Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle

 
9782757202920: Feinte baroque : Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle

Cette étude d'histoire de l'art est l'une des premières à envisager le décor de théâtre non seulement comme support d'une action dramatique mais aussi comme une image artistique dans un espace. Elle s'appuie pour cela sur un corpus peu connu : les esquisses de décors du Mémoire de Laurent Mahelot, réalisées pour le théâtre de l'Hôtel de Bourgogne, qui regroupent notamment 47 dessins réattribués à l'artiste scénographe Georges Buffequin, peintre du Roi au service de Richelieu. Ces lavis offrent un témoignage précieux de l'esthétique baroque française des années 1630-1640 et de l'influence particulière du théâtre italien. Ces images de «feintes» (pour reprendre le terme employé au XVIIe siècle), sont rapprochées et mises en parallèle avec la première grande controverse de cette période : celle de la Querelle du Cid autour de la règle des trois unités qui opposa les partisans de l'écriture «régulière» aux «irréguliers». Cette controverse, irriguée par les réflexions des humanistes italiens du XVIe siècle, compose le débat théorique fondamental qui anime la pensée artistique française pendant les années du règne de Richelieu, puis une bonne partie du XVIIe siècle. La publication dans cet ouvrage du « Discours à Cliton sur les Observations du Cid« , servira de base à l'étude de l'esthétique de la variété, qui apparaît aux yeux de la critique d'aujourd'hui comme étant constitutive du baroque, et à laquelle, vers 1630, vont s'opposer avec une certaine force, les partisans de la poétique composée dans les règles aristotéliciennes de l'art, ceux que l'on qualifiera de «classiques».

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

«Les Français de 1600 vivent encore dans la nature, perçue comme un organisme vivant, manifestation concrète de l'ordre surnaturel [...] aux antipodes de la pensée analytique et mécaniste qui va s'affirmer après 1630».

Le XVIIe siècle est interprété de multiples manières : moment de crise de la conscience européenne, période de révolution profonde, ère soumise à de fortes tensions en raison d'une «transition fondamentale» ; ce siècle, où l'absolutisme royal vient à maturité et où s'installe l'idée d'unité, apparaît comme une époque charnière de l'histoire française et européenne. Pour constater et étudier les changements politiques, économiques, sociaux et culturels qui interviennent durant cette période, les chercheurs ont généralement rassemblé un ensemble de données qu'ils croisent, recoupent, analysent afin d'en préciser le plus possible les fractures et les évolutions.
Les historiens de l'art quant à eux s'accordent à voir dans le règne de Richelieu (1624-1642) le moment décisif qui modifie profondément les conditions de travail et d'environnement des artistes. La création de l'Académie royale de peinture en 1648 constitue l'aboutissement d'un grand effort mené par le cardinal-Premier ministre pour que Paris rivalise avec Rome dans le domaine de la création artistique. Les deux décennies 1630-1640 sont marquées par de multiples actions en faveur des arts : dans les arts décoratifs', en peinture (le retour de Vouet, la venue de Poussin, Philippe de Champaigne au service du cardinal), en sculpture (Le Bernin et le buste de Richelieu), en architecture (Jacques Lemercier, François Mansart) et au théâtre (l'Hôtel de Bourgogne et la définition d'un art poétique aux règles précises). Autant d'exemples, et il y en aurait beaucoup d'autres, qui marquent indubitablement la renaissance de Paris comme capitale des arts. Toutes ces tentatives montrent le souci de Richelieu et de l'autorité royale d'appréhender les arts dans toutes leurs diversités. Ainsi, dans son hôtel particulier près du Louvre, le cardinal fait construire à peu de distance l'une de l'autre une galerie d'art remplie d'oeuvres des plus grands artistes et un théâtre particulier (la petite salle du Palais-Cardinal) sur les planches duquel s'expérimentent les nouvelles pratiques poétiques. Cette juxtaposition des expressions artistiques, cette recherche simultanée d'un nouveau goût, dans les arts picturaux et dramatiques, a été peu soulignée jusqu'à présent. Or, c'est la richesse de ce mécène, tirant profit de l'expérience de la famille Barberini et des grandes familles romaines et italiennes, qui a permis l'émergence d'une nouvelle esthétique dans plusieurs domaines artistiques.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Marc Bayard
ISBN 10 : 2757202928 ISBN 13 : 9782757202920
Neuf(s) Quantité : 1
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97827572029200000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25,74
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Marc Bayard
Edité par SOMOGY
ISBN 10 : 2757202928 ISBN 13 : 9782757202920
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Irish Booksellers
(Rumford, ME, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre SOMOGY. Paperback. État : New. book. N° de réf. du libraire 2757202928

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 74,03
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais