Pierre Tisserand L'arbre au pendu

ISBN 13 : 9782841879427

L'arbre au pendu

 
9782841879427: L'arbre au pendu
Extrait :

Le ciel était limpide, l'air embaumait, les insectes bourdonnaient, les oiseaux chantaient, mais la jeune femme pensait qu'il faudrait équeuter, étuver, mettre en bocaux les haricots que son père était en train de cueillir dans le jardin, là, derrière le poulailler et la guérite des tinettes. Elle souffla, puis, du tas de bois livré si près de la grille qu'on ne pouvait la refermer, prit une forte bûche, la posa sur le billot et, lâchant le «han !» des porteurs de rails, la fendit d'un seul coup de hache. Un autre rondin subit le même sort, ensuite un autre, et encore. Le temps lui était compté : près du puits, le champignon de la lessiveuse posée sur le réchaud à trois pieds - utilisé par les paysans pour la cuisson des patates de leurs cochons - crachotait sa pluie bouillante sur le linge maintenu en place par un croisillon de fer.
Elle s'épongea le front de l'avant-bras, entendit le brimbalement particulier du long chariot franc-comtois à quatre roues, reconnut le pas du cheval.
«Ça, c'est Léon Jacquier !» se dit-elle.
Sûre de son fait, elle se remit à l'oeuvre.
«Alors, Marion, on fend le bois ?» lança l'homme assis, jambes ballantes, guides en main, sur une des ridelles rabattue à plat.
Ces réflexions de bon voisinage, consistant à demander à quelqu'un s'il est en train de faire ce qu'il est en train de faire, étaient monnaie courante également dans cette région.
«Comme tu vois, Léon !» répondit-elle en le gratifiant d'un sourire qui ne lui valait pas que du bien dans ce village où la dentition en perdition se portait toujours beaucoup.
Ses dents blanches, son corps flexible, son ventre plat, ses longues jambes, la cognée, le billot, les bûches et la lessiveuse lui donnaient un air de mannequin de haute couture que la guerre aurait jeté dans le quotidien des femmes de la campagne.
Elle posa la hache, se baissa, entassa le bois refendu dans la panière d'osier ; une fois pleine, elle en saisit les anses, la souleva et, d'une démarche rendue ridicule par la charge, gagna l'appentis à claire-voie où elle empila les bûches en murets ; ceux-là s'élèveraient bientôt à hauteur d'homme. C'est qu'il fallait prévoir de quoi alimenter la cuisinière de fonte qui, à longueur d'année, était le seul moyen de préparer les repas et l'unique source de chaleur au moment des grands froids ; en hiver, les briques sorties brûlantes du four, puis enveloppées dans du papier journal qui prenait alors une odeur enivrante, permettaient de déglacer les lits et de s'endormir les pieds au chaud. Même si les pièces autres que la salle commune ne bénéficiaient pas de ses largesses, la cuisinière était, comme naguère la cheminée, l'âme de toute maisonnée.
«Allez, ma grosse, on y retourne ! dit-elle en ramassant la panière.

Présentation de l'éditeur :

Un jour de 1941, Marion Varnel, avec ses deux enfants, est partie se réfugier à la campagne, chez ses parents. Pour les habitants du village, c'est comme si elle tombait de la lune. Une Parisienne, n'ayant jamais travaillé que dans un bureau, toujours vêtue de pantalons, et qui se révèle aussi solide qu'un homme : il y a de quoi surprendre ! Son mari ? Prisonnier en Allemagne. Et il ne paraît guère lui manquer. Autant d'indépendance et de courage ne peuvent qu'éveiller des jalousies. Sans même évoquer sa beauté...

Lors d'une veillée, le père de Marion raconte aux villageois la légende de Berthe de Joux, emmurée vive pour n'avoir su attendre le retour de croisade de son seigneur et maître. Par une étroite meurtrière, l'infortunée ne pouvait voir que son amant tournoyant sous une branche...

Une nuit de l'été 1944, la meilleure amie de Marion est violée et assassinée. Tandis qu'à l'approche de la 2e DB les partisans sortent de l'ombre, rumeurs, soupçons et rancoeurs envahissent le village. L'arbre au pendu n'avait encore jamais donné de fruit. Or, Marion cache au fond de son coeur un bien lourd secret...

Auteur-compositeur-interprète, grand prix de l'Académie Charles Cros, Pierre Tisserand a écrit pour Serge Reggiani («L'Homme fossile») et Magali Noël, entre autres. Né en 1936, il a vécu l'Occupation en Franche-Comté, près de Vesoul. L'Arbre au pendu, son premier roman, restitue le quotidien d'un village français pendant les années noires.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 23,49

Autre devise

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Pierre Tisserand
Edité par L' Archipel (2007)
ISBN 10 : 2841879429 ISBN 13 : 9782841879427
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre L' Archipel, 2007. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782841879427

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 23,49
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais