Dernières nouvelles du sud

Note moyenne 3,83
( 125 avis fournis par GoodReads )
 
9782757833735: Dernières nouvelles du sud
Extrait :

Sur la route

Nous nous sommes mis en route sans savoir que la quila avait fleuri cette année-là. Cela n'arrive pas plus de trois fois par siècle et peut donc être qualifié de prodigieux. La quila est une variété de bambou andin qui pousse dans les ravins profonds de la cordillère. Elle résiste au vent, à la neige, au froid intense des longs hivers australs et au soleil brûlant des courts étés. Ses hampes peuvent atteindre plusieurs mètres de hauteur, elles sont dures, élastiques, et leurs feuilles d'un vert très doux égayent les paysages de la cordillère.
Les premiers habitants de la Patagonie utilisèrent la quila pour soutenir les peaux de guanaco de leurs tentes, les rucas, mais aussi pour fabriquer les lances qui freinèrent l'avance de nombreux régiments de cavalerie pendant la Conquête. Plus tard, en 1880, quand on commença à coloniser le grand territoire austral et que la presse britannique fit remarquer non pas la fragile beauté de ce monde mais son potentiel économique qui induisait "la triste nécessité d'anéantir les barbares", les lances de quila ajoutées aux flèches et aux boleadoras* affrontèrent de nouveau les envahisseurs mais, cette fois, elles furent vaincues par le plomb et les arguties juridiques des usurpateurs avides de terres qu'ils n'aimeraient jamais, de richesses qui engraisseraient les banquiers d'Europe et d'un prestige que l'histoire n'a pas encore commencé à juger. Les Indiens de Patagonie ont entretenu une longue relation avec la quila, non seulement pour ses avantages pratiques mais aussi pour ses vertus d'oracle infaillible et tragique. Chacune des floraisons de la quila a annoncé des temps de douleur et de désolation. Sa fleur est d'un rouge intense et prémonitoire et les Tehuelches calculaient leur âge en fonction du nombre de fois où ils l'avaient vue fleurir. Ceux qui avaient assisté plus de deux fois à ce prodige avaient certainement beaucoup de choses à raconter autour des grands feux de bois.
Aujourd'hui, il reste très peu de Tehuelches et de Mapuches en Patagonie. Ce sont des survivants qui, passionnément attachés à leur dignité, ont décidé de ne plus être un sympathique détail ethnique pour distraire les touristes, ils vivent sur les deux versants de la cordillère des Andes et développent une formidable culture de résistance et de mémoire.
Les autres ethnies ont succombé aux règles d'un progrès dont nul n'est capable de définir les fruits, et il n'en reste que des souvenirs ou des témoignages réunis par des chercheurs dont le travail est soumis au contrôle des préjugés et de la suspicion. Il est très difficile d'écrire l'histoire des vaincus mais la quila est toujours là, elle pousse dans les gorges et les hivers l'unissent au destin errant des gauchos pauvres.

Revue de presse :

Au commencement, il y avait l'idée d'un livre qui les changerait des éternels reportages qu'ils faisaient ensemble pour le compte de revues diverses. D'où cette philosophie de partir sans idée précise, à l'inverse du reporter qui va chercher ce qu'on lui demande. À l'arrivée, il y a Dernières nouvelles du Sud, le roman d'une région disparue et d'une époque révolue, «un recueil de nouvelles posthumes», conclut Sepulveda, qui l'a finalement écrit quinze ans après avoir voyagé. Le temps a donné de la valeur aux souvenirs. L'Argentine a bien changé depuis quinze ans, jusqu'en Patagonie, paraît-il. La plupart des personnes croisées par les deux hommes étaient âgées et ne sont plus aujourd'hui. Reste leur présence dans ces textes. Luis Sepulveda, conteur embusqué derrière le voyageur, restitue, pour chacun, toute une vie en Patagonie, au fil de chapitres qui se lisent comme des nouvelles. Ses portraits disent la singularité de cette terre, colonisée depuis des lustres, mais étonnamment fière. Les auteurs ont su en saisir le sel...
Ce livre valait bien quinze années d'attente. (Françoise Dargent - Le Figaro du 12 avril 2012)

Le voyage insolite au bout du monde austral du Chilien Luis Sepulveda et de son ami, le photographe Daniel Mordzinski. Une merveille. Quelle frontière ? Entre le Chilien Luis Sepulveda et l'Argentin Daniel Mordzinski, l'entente est plus que cordiale. Le premier appelle le second son socio, soit son ami ou coéquipier. Ils sont partis tous les deux il y a plus de dix ans dans le sud du monde, plume et Leica à la main. Le romancier a pris son temps, et il ne s'agit plus ici d'une chronique de voyage austral entre deux amis mais bien du "roman d'une région disparue". (Marianne Payot - L'Express, juin 2012)

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Daniel Mordzinski; Luis Sepulveda
Edité par Points (2013)
ISBN 10 : 2757833731 ISBN 13 : 9782757833735
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Points, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782757833735

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 6,40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Daniel Mordzinski; Luis Sepulveda
Edité par Contemporary French Fiction (2013)
ISBN 10 : 2757833731 ISBN 13 : 9782757833735
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Irish Booksellers
(Rumford, ME, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Contemporary French Fiction, 2013. Paperback. État : New. book. N° de réf. du libraire 2757833731

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 22,11
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais