Claire-Jeanne Keller Une passion italienne

ISBN 13 : 9782832106518

Une passion italienne

 
9782832106518: Une passion italienne
Extrait :

Extrait de l'introduction

Après le décès de ma mère, le portrait fut transporté chez moi et suspendu contre un mur de pierre. Je le connaissais bien, évidemment. Dans le salon de ma grand-mère, il était placé au-dessus d'une cheminée dont on allumait rarement le feu, de peur de l'endommager. Souvent j'avais posé des questions à son sujet : qui était cette jeune femme assise, un bébé sur les genoux, avec à sa droite une ravissante fillette et à sa gauche un garçonnet qu'on avait sans doute obligé à regarder fixement le peintre ? Pourquoi étaient-ils vêtus à la romaine ? Et que signifiait ce buste en bronze, inquiétant, posé sur un guéridon derrière la jeune mère ?
Ma grand-mère se dérobait toujours à mes questions. Et puis un jour, posant un doigt tordu par l'arthrite sur le bébé du tableau, elle murmura : «C'est ma grand-mère !» Vraiment ? Difficile à croire que cette mignonne poupée de chair ait donné naissance, par la suite, à une grand-mère.
Si on devinait sans difficulté qui était la mère des enfants, on comprenait moins bien la place, dans la famille, de ce mystérieux personnage de bronze en arrière-plan, dont la silhouette se détachait à peine sur le fond presque noir. Ce n'est qu'en s'en approchant qu'on distinguait un beau visage, une expression hautaine et dédaigneuse, des traits accusés mais fins, un nez aquilin et un air d'autorité absolue. La tête d'un homme remarquable.
J'appris peu à peu qu'il se nommait Alexandre Ivanovitch Ostermann-Tolstoï, qu'il avait été général des armées du tsar du temps de l'empereur Alexandre Ier de Russie, qu'il s'était battu contre Napoléon et qu'il avait perdu un bras à la bataille de Kulm, ce qui, en Russie, en a fait un héros. Sur sa vie militaire, on savait beaucoup de choses. Mais sur la jeune femme du tableau, personne n'avait la moindre information, si ce n'est qu'elle s'appelait Maria. À peine circulait-il quelques niaiseries à propos d'une liaison avec le général. A la fin de sa vie, ledit Ostermann-Tolstoï avait détruit sa correspondance. Il n'avait conservé qu'une liasse de papiers formant l'ensemble des archives familiales transmises à ma grand-mère peu avant sa mort. Rien n'encourageait à se lancer dans des recherches. Sauf l'attrait, persistant, d'un secret de famille.
Déjà avant la mort de ma mère, en 2004, je décidais de mener l'enquête. Mais par où commencer ? Et surtout, fallait-il commencer ? Puisque le général avait soigneusement brûlé sa correspondance, devais-je aller voir derrière la tenture ce qu'elle dissimulait ? En avais-je le droit, la permission ? Et puis, ce tableau dont j'avais hérité m'était-il confié pour que je remplisse une mission particulière ? Si oui, laquelle ? Celle de faire un peu de lumière sur une romance ancienne qui intriguait ma famille depuis longtemps ? Je n'allais tout de même pas compliquer mon existence pour satisfaire diverses curiosités, ça non ! Y avait-il une injustice à réparer, une tache à effacer ? Peut-être. Pourquoi l'expression «Ne dis pas» revenait-elle si souvent dans les conversations de ma grand-mère, de ma mère, de ma tante et de mon arrière-grand-mère aussi, m'avait-on dit ? Que fallait-il taire de génération en génération ? Avais-je envie de m'y intéresser ? N'aurais-je point le sentiment de profaner un tombeau, comme certains égyptologues découvrant la sépulture d'un pharaon ? Cet ancêtre russe était un mythe. Tout comme l'élue de son coeur. Tout comme leur amour. Un mythe se construisant sur un ensemble de mystères, devait-on les éclaircir ? Et risquer de les rendre non seulement explicites mais banals, ordinaires ?

Présentation de l'éditeur :

Récit d'un amour passionné entre deux êtres d'exception Alexandre Ivanovitch Ostermann-Tolstoï, issu d'une ancienne et noble famille russe et Maria Pagliari, fille d'un notable de Frascati, petite cité des environs de Rome.
Lui, le général de belle prestance, ami du tsar Alexandre 1er et connu pour sa bravoure, lutte avec son peuple contre les troupes de Napoléon qui envahissent son pays. En 1813, durant la bataille de Kulm en Bohême, il perd son bras gauche emporté par un boulet de canon. Obligé de renoncer à la vie militaire, fêté comme un héros, il voyage et passe du temps en Italie.
Elle, admirée pour son intelligence et sa beauté, est mariée à un Romain de quarante-six ans son aîné.
C'est dans la Ville éternelle qu'Alexandre et Maria se rencontrent. Bravant les interdits au prix de nombreux dangers, ils se laissent entraîner dans une relation dont les différentes étapes évoquées dans cet ouvrage nous font traverser une Europe déchirée par les guerres napoléoniennes, une Russie qui s'est battue contre les envahisseurs, une Italie qui se remet des invasions et pillages des Français.
Le récit s'appuie sur de nombreux documents et se termine dans la Genève de James Fazy, une Genève qui se cherche politiquement.

L'auteur est l'arrière-arrière-petite-fille d'Alexandre et de Maria. Ayant hérité du portrait de son aïeule entourée de trois enfants, elle a cherché à percer le mystère du tableau, vérité peu à peu découverte dans d innombrables fonds d'archives russes, italiennes et genevoises.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Claire-Jeanne Keller
Edité par Editions Slatkine (2015)
ISBN 10 : 283210651X ISBN 13 : 9782832106518
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions Slatkine, 2015. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782832106518

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 29
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais