Etats provisoires du poème : Tome 10, Théâtre et poésie

 
9782841161652: Etats provisoires du poème : Tome 10, Théâtre et poésie
Extrait :

Il y a cette anecdote - combien touchante - que rapporte Anaïs Nin dans son Journal. Artaud vient de donner, comme «jusqu'à son dernier souffle», sa conférence à la Sorbonne sur «le Théâtre et ta Peste». Et tous sont partis, protestant, vociférant, quittant la salle à grand bruit. Tous, sauf quelques fidèles, dont Anaïs Nin. Elle retrouve Artaud, à ta fin de ce qui fut tout sauf une représentation, et celui-ci lui dit : «Ils veulent toujours entendre parler de; [...] et moi je veux leur donner l'expérience même; pour qu'ils soient terrifiés et qu'ils se réveillent.»
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours éprouvé une passion pour les pouvoirs révélateurs du théâtre. Du théâtre comme incarnation majeure de la poésie. Au fond, et à mes yeux, le poète est avant tout un danseur de la parole. Un danseur qui ne se priverait d'aucun des prodiges de la poésie en tant que pensée qui chante - de la poésie comme lieu où la langue bat son plein, demeurant, par là même, l'espace de toutes les interrogations humaines.
De mes premiers poèmes polyphoniques réalisés pour France Culture dans les années 70 à mes récents mandatas sonores, de la fulgurance poétique aux variations théâtrales, mon parcours s'est toujours tenu, invariablement, du côté de la voix vive. Parti pris non plus des choses, mais du souffle. Ma poésie s'est toujours cherché des caisses de résonance. J'ai voulu la confronter à d'autres champs artistiques, notamment au théâtre et à la musique. Accomplir résolument le voeu de Jouve qui souhaitait ardemment «une langue de poésie qui se justifiât entièrement comme chant». La mise en voix / mise en vie du poème n'a cessé de me questionner - la façon dont il peut se mesurer, se frotter au souffle. Dont il peut devenir {re-devenir) une partition. Bref, j'ai toujours voulu écrire d'oreille. Et, comme le note si justement Hemingway, un écrivain sans oreille est semblable à un boxeur sans main gauche.

Présentation de l'éditeur :

La question des rapports entre théâtre et poésie est aussi vieille que... le théâtre si l'on convient que celui-ci trouve son origine dans l'archaïque dithyrambe grec. Si l'invention par Paul Fort, un poète, d'un Théâtre d'art revendiquant la place sine qua non de la poésie sur le plateau a marqué en profondeur l'histoire du théâtre durant le XXe siècle, le lien jadis organique entre les poètes et les gens de théâtre s'est peu à peu distendu au cours des dernières décennies au point que les uns et les autres semblent aujourd'hui s'ignorer.

On sait que le projet de Christian Schiaretti depuis les Langagières de Reims, dont cette revue fut l'émanation, et à présent au Théâtre National Populaire, est justement de refonder l'alliance du poète et du comédien, d'affirmer sa pertinence pour notre temps. Ce numéro des États Provisoires du Poème, croisant la parole de poètes et d'hommes de théâtre, se propose d'être le lieu symbolique d'un dialogue renoué.

Jean-Pierre Siméon

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 56,01

Autre devise

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Jean-Pierre Siméon
ISBN 10 : 284116165X ISBN 13 : 9782841161652
Neuf(s) Quantité : 1
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828411616520000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 56,01
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais