Le Manifeste de l'eau. Pour un contrat mondial

 
9782804013745: Le Manifeste de l'eau. Pour un contrat mondial
Quatrième de couverture :

1998 : Karachi, violentes manifestations dans les quartiers populaires causées par la non-distribution d'eau pendant 2 jours entiers ; Papouasie-Nouvelle Guinée : plus d'un million de personnes sont en état critique par manque d'eau et de vivres pour cause de sécheresse. 1997 : en Essonne (Franco, pour la fabrication de puces électoniques IBM pompe 2,7 millions de me d'eau très pure parce que captée dans une nappe souterraine très ancienne. Or celle-ci est protégée par le schéma d'aménagement de la gestion de l'eau. Pourquoi les autorités publiques en ont-elles autorisé l'exploitation ? 1997 toujours, Manille : la pénurie d'eau touche plus de 40% de la population et 50% de l'eau se perd pour cause de fuites. Il n'y a pas de système d'assainissement, l'eau accessible est largement polluée. Les services des eaux passent sous le contrôle d'entreprises privées parmi lesquelles l'américain Bechtel et la française Lyonnaise des eaux. Il s'agit de la transaction mondiale la plus importante en matière d'eau, En 97 et 98, la Lyonnaise des eaux s'est vu confier la gestion de l'eau de 10 grandes villes du monde. La privatisation est en marche. Entre- temps les " guerres de l'eau " se poursuivent en Asie mineure, au Moyen-Orient et en Asie. Bref, parmi les principales causes du problème-eau on trouve les pouvoirs (Politique, technocratique, économique, financier, symbolique, culturel) détenus par des " seigneurs " pour qui l'eau est une source de puissance, de richesse et de domination. Le contrat mondial de l'eau se fonde sur le principe que l'eau appartient aux habitants de la Terre. Il est inspiré par deux finalités : l'accès de base à l'eau pour tous et sa gestion solidaire et durable, impliquant des devoirs de solidarité, de cohérence pour ne pas mettre en péril les libertés et les droits des générations futures et de protection et de respect envers l'écosystème Terre. Le Manifèste de l'eau est une initiative du Groupe de Lisbonne et de la fundaçào Mario Soares. Il bénéficie de l'appui du Comité Promoteur mondial pour le contrat de l'eau, présidé par Mario Soares et dont les membres viennent d'Afrique, d'Amérique (du Nord et du Sud), d'Asie et d'Europe occidentale.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

PETRELLA, RICCARDO
Edité par CORTEXT (1998)
ISBN 10 : 280401374X ISBN 13 : 9782804013745
Ancien(s) ou d'occasion Soft cover Quantité : 1
Vendeur
Noella Racine Bookseller
(Richford, VT, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre CORTEXT, 1998. Soft cover. État : As New. Texte français. Couverture souple. État d'usage: comme neuf. Le droit de tous à la vie Nous venons d'Afrique, d'Amérique Latine, d'Amérique du Nord, d'Asie, d'Europe. Nous nous sommes rassemblés à trois reprises en 1998 sans autre légitimité et représentativité que celle d'être des citoyens concernés par le fait qu'1 milliard et 400 millions de personnes sur 5,8 milliards d'habitants de la planète n'ont pas accès à l'eau potable, source primordiale de vie. Ce fait est inacceptable. Or, le risque est grand qu'en 2020, lorsque la population mondiale atteindra environ les 8 milliards d'êtres humains, les personnes n'ayant pas accès à l'eau potable s'élèvent à plus de 3 milliards. Cela est inadmissible. On peut, on doit empêcher que l'inadmissible devienne acceptable. Comment ? Nous pensons qu'il sera possible de le faire en appliquant les principes et les règles ci-dessous. L'eau "source de vie" appartient aux habitants de la Terre en commun. En tant que "source de vie" fondamentale et non-substituable de l'éco-système Terre, l'eau est un bien vital qui appartient aux habitants de la Terre, en commun. Aucun d'entre eux, individuellement ou en groupe, ne devrait avoir le droit d'en faire son appropriation privée. L'eau est un bien patrimonial commun de l'humanité. La santé individuelle et collective en dépend. L'agriculture, l'industrie, la vie domestique y sont liées. Il n'y a pas d'accès à la production de la richesse sans accès à l'eau. L'eau, on le sait et tout le monde le dit, n'est pas une ressource comme les autres ; elle n'est pas une marchandise échangeable, monnayable. Son caractère irremplaçable fait que toute communauté humaine -et chacun de ses membres- a le droit d'avoir accès à l'eau, en particulier à l'eau potable, en quantité et qualité nécessaires et indispensables à la vie et à l'activité économique. Book. N° de réf. du libraire 109842

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 17,01
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Petrella, Ricardo
Edité par Labor, Belgique (1998)
ISBN 10 : 280401374X ISBN 13 : 9782804013745
Ancien(s) ou d'occasion Couverture souple Signé Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Labor, Belgique, 1998. Couverture souple. État : Très bon. Le contrat mondial de l'eau se fonde sur le principe que l'eau appartient aux habitants de la Terre. Dédicacé par l'auteur. N° de réf. du libraire 001488

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 13,84
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 15,23
De Canada vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais