En finir avec les banlieues ? : Le désenchantement de la politique de la ville

 
9782815910019: En finir avec les banlieues ? : Le désenchantement de la politique de la ville
Extrait :

Extrait de l'introduction de Thomas Kirszbaum

La politique de la ville ou les infortunes de l'égalité républicaine

Comme elle paraît lointaine cette année du bicentenaire de la Révolution française où François Mitterrand pouvait présenter la politique en faveur des mal nommées «banlieues» comme une oeuvre de «civilisation urbaine», dont la fin ultime serait «qu'il n'y ait plus de villes pauvres et d'autres riches». «Voilà un vrai combat pour l'égalité et la fraternité», ajoutait-il à l'adresse des acteurs de cette politique réunis pour des Assises à Nanterre. En décembre 1990, le président de la République ouvrit par un long discours de nouvelles Assises qui se tenaient à Bron, dont l'intitulé était en soi tout un programme : «Pour en finir avec les grands ensembles». Six mois plus tard, le Parlement adoptait la loi d'orientation pour la ville, affichée comme une «loi antighettos», dont l'article 1er promettait rien moins que d'«éviter ou faire disparaître les phénomènes de ségrégation». Plus près de nous, en 2003, Jean-Louis Borloo formait le voeu que «dans cinq ans, il n'y ait plus besoin de (son) ministère» de la Ville et de la Rénovation urbaine. Il pariait alors sur les effets de son plan de remodelage des grands ensembles prévu pour durer cinq ans et qu'il qualifiera de «plus grand chantier du siècle». Un chantier récemment prolongé jusqu'en 2020...
Sans doute aucun responsable politique ne se hasarderait-il plus aujourd'hui à énoncer semblables prophéties sur l'éradication de la ségrégation urbaine ou l'extinction de la politique dite «de la ville» inventée pour y porter remède. Le présent ouvrage raconte ce désenchantement d'une politique longtemps saturée de discours qui, dans l'ivresse des «plans Marshall» et autre «nouvelle ambition pour les villes», laissaient entendre que le «mal des banlieues» pourrait être définitivement guéri à condition d'y mettre la volonté politique et les moyens financiers.
La mise en berne récente de ces discours doit beaucoup à l'âpreté des faits. Créé en 2003, en parallèle d'un programme de rénovation urbaine ayant mobilisé quelque 45 milliards d'euros, l'Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) jette une lumière crue, au fil de ses rapports annuels, sur la persistance sinon l'aggravation de la ségrégation et des inégalités auxquelles sont exposés les habitants de quartiers parfois «prioritaires» depuis près de quarante ans... Grâce aux travaux de l'Onzus, on comprend néanmoins que la persistance de la ségrégation spatiale s'explique en partie au moins par la mobilité résidentielle différenciée des sortants (moins pauvres) et des entrants (plus pauvres). La disjonction paraît donc inévitable entre la trajectoire négative des quartiers et la trajectoire positive des individus qui en sortent.
La sphère politique et médiatique ne s'embarrasse pas de ces subtils raisonnements de statisticiens qui aboutissent à relativiser «l'absence de résultats» d'une politique de la ville incapable d'éliminer le problème ayant justifié sa création. Tout se passe comme si cette politique était condamnée à subir un reproche perpétuel : celui d'exister faute d'être venue à bout de son objet. Si la crédibilité des discours politiques promettant des lendemains radieux paraît bien entamée par le caractère irréductible du «problème des banlieues», ces mêmes discours n'ont pas peu contribué à décrédibiliser la politique la ville en lui assignant cette tâche digne de Sisyphe.

Présentation de l'éditeur :

Parler de la «crise» des banlieues suggère que nous ferions face à un problème provisoire dont il serait possible de venir à bout par un traitement adapté. Pourtant la leçon des historiens est claire : les banlieues sont depuis toujours aux marges de la ville, mais au coeur d'une question sociale, urbaine et politique en perpétuelle recomposition. Ce livre mêle des réflexions de jeunes chercheurs novateurs et de personnalités incontournables sur la question des banlieues. Dans une perspective à la fois historique et comparative avec d'autres pays européens, il essaie de faire évoluer un débat bloqué depuis trop longtemps. Car la croyance française d'une crise passagère alimente une constante désillusion sur l'efficacité de la politique de la ville.

Thomas Kirszbaum est sociologue, chercheur associé à l'École normale supérieure de Cachan. Il dirige cet ouvrage qui rassemble les contributions d'un acteur historique de la politique de la ville, Dominique Figeat, et de nombreux chercheurs en pointe sur le sujet, Hélène Balazard, Fatiha Belmessous, Maurice Blanc, Gideon Boit, Renaud Epstein, Philippe Estèbe, Stephen Hall, Ronald van Kempen, Christine Lelévrier, Eric Marlière, Adèle Momméja, Élise Roche, Thibault Tellier, Anouk Tersteeg, Agnès Villechaise, Danièle Voldman et Florian Weber.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Collectif; Thomas Kirszbaum
Edité par Nouvelles éditions de l'Aube (2015)
ISBN 10 : 2815910012 ISBN 13 : 9782815910019
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Nouvelles éditions de l'Aube, 2015. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782815910019

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 22,90
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Thomas Kirszbaum
Edité par Editions de l'Aube
ISBN 10 : 2815910012 ISBN 13 : 9782815910019
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions de l'Aube. Paperback. État : Brand New. In Stock. N° de réf. du libraire zk2815910012

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 36,92
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 6,94
De Royaume-Uni vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais