AIDA Natsumi Switch girl + Coffret

ISBN 13 : 9782756025285

Switch girl + Coffret

 
9782756025285: Switch girl + Coffret

Switch girl + cale - Volume 10

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Revue de presse :

Il était une fois, dans un pays lointain, quelques demoiselles qui préparaient d’exquis chocolats pour les élus de leurs cœurs. En effet La Saint Valentin se rapprochait à grand pas, et elles attendaient ce jour avec impatience. Hélas, une pauvre fille du nom de Queen Guenon n’arrivait pas à atteindre les faveurs de son professeur, Mr Someya. Jalouse du bonheur de Nika filant le parfait amour avec Arata, la guenon décida de jeter un sort à sa rivale de toujours. Quelle surprise pour la pauvre Nika, de se retrouver au réveil suivant dans le corps d’une grand-mère ! Pour briser le sort, il faudra qu’elle ou la sorcière file le parfait amour réciproque pour le jour béni des amoureux… Vivront-ils heureux et avec beaucoup de chimpanzés ?

C’est ainsi que la grand-mère alla chez la sorcière et…. Attendez, coupez, COUPEZ ! Qui m’a refilé ce script ? Depuis quand avons-nous du fantastique dans Switch Girl ? Certes, d’accord, la série n’a jamais vraiment brillé par son réalisme, mais jusqu’ici, ça se tenait et ça restait raisonnable, non ? Attendez que je relise… Ah non, hélas, c’est bien ça…

Vous l’aurez compris, ce dixième tome de Switch Girl marque un vrai tournant dans la série avec l’apparition de pouvoirs magiques et de transformations dépassant le stade du réel. Pari audacieux de l’auteur, ou marque d’un véritable manque d’idées ? La seconde option transparaît largement au vu de la qualité décroissante de la saga. Très rapidement, Nastumi Aida montre qu’elle ne maîtrise absolument pas son délire : aussi l’effet comique de la transformation en mamie se dissipe dès la surprise passée, et l’intrigue reprend un cours bien trop normal par rapport à l’implication engendrée. Voilà donc mamie Nika sympathisant avec son amie la guenon, qui ne la reconnaît pas du tout alors qu’elle aurait pu attendre les conséquences de son sort. Plutôt que de détester celle qui l’a mise dans cet état, Nika préfère l’aider à conquérir le cœur du professeur Someya. Les incohérences sont multiples, tant Nika ne change pas du tout son caractère et se trahit à de nombreuses reprises. La situation générale, la visite dans un supermarché de luxe, les intrigues amoureuses… tout cela aurait été limite passable sans cette transformation superflue, très mal traitée et venant tout gâcher. On sentira même que la conclusion de ce chapitre (très court, heureusement !) aura été bâclé par l’auteur, jouant la carte du « est-ce que cela s’est vraiment passé ? ». Bref, sans doute le plus gros ratage de la série, et de loin !

Fort heureusement, le court chapitre suivant remonte le niveau de ce volume, avec la présentation d’une nouvelle espèce de Switch Girl, très contemporaine : l’Otagirl ! Ainsi, Natsumi Aida présente à son tour sa vision de la fujoshi, dans la mouvance de série comme Switch Girl ou Genshiken. Ici, on trouvera beaucoup d’exagérations, au point même d’en faire sursauter Nika qui n’est pourtant pas un modèle de féminité. Malgré cette surenchère, on en viendrait presque à regretter la relative brièveté de ce chapitre !

Enfin, le récit part vers un nouvel arc, semblant tout aussi absurde que le précédent : alors que le petit groupe de héros visite Shibuya, voilà que Nika se fait enlever par une bande de jeunes racailles victimes de la mode ! Après les délires irréels, l’auteure ne se prendrait-elle pas trop au sérieux ? La suite nous le dira… mais attendons-nous au pire…


Tianjun

(Critique de www.manga-news.com )

Biographie de l'auteur :

Son passe-temps favori est la chasse aux soldes et autres promos en tous genres - comme son héroïne lorsqu’elle est en mode « off ». Elle se compare d’ailleurs elle-même à une « hyène ».?

Elle a fait ses débuts de mangaka en juin 2001, juste après la fin de ses études universitaires. Mais elle ne publie alors que des nouvelles. Trois ou quatre ans plus tard, elle commencera à réaliser des histoires plus longues, et sera alors publié dans le très prestigieux Margaret (Hana Yori Dango...). Elle signera, par ailleurs, de très nombreux articles et chroniques pour différentes revues (elle a ainsi écrit un article sur comment devenir une mangaka shôjo pour le magazine culturel Davinci en 2007).. (Akata)

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande