les oeuvres d'art les plus chères du monde

 
9782812302633: les oeuvres d'art les plus chères du monde
Extrait :

Extrait de l'introduction

«En fait, je ne pense pas qu'il existe de mauvaise raison d'aimer une statue ou un tableau. On peut aimer un paysage parce qu'il nous rappelle notre pays, ou un portrait parce qu'il évoque le visage d'un ami. Il n'y a rien là d'absurde. Il est inévitable - et nous sommes tous logés à la même enseigne - qu'un tableau évoque en nous mille souvenirs qui pèsent sur notre plaisir ou notre aversion.» Le grand historien de l'art Ernst Gombrich met en exergue une donnée fondamentale de notre rapport à l'art : le sentiment personnel. Aimer, ne pas aimer, se souvenir, avoir de l'émotion ou de l'aversion... Les pages suivantes sont une sorte de photographie du goût de notre époque. Elles examinent un sujet impalpable, qui crée des sentiments divers, relatifs à la personne. Autrement dit l'art. À l'aide d'un élément tangible qui règne aujourd'hui en maître sur notre société. Autrement dit l'argent. Le marché de l'art n'a rien à voir avec l'histoire de l'art. Il peut célébrer des artistes importants dans la création et d'autres qui sont simplement à la mode. Le marché de l'art ne fait pas la justice dans l'art. Il est le résultat de tendances de consommation dans le domaine à un moment très précis.
Les pages suivantes examinent aussi un phénomène assez troublant dans l'époque, celui des ventes aux enchères, dont les prix qui en émanent parfois, les fameux prix records, n'ont jamais eu un tel retentissement. Aujourd'hui, on parle rarement d'un Picasso pour son intérêt propre. On parle d'un Picasso qui a dépassé les 100 millions de dollars. Et l'information va être diffusée dans tous les médias, de Pékin à Paris, de Rio à Moscou.
La salle de ventes elle-même est devenue un véritable théâtre où les absents ont souvent raison. En effet, la crise aura eu au moins un impact dans le marché de l'art. Les acheteurs ne dévoilent plus leur identité. Ils suivent l'adage «pour vivre heureux vivons cachés» et enchérissent pour la plupart par téléphone pour acheter les oeuvres qui le lendemain feront l'objet d'un retentissement médiatique sans précédent. Prenez le dernier record absolu en date.
Nous sommes à New York, le 4 mai 2010, dans les locaux de Christie's au Rockefeller Center. Comme d'habitude pour les enchères de prestige dans la maison de vente propriété du businessman français François Pinault, ce soir-là, c'est Christopher Burge qui tient le marteau. Avant son arrivée, la grande comédie a commencé. On vient aux enchères modernes de New York comme on va à un bal ou à une réception. Les hommes sont en costume-cravate et les femmes très habillées. Curieusement, on se rend même en couple à cette célébration du mariage de l'art et de l'argent. L'homme va enchérir du regard, de la tête ou de la main. L'épouse tient la raquette qui indique le numéro de client.
Mais ici, surtout, on vient pour voir. Aussi pour se montrer. Une belle célibataire avec un gros diamant au doigt, chaussée de stilettos interminables, et légèrement vêtue, se glisse parmi les chaises du premier rang pour retrouver sa place. Les sièges sont réservés de longue date. Les parents d'un jeune garçon ont même emmené leur petit pour admirer le spectacle. Comme si les ventes aux enchères faisaient partie de la nouvelle éducation parfaite d'un garçon de bonne famille.

Présentation de l'éditeur :

Depuis la vente du tableau « Les Tournesols » de Vincent Van Gogh, adjugé par Christie's pour la somme record de 39,9 millions de dollars le 30 mars 1987, l'intérêt pour le marché de l'art est devenu un véritable phénomène de société et désormais, les records de prix sont révélateurs des nouvelles tendances de relations à l'art. De « L homme qui marche » de Giacometti (1960), datant de 1905, sculpture monumentale vendue récemment 92 621 600 millions de dollars, à la sculpture du « Golden Calf » (veau avec des cornes de taureau et des sabots de cheval en plaqué or) de l artiste contemporain Damien Hirst vendue à 16 millions de dollars en passant par le tableau méconnu de Rubens représentant « Le Massacre des Innocents », qui sommeillait dans la collection d un particulier, vendu à 45 millions de livres sterlings alors qu il était estimé entre 4 et 6 millions à Londres en 2002, les records n ont cessé de provoquer la surprise et de mettre la presse en émoi depuis une vingtaine d années. Tableaux anciens, impressionnistes, postimpressionnistes, modernes, contemporains mais aussi photographies, installations, sculptures... 150 uvres, adjugées pour des sommes exceptionnelles, selon leur catégorie, la période de l artiste ou la technique sont ici répertoriées et donnent la mesure du prix que notre société attache à l'art aujourd'hui. Et pour chaque uvre une histoire, qui s'inscrit parfaitement dans l'histoire de l'art, mais aussi sa petite histoire du marché qui l'inscrit dans notre époque.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 3,60
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Benhamou-Huet, Judith
Edité par Editions du Chêne, Paris (2010)
ISBN 10 : 2812302631 ISBN 13 : 9782812302633
Neuf(s) Couverture rigide Quantité : 1
Vendeur
Compagnon
(Grandris, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions du Chêne, Paris, 2010. Couverture rigide. État : Neuf. in-4°. Relié, 467 Pages. N° de réf. du libraire 034191

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 14
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 3,60
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais