Collectif; Walter Raunig L'Art en Ethiopie

ISBN 13 : 9782754100472

L'Art en Ethiopie

 
9782754100472: L'Art en Ethiopie
Biographie de l'auteur :

Lithar Pascher, architecte à Addis-Abeba de 1955 à 1969, est ensuite directeur de projets indépendant de 1969 à 1997 ; de 1981 à 1984, il dirige les travaux de construction de l'hôpital de Sanaa au Yémen. Walter Raunig. Il est président ou conseiller de plusieurs associations culturelles ou scientifiques et est l'auteur de nombreuses publications en histoire, ethnographie et histoire de l'art. Son travail a été primé à plusieurs reprises : en Ethiopie, il a reçu la Victory of Adwa Centenary Medal ; en Albanie, la Golden Order " Naim Frasheri " ; en République fédérale d'Allemagne, la Bundesverdienstkreuz. Girma Fisseha, directeur de la section " Ethiopie " du Staatliche Museum für Völkerkunde de Munich, il est aussi cofondateur du musée universitaire de l'Institute of Ethiopian Studies à Addis-Abeba, et contribue depuis quinze ans à sa constitution. Zewde Gabre-Sellassie, ambassadeur d'Ethiopie auprès de l'ONU pendant la période impériale, il a été le dernier ministre des affaires étrangères du gouvernement de l'empereur. Il est l'auteur de nombreuses publications portant sur l'histoire de l'Ethiopie et de l'Afrique, dont un brillant ouvrage sur l'empereur Yohannès IV. Stanislaw Chojnacki, bibliothécaire en chef au Collège universitaire d'Addis-Abeba à partir de 1950, il cofonde en 1963 le musée de l'Institute of Ethiopian Studies (université Hailé-Sélassié, Addis-Abeba), qu'il a dirigé de 1976 à 1978. Il a publié de nombreux articles sur l'art éthiopien, parmi lesquels le volumineux ouvrage Icone Etiopiche (Milan, 2000). Renata Salvarani, docteur en histoire médiévale et journaliste professionnelle, elle se consacre depuis des années à l'exploration de ce qui lie activité humaine et territoire au Moyen-Orient et en Ethiopie.

Présentation de l'éditeur :

Isolée sur les hauts plateaux de l'Afrique orientale, à l'écart du monde, l'Ethiopie, bien qu'incluse dans l'Eglise orthodoxe d'Orient, a conservé intacte une religion caractéristique des premiers siècles de la chrétienté. La tradition de la peinture sacrée apparaît avec l'introduction du culte au IVe siècle sous l'empire d'Axoum (Ie-Xe siècles). Elle gardera pendant quatorze siècles une grande unité stylistique, fermée à l'illusion du volume et de la perspective. Sous la dynastie des Zagwé (1137-1270) fleurissent les plus beaux exemples d'églises et de monastères rupestres, en particulier, à travers le développement de la capitale Lalibela : ville sanctuaire, entièrement creusée dans le roc, qui se veut une imitation de Jérusalem. Tous ces sanctuaires étaient ornés de peintures, semblables à celles que les moines utilisaient pour les icônes, les évangéliaires, les enluminures et miniatures des manuscrits illustrant la vie des saints. Leur style, interprétation des traditions byzantines et coptes, est marqué par un souci de simplification perçu comme une expression de l'esprit africain.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 9,99
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Collectif; Walter Raunig
Edité par Hazan (2005)
ISBN 10 : 2754100474 ISBN 13 : 9782754100472
Neuf(s) Couverture rigide Quantité : 1
Vendeur
LOLIGBOOKS
(issy les moulineaux, ., France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Hazan, 2005. Couverture rigide. État : Neuf. Etat de la jaquette : Neuf. LIVRE NEUF SOUS BLISTER.PAS D'EXPEDITION DANS LES DO/TOM. Relié: 319 pages Editeur : Hazan (1 octobre 2005) Collection : Beaux Arts Langue : Français ISBN-10: 2754100474 ISBN-13: 978-2754100472 Dimensions du produit: 33,5 x 4 x 25 cm Isolée sur les hauts plateaux de l'Afrique orientale, à l'écart du monde, l'Ethiopie, bien qu'incluse dans l'Eglise orthodoxe d'Orient, a conservé intacte une religion caractéristique des premiers siècles de la chrétienté. La tradition de la peinture sacrée apparaît avec l'introduction du culte au IVe siècle sous l'empire d'Axoum (Ie-Xe siècles). Elle gardera pendant quatorze siècles une grande unité stylistique, fermée à l'illusion du volume et de la perspective. Sous la dynastie des Zagwé (1137-1270) fleurissent les plus beaux exemples d'églises et de monastères rupestres, en particulier, à travers le développement de la capitale Lalibela : ville sanctuaire, entièrement creusée dans le roc, qui se veut une imitation de Jérusalem. Tous ces sanctuaires étaient ornés de peintures, semblables à celles que les moines utilisaient pour les icônes, les évangéliaires, les enluminures et miniatures des manuscrits illustrant la vie des saints. Leur style, interprétation des traditions byzantines et coptes, est marqué par un souci de simplification perçu comme une expression de l'esprit africain. N° de réf. du libraire ABE-1475595407030

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 79
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 9,99
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais