Reconquérir les rues : Exemples à travers le monde et pistes d'actions

Note moyenne 4,33
( 3 avis fournis par GoodReads )
 
9782841384693: Reconquérir les rues : Exemples à travers le monde et pistes d'actions

Pourquoi reconquérir les rues Parce que c'est là que se joue, sans qu'on en soit toujours conscient, une grande partie de la qualité de la vie dans une ville ou un village. Il y a des rues où l'on se sent bien, des rues vivantes - sans forcément être commerçantes - où l'on se dit qu'on aimerait bien habiter et élever nos enfants. Et puis il y a des rues qui, à l'inverse, nous semblent mornes, stériles, désertes, et qui malheureusement sont devenues plutôt la norme dans notre pays. Pourquoi ? Est-ce inéluctable ? Dans ce livre, fruit de ses 30 années d'expérience d'architecte et d'urbaniste, Nicolas Soulier nous montre que c'est, certes, une histoire de voitures, auxquelles on accorde souvent une place disproportionnée, mais pas uniquement. Il nous montre que c'est avant tout une histoire de vie "spontanée ", de cadre qui permet à cette vie spontanée de s'exprimer; que cela tient souvent à des détails, des petites modifications qui, quand elles sont accumulées, peuvent avoir de grands effets. En France, la situation paraît souvent bloquée, stérilisée, et nombreux sont ceux qui pensent que si le progrès a détruit les rues, il faut s'y résoudre sans nostalgie. Après avoir effectué un état des lieux de nos blocages franco-français, Nicolas Soulier nous montre que cette situation n'est pas inéluctable et que de nombreux exemples de "reconquête des rues" fleurissent à travers le monde. De ces situations exemplaires, prises en Allemagne, en Suisse, au Danemark, en Angleterre, au Canada, aux USA et au Japon, l'auteur tire des conclusions pratiques et propose des pistes d'action pour "reconquérir nos rues ".

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Un habitat stérilisé

Des logiques de sécurisation concourent à une stérilisation de notre habitat et de la vie de la rue. Qu'elles soient réglementaire, routière, résidentielle, ces formes de sécurisation vont à rebours de ce que nous recherchons. Loin de construire un habitat où nous soyons en sécurité, nous construisons ainsi des lieux figés de moins en moins vivables à long terme, où nous sommes bloqués dans nos initiatives. L'habitat est stérilisé. Je propose quelques éléments de compréhension de cette situation, caractérisée par le dépérissement des rues.

Dans un quartier résidentiel, nous sommes parfois confrontés à une sorte d'énigme. Une rue, alors qu'elle est bordée de maisons riveraines habitées, nous paraît inhabitée et morne. Où sont donc passés les habitants ? Pourquoi ne contribuent-ils pas à la vie de leur rue ?
Bien sûr, cela peut provenir de l'architecture de la rue, de la nature de l'espace construit. Si l'on ne longe que des clôtures ininterrompues ou des murs opaques, on se retrouve comme aux abords d'un cimetière ou des parois anti-bruits d'une autoroute.
Mais si les habitations ouvrent des portes et des fenêtres sur la rue, à quoi tient cette impression d'inhabité ?

Doit-on mettre en cause les usages et les coutumes qui régulent la vie quotidienne dans ces lieux ? Des textes les formalisent : lois, arrêtés, règlements municipaux, règlements de copropriété, de lotissement, baux de location... Ils précisent le rôle attribué aux habitants et détaillent ce qui est encouragé, ce qui est interdit et ce qui est toléré. Je propose que nous parcourions quelques-uns de ces documents, car ils sont révélateurs. On constate qu'un habitant qui se demande «que puis-je faire ?» peut vite cerner la réponse : «pas grand-chose». Plus exactement pas grand-chose qui se voit du dehors. Et qu'il vive dans un immeuble de ville, dans une résidence, dans un grand ensemble ou dans un pavillon, s'il se demande : «qu'attend-on de moi ?», il peut être amené à se dire : «on attend de moi que je ne manifeste pas mon existence au dehors».

LE CADRE RÉGLEMENTAIRE - quelques exemples

Voici quelques exemples de ces textes. Leurs interdictions et leurs consignes précisent la nature de l'habitat qu'ils dessinent peu à peu.

Un règlement municipal

Ch I. Propreté générale de la ville.
Art. 1er : Les mesures prescrites ci-après sont applicables dans les voies publiques ainsi que dans les voies privées ouvertes au public.
Art. 9 : Il est défendu d'exposer ou de suspendre contre les maisons, édifices ou clôtures, rien qui puisse nuire aux passants ou les incommoder. Il est notamment interdit d'exposer du linge aux fenêtres, aux balcons ou clôtures.
Art. 10 : Aucun objet dont la chute peut blesser ou salir ne devra être déposé sur les toits, entablements, gouttières, terrasses, murs et autres lieux élevés des maisons bordant les voies publiques ou privées ouvertes au public (...).
Art. 15 : Les arbres, les branches et les racines (sic) qui avancent sur le sol des voies communales doivent être coupés à l'aplomb des limites des propriétés.
L'élagage des plantations qui débordent sur le domaine public doit être effectué régulièrement afin d'éviter tout accident.

Une copropriété de maisons et appartements de la région parisienne

INSTALLATIONS SUR FAÇADES ET HARMONIE DE L'IMMEUBLE :
Interdiction d'établir tout ce qui peut changer en quoi que ce soit l'aspect des façades, nuire à la visibilité ou détruire l'harmonie de l'immeuble. Cependant, des stores mobiles à rouleaux, de la couleur adoptée par la Copropriété sont autorisés, mais à condition d'être entretenus en bon état Les boîtes aux lettres ne devront en aucun cas être modifiées.

Biographie de l'auteur :

Nicolas Soulier est architecte, urbaniste et professeur d'architecture. L'écriture de cet ouvrage est basée sur ses expériences de travail, depuis une trentaine d'années. Très diverses, elles portent sur la ville, l'habitation et le jardin : projets d'architecture à Paris, projets urbains en province et en région parisienne, enseignement dans le cadre des écoles d'architecture (Versailles, Montpellier, Saint-Etienne et Paris-La Villette), design d'objets et installations artistiques avec Cécile Daladier (atelier Assaï).

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

SOULIER NICOLAS
Edité par ULMER
ISBN 10 : 2841384691 ISBN 13 : 9782841384693
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre ULMER. Paperback. État : NEW. ULMER (26/04/2012) Weight: 762g. / 1.68 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782841384693

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 26
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Nicolas Soulier
ISBN 10 : 2841384691 ISBN 13 : 9782841384693
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828413846930000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 39,71
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

Soulier, Nicolas
Edité par EUGEN ULMER (2012)
ISBN 10 : 2841384691 ISBN 13 : 9782841384693
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre EUGEN ULMER, 2012. Paperback. État : NEUF. Pourquoi reconquérir les rues ? Parce que c'est là que se joue, sans qu'on en soit toujours conscient, une grande partie de la qualité de la vie dans une ville. Il y a des rues où l'on se sent bien, des rues vivantes - sans forcément être commerçantes -, où l'on se dit qu'on aimerait bien habiter et élever nos enfants. Et puis il y a des rues qui, à l'inverse, nous semblent mornes, stériles, désertes, et qui malheureusement sont devenues plutôt la norme dans notre pays.Pourquoi ? Est-ce inéluctable ? Dans ce livre, fruit de ses 30 années d'expérience d'architecte et d'urbaniste, Nicolas Soulier nous montre que ce n'est pas seulement une histoire de voitures (auxquelles on accorde souvent une place disproportionnée), mais surtout une histoire de cadre, qui permet à la vie " spontanée " de s'exprimer ; que cela tient souvent à des détails, des petites modifications qui, accumulées, peuvent avoir de grands effets.En France, la situation parait souvent bloquée, stérilisée, et nombreux sont ceux qui pensent que si le progrès a détruit les rues, il faut s'y résoudre sans nostalgie. Après avoir effectué un état des lieux de nos blocages franco-français, Nicolas Soulier nous montre que cette situation n'est pas inéluctable et que de nombreux exemples de " reconquête des rues " fleurissent à travers le monde, mais aussi en France. De ces situations exemplaires, prises en Allemagne, en Suisse, au Danemark, en Angleterre et aux USA, l'auteur tire des conclusions pratiques et propose des pistes d'action pour " reconquérir nos rues ". - Nombre de page(s) : 288 - Poids : 762g - Genre : Architecture, Urbanisme, Packaging, Publicité MEDIUM. N° de réf. du libraire N9782841384693

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 26
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

4.

Nicolas Soulier
Edité par Les Editions Eugen Ulmer
ISBN 10 : 2841384691 ISBN 13 : 9782841384693
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Les Editions Eugen Ulmer. Paperback. État : Brand New. In Stock. N° de réf. du libraire zk2841384691

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 43,55
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 6,94
De Royaume-Uni vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais