Le harcelement moral. La violence perverse au quotidien

Note moyenne 4,18
( 174 avis fournis par GoodReads )
 
9782841465996: Le harcelement moral. La violence perverse au quotidien

.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Revue de presse :

Dans son ouvrage, Marie-France Hirigoyen prend délibérément le point de vue de la victimologie pour nous parler du harcèlement moral. Elle analyse ainsi la singularité de la relation perverse dans le dessein d'informer, de mettre en garde et de donner des moyens pratiques pour aider les victimes à s'en sortir. C'est que, pour elle, le phénomène n'est pas exceptionnel. C'est une forme de violence plus répandue qu'il n'y paraît dans la vie quotidienne. Nous pouvons être tous concernés dans notre couple, notre famille ou notre travail.

De fait, à la lecture de ces pages très documentées, illustrées de nombreux exemples nous ne pouvons qu'avoir le douloureux sentiment du «déjà connu». Comme si Marie-France Hirigoyen soulevait le voile de scènes oubliées ou occultées et pourtant parfois si proches. En tant que DRH, il m'est impossible de nier l'existence de relations perverses en entreprise. Même si, comme nous le dit l'auteur, le doute et la culpabilité des victimes ainsi que l'aspect sournois de cette violence morale expliquent qu'on ait du mal à la reconnaître, à la nommer et à la combattre. Mais qu'elle est donc l'ampleur de ce phénomène ? Sur ce sujet, l'auteur ne nous permet pas de nous faire une opinion nette. Si l'acte de violence perverse est, comme elle nous le dit, un acte délibéré d'individus qui ne peuvent exister qu'en «cassant quelqu'un» alors, Dieu merci , ce doit être une minorité ! Et cela expliquerait que l'on s'en préoccupe peu.

On peut regretter que ce type d'analyse, avant tout psychologique, ne nous permette pas vraiment de nous interroger sur les raisons qui rendent possible l'émergence de cette violence morale en entreprise alors que la psycho-dynamique du travail la considère comme un phénomène grave et insuffisamment pris en compte.

Si la souffrance morale est aussi répandue que le prétendent les experts, elle ne peut être le fait d'une simple poignée de pervers avérés. Se pourrait-il alors qu'elle soit infligée par des êtres «ordinaires» ? Des femmes et des hommes comme vous et moi ? Pour tous ceux qui chercheraient une réponse à cette troublante question je ne saurais trop les inviter à compléter leur lecture par l'ouvrage de Christophe Dejours intitulé «Souffrance en France» paru en 1998 aux Éditions du Seuil.

Psychiatre et psychanalyste, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et Directeur du Laboratoire de Psychologie du travail, l'auteur tente d'élucider les ressorts subjectifs de la domination dans le monde du travail : pourquoi les uns consentent-ils à subir la souffrance, cependant que d'autres consentent à l'infliger ?

Pour lui, le processus pervers s'impose de l'extérieur aux victimes comme aux bourreaux. Il s'agit de la psychose de guerre économique qui s'est développée depuis une quinzaine d'années. Au nom de cette «juste cause» sont exclus ceux qui ne sont pas aptes, tandis qu'on exige des autres des performances toujours supérieures. Naît alors la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas donner satisfaction, source de culpabilité et vecteur de soumission.

Ainsi s'est mis en place progressivement, pour Christophe Dejours, un processus complexe de management par la terreur. Résignation d'abord (en clivant le malheur de l'injustice), banalisation voire déni de la souffrance ensuite (qui condamne les uns au silence et les autres au mensonge), et enfin acceptation du «sale boulot», rationalisation et banalisation du mal. Un processus basé sur la déresponsabilisation que l'auteur n'hésite pas à comparer à celui mis en oeuvre dans les camps et les industries nazis.

Ce type de management par la terreur est-il aujourd'hui le plus répandu, comme l'affirme Christophe Dejours ? Au contraire les entreprises misent-elles - elles le prétendent souvent - sur la reconnaissance et la valorisation de leurs collaborateurs ? C'est toute la question du sens du travail qui est ici en jeu. L'homme en est-il le moyen ou la fin ? Acceptons enfin de nous poser authentiquement cette question essentielle. -- Michel Fabre -- -- Business Digest

Halte au mot qui tue !
"Un mot qui vient bien, ça peut tuer ou humilier sans qu'on se salisse les mains. Une des grandes joies de la vie, c'est d'humilier ses semblables. " Lapidaire, le mot de Pierre Desproges, en épigraphe du Harcèlement moral, résume parfaitement l'ambition de Marie-France Hirigoyen. A l'heure où les employeurs se disent de plus en plus préoccupés par le mal-être des salariés, où congé de maladie rime avec dépression, l'auteur, psychiatre et psychanalyste, dévoile les mécanismes insidieux qui, de regards en sous-entendus, plongent parfois certains de nos collaborateurs dans une spirale dépressive. L'approche, nouvelle, s'appuie sur de nombreux exemples issus d'une solide expérience clinique, et se fait troublante.

Victime ou agresseur, tout lecteur se retrouve dans ces situations d'isolement, de discrédit, voire de harcèlement sexuel, qui " n'est qu'un pas de plus dans le harcèlement moral ". C'est que le cadre familial n'est pas nécessairement le plus secret ; non seulement l'entreprise laisse faire, mais elle va parfois, comme le rappelle l'auteur, jusqu'à encourager les méthodes perverses : atteindre ses objectifs n'a pas de prix. L'ouvrage de Marie-France Hirigoyen tient nettement moins ses promesses en ce qui concerne les solutions. Les conseils pratiques qu'elle délivre aux entreprises en fin de volume sont vagues, et la prise en charge psychologique, finalement traditionnelle. Il reste une prise de conscience : peut-être rirez--vous moins, ou autrement, en visionnant pour la énième fois Tatie Danièle, le film d'Etienne Chatiliez. --Lamia Oulalou-- -- L'Entreprise

Le harcèlement moral n'est pas à prendre à la légère
C'est un phénomène qui constitue une forme de violence quotidienne dans la sphère privée ou publique et peut avoir de graves conséquences psychologiques et somatiques sur la personne qui est la proie de cette forme de perversion.
Le propre du pervers est d'agir insidieusement
Il est donc nécessaire de repérer ce processus masqué afin de se libérer de l'emprise perverse et d'agir. Il faut apprendre à résister psychologiquement, à ne pas culpabiliser et à cesser de se justifier car les actes et les paroles du pervers sont un tissu de froideurs et de mensonges.
Le harcèlement moral est un véritable meurtre psychique
La victime est acculée et prisonnière d'une lourde souffrance psychique. Elle ne peut véritablement guérir qu'en se séparant de son agresseur et en reconstruisant son identité. Pour ce, une prise en charge psychologique est souvent nécessaire afin de verbaliser la souffrance et de comprendre ce qui s'est passé pour pouvoir oublier et construire un nouvel avenir. -- Idées clés, par Business Digest

Quatrième de couverture :

Il est possible de détruire quelqu'un juste avec des mots, des regards, des sous-entendus : cela se nomme violence perverse ou harcèlement moral. Dans ce livre nourri de nombreux témoignages, l'auteur analyse la spécificité de la relation perverse et met en garde contre toute tentative de banalisation. Elle nous montre qu'un même processus mortifère est à l'oeuvre, qu'il s'agisse d'un couple, d'une famille ou d'une entreprise, entraînant les victimes dans une spirale dépressive, voire suicidaire. Ces violences insidieuses découlent d'une même volonté de se débarrasser de quelqu'un sans se salir les mains. Car le propre du pervers est d'avancer masqué. C'est cette imposture qu'il faut dévoiler pour permettre à la victime de retrouver ses repères et de se soustraire à l'emprise de son agresseur. S'appuyant sur son expérience clinique, l'auteur se place en effet, en tant que victimologue, du côté des personnes agressées pour que le harcèlement qu'elles subissent quotidiennement soit pris en compte et nommé pour ce qu'il est : un véritable meurtre psychique. Le sujet du harcèlement moral reste largement inédit en France. D'où l'intérêt de ce livre remarquablement documenté, qui est aussi un guide pratique pour les victimes ou ceux qui veulent les aider (choix de la thérapie la mieux adaptée, étapes à court et long terme vers la guérison...) et pour les professionnels auxquels il propose une approche nouvelle. Mais plus largement, par son style clair et vivant, il intéressera tous ceux qui ne souhaitent pas rester indifférents face à ce problème de société.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 77,72

Autre devise

Frais de port : EUR 3,69
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Marie-France Hirigoyen
Edité par Syros (1998)
ISBN 10 : 2841465993 ISBN 13 : 9782841465996
Neuf(s) Couverture rigide Quantité : 1
Vendeur
Ergodebooks
(RICHMOND, TX, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Syros, 1998. Hardcover. État : New. N° de réf. du libraire DADAX2841465993

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 77,72
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 3,69
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais