestre, n'ont aucune notion de leur nouvel état d'êtres spirituels. Quitter le plan terrestre signifie : mort à la Terre et vie dans un autre corps nommé «corps spirituel». Tout humain possède deux corps lors de sa naissance première à la Terre. En priorité, un corps spirituel, ensuite, un corps physique. Ce processus se nomme première incarnation. Il se poursuit lors de chaque réincarnation sur notre petite planète. Ce corps spirituel est constitué d'ondes extra­sensibles, toujours inconnues par les scientifiques, même les plus avancés dans leurs recherches. Ce corps est la réplique fidèle du corps physique, mais il n'est pas son double, puisqu'il se situe à l'intérieur du corps physique. De ce fait, il est invisible et n'apparaît qu'après la mort terrestre ou dans le cas de dédoublement.

Comment ce corps spirituel sort-il du corps physique au moment de la mort ? Lorsqu'une personne a exhalé son dernier soupir, son corps spirituel sort presque, immédiatement, (tout est relatif) par le haut de la tête, exactement au chakra coronal. Ce corps d'ondes spirituelles s'étire plus ou moins lentement, selon l'évolution de l'être. Ce processus peut durer quelques secondes, mais dans les cas les plus difficiles (la peur de la mort, par exemple) cela peut se prolonger durant deux minutes au maximum. L'être à ce moment-là est libéré de son carcan terrestre - son corps physique. À cet instant précis, le corps spirituel est libre et peut aller où il le désire. Il sera autonome jusqu'au moment de sa future réincarnation. Ce processus fait partie des Lois de la Nature ou Lois cosmiques, promulguées par le Divin Créateur nommé, en général, Dieu. Toutes les Lois cosmiques sont édictées par le Maître incontesté du Cosmos, pour toutes les Humanités disséminées dans l'Insondable Univers.

Envisageons maintenant les conséquences de cette sortie du corps spirituel appelée passage. Passage d'un monde, le terrestre, vers un autre Monde, celui de la quatrième dimen­sion. Sur Terre, nous vivons dans un monde tridimensionnel et, brusquement, l'être se trouve propulsé dans un Monde spirituel à quatre dimensions. Ce changement de dimension corres­pond exactement au corps d'ondes qu'est le corps spirituel. C'est sa vraie patrie, celle de la Terre n'est que transitoire, passagère. La rapidité de ce passage crée un trouble pour ceux qui ignorent ce processus, pourtant, tout à fait naturel.

La nuit, à notre insu, ne sortons-nous pas très souvent de notre corps physique ? Quelle en est la raison ? Faire une incursion plus ou moins éloignée de notre lieu de résidence, en l'occurrence, le corps physique. Ce processus est naturel et correspond aux Lois de la Nature. Par contre, les sorties du corps volontaires, donc non soumises aux Lois de la Nature, peuvent être dangereuses.

Le trouble ressenti par les décédés lors de ce changement d'état - mort physique, vie spirituelle - provient du fait de l'ignorance de ce corps spirituel. La personne venant de décéder se trouve immédiatement debout près de son lit. À cet instant, l'être est troublé par la présence de deux personnes, l'une gisant sur le lit, et l'autre, la personne elle-même. En cas d'accident de voiture, par exemple, le décédé voit son corps coincé dans la ferraille et lui-même, conscient, est témoin de ce mystère - celui de la vision de deux corps. Une question troublante hante alors le décédé : qui est le vrai moi ? L'autre ou moi-même ?

Présentation de l'éditeur :

«À cette époque, j'ignorais encore qu'un jour l'un de mes Maîtres de Lumière honorerait de sa présence mon travail. À la fin de cette séance, Il s'approcha de moi et me remerciant du beau travail accompli, me donna ce nom : Passeuse d'errants.»

Ce don, Suzanne Demoiny le possède depuis la naissance, mais il lui est révélé, tardivement, après le décès de son beau-père Georges Renaud. Il devient alors son guide et lui transmet ses enseignements de «la vie après la mort».
C'est avec beaucoup de patience et de générosité qu'elle aide ces êtres qui se trouvent coincés entre deux mondes, le terrestre qu'ils ont du mal à quitter par ignorance, et le spirituel vers lequel ils doivent se diriger. Suzanne Demoiny nous fait partager son expérience avec les errants, elle nous montre, par la retranscription fidèle de ses conversations avec eux, la manière dont elle les convainc de leur mort terrestre, et comment elle les amène progressivement à suivre leur guide vers la Lumière. Elle nous enseigne que la mort n'est pas une fin, mais qu'elle est au contraire une étape vers une autre vie. Un livre de connaissance et d'espérance.

Suzanne Demoiny a animé un grand nombre de conférences médiumniques. Elle se consacre également à la peinture et à la poésie.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande