Paul de Sémant Le Fulgur

ISBN 13 : 9782842655723

Le Fulgur

 
9782842655723: Le Fulgur
Extrait :

Un désastre.

Le 21 juin 1925, vers 6 heures du soir, deux navires, venant du Nord, stoppèrent en haute mer, en plein canal de Yucatan, entre la pointe mexicaine dite cap Catoche et le cap San-Antonio qui termine à l'Ouest la grande île de Cuba.
Le premier de ces bâtiments, un croiseur de guerre léger, à turbines, battait pavillon américain.
Dernier né de la flotte des États-Unis, ce croiseur, le Vélox, muni des plus récents perfectionnements scientifiques, venait d'être désigné, par le gouvernement de l'Union, pour convoyer et assister au besoin le second navire - bateau de construction bizarre, lourd, trapu, énorme, et dont les superstructures déroutaient toutes les idées usuelles en matière de gréement naval.
En effet, cet étrange bateau évoquait plutôt l'idée d'un chaland de rivière. Bas, écrasé, il ne possédait ni mâture, ni cheminées. A son arrière, une lance porte-flamme soutenait deux pavillons, le pavillon tricolore de France et celui des États-Unis ; et au-dessous, une banderole orange flottait, avec cette inscription - en français sur une face, en anglais sur l'autre :

«GOLIATH»
SOCIÉTÉ FRANCO-AMÉRICAINE DES RECHERCHES SOUS-MARINES

Le Goliath était-il un navire à moteurs électriques et à turbines ? On n'eût pu le dire, car à première vue, rien ne décelait la nature de ses moyens de marche.
En tout cas, deux particularités typiques sollicitaient l'étonnement à son aspect.
Sur l'arrière de son pont, d'où émergeaient divers habitacles et un hall vitré, une haute charpente en fer se dressait - assez analogue à ces systèmes de grues roulantes employées dans les fonderies pour transporter les cuves de métaux en fusion ; mais plus délicate comme organes, elle était munie d'échelles pliantes roulant sur galets.
Dans les cadres de fer ajouré de cette charpente, une chose était suspendue par des chaînes puissantes et maintenue, sur les côtés, par des élingues en fil d'acier tendues à l'aide de moufles.
Cette chose n'était point directement visible, encapuchonnée qu'elle était dans une gaine de cuir munie de bouderies compliquées, mais on en percevait exactement la forme générale : et, de prime abord, l'observateur non initié eût pu supposer que cet objet, ainsi soustrait à la vue des profanes, était tout simplement un ballon sphérique ordinaire, maintenu à l'état de plénitude, et muni de sa nacelle.
Pourtant une singularité enveloppait - et c'est bien le mot à employer - ce vaste capuchon de cuir.
En effet, tout autour de lui, régnait - dans une zone assez restreinte, il est vrai - un rayonnement qu'on pouvait assimiler à une très vague phosphorescence.
C'était une sorte d'irradiation ténue, latente, imprécise, mais certaine - et d'ailleurs suffisamment perceptible.

Présentation de l'éditeur :

Au large de l'île de Cuba, deux navires stoppent en haute mer, le 21 juin 1925. De l'un de ces vaisseaux est extirpé un engin aux formes bizarres, le Fulgur sous-marin de son état. L'auteur de cette curiosité, un savant ingénieux, prétend avoir dompté la Nature ! Une équipe s'enfonce rapidement dans les flots pour une première exploration, lorsque un bruit terrible fait sursauter les hommes. Une vague immense, gigantesque, surgit...
Cet ouvrage est un roman d'aventure marine dont l'univers est proche du fantastique.
Paul de Semant est le pseudonyme de Paul Cousturier (1855-1915) qui, avant d'être un auteur de romans d'aventures, a longtemps illustré les livres de nombreux romanciers célèbres de son époque.
«... Cela avait des mandibules, deux pattes immenses, à trois articulations, et à l'arrière une sorte de tige recourbée en l'air sous forme de croc et qui posée à terre soutenait le corps au-dessus du sol, tandis que les deux pattes l'entraînaient avec rapidité.
En un instant la bête eut regagné la rive ; elle se laissa tomber dans l'eau et disparut.
- Ah ! soupira Joë, ce n'est pas une remontrance à votre adresse, dear doctor, mais vous nous avez menés dans un pays véritablement horrible.
- Bah ! C'est encore un isolé de ce monde que nous n'avons fait qu'entrevoir.
Peu après on atteignait le Fulgur qui, désancré, fut ramené, en longeant la côte, jusqu'à l'orifice de la crevasse d'où jaillissait la cascade...»

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre
EUR 11,98

Autre devise

Frais de port : EUR 1,48
Vers France

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Paul de Sémant
ISBN 10 : 2842655729 ISBN 13 : 9782842655723
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
Mediavore
(Mons en baroeul, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : Good. N° de réf. du libraire 2000000332921

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 11,98
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 1,48
Vers France
Destinations, frais et délais