Hôtels particuliers de Paris. Visite privée.

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par Goodreads )
 
9782842771263: Hôtels particuliers de Paris. Visite privée.
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Extrait de l'introduction

Lorsque j'étais enfant, nous habitions la campagne, mais à l'approche de Noël dès que le départ vers Paris s'annonçait, je ressentais une grande impatience. Nous allions retrouver la maison de mes grands-parents rue Saint-Guillaume, son porche monumental, sa cour du XVIIIe siècle, son jardin de buis ponctué de statues, son grand escalier de pierre sur les marches duquel ma mère avait été photographiée le matin de son mariage. Je rêvais des salons aux parquets de Versailles, dans lesquels on avait dansé lors des bals donnés pour mes soeurs aînées : j'entendais dans le jardin les échos d'un orchestre argentin. Tout me fascinait.
Ma grand-mère nous recevait dans son appartement du rez-de-chaussée qui donnait sur le jardin à la française. Elle s'était entourée d'objets de Chine : paravents en laque de Coromandel, dromadaires en terre cuite de l'époque Tang et ravissantes petites boîtes précieuses et fragiles sur les tables.
Lorsque nous passions dans la salle à manger, avec ses boiseries blanc et or, ses miroirs encastrés, sa pendule suspendue dans une cage à oiseaux, nous étions plongés en plein xvnr siècle.
Dans nos conversations, elle aimait évoquer cette période de sa vie où, avec mon grand-père, elle recevait à déjeuner ou à dîner des hommes politiques français et étrangers, des diplomates, des écrivains comme André Maurois, Saint-John
Perse ou Edith Wharton. C'était la vie du faubourg Saint-Germain de l'entre-deux-guerres qui surgissait devant mes yeux.
Lorsque mon père parlait de sa propre enfance, tout me semblait plus étonnant encore. Avant la Grande Guerre, la vie familiale était partagée en deux parties, six mois à la campagne, six mois à Paris. Puis, les études devenant sérieuses, les institutrices ne suffisant plus, le collège s'imposant, les séjours à Paris s'allongèrent. La famille était installée sur trois étages dans un hôtel particulier de l'avenue Bosquet, donnant sur la Seine. Mon père nous racontait les enfants dévalant l'escalier au son de la cloche extérieure agitée par le concierge pour annoncer les repas, cloche qui, par son exactitude, pouvait servir d'horloge à tous les voisins... et aussi les déjeuners dominicaux réunissant trente personnes, oncles, tantes, cousins, cousines ; les «provisions», légumes, fruits, poissons, volailles, arrivant directement du potager, de la rivière ou de la ferme du Lude ! Il nous racontait le chef Maret et ses bombes glacées étourdissantes, et puis, chaque année à la même date, les housses blanches recouvrant tous les meubles de la maison pour le départ vers la campagne.
Aujourd'hui l'hôtel de la rue Saint-Guillaume est devenu la demeure d'un grand banquier, celui de l'avenue Bosquet, une ambassade. Tout est différent : on vit à Paris toute l'année, on y travaille, les appartements ont gagné en confort et en simplicité. Mais il existe encore quelques-unes de ces anciennes demeures des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles dans lesquelles on respire un parfum raffiné d'autrefois.
En me remémorant ces récits familiaux, j'ai voulu entrouvrir encore une fois les portes de demeures bien vivantes, habitées, aimées, chaleureuses, de vraies maisons au coeur de Paris qui résonnent toujours de cris et de rires d'enfants, d'aboiements de chiens dans le jardin, d'allers et venues des uns et des autres.

Présentation de l'éditeur :

Avant qu'ils ne disparaissent, ne se transforment ou ne "s'officialisent", Christiane de Nicolay-Mazery entrouvre les portes de ces hôtels particuliers parisiens des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, chefs-d'oeuvre de beauté, d'élégance et de goût.
Nous pénétrons, en sa compagnie, dans l'intimité de ces demeures où chaque génération a essayé d'embellir un lieu rempli d'histoire, a laissé une partie de son coeur, de sa vie, de son talent particulier. Leur présence bienfaitrice veille à ce qu'élégance et majesté se conjuguent avec bonheur et art de vivre.

Christiane de Nicolay-Mazery travaille depuis vingt ans avec Maître Raymond de Nicolay, commissaire priseur à Paris. Passionnée par l'art de vivre en France, elle l'est aussi par l'histoire des familles. Elle est l'auteur aux Éditions du Chêne de La Vie de château et de Visite privée, hôtels particuliers de Paris.

Jean-Bernard Naudin, photographe de renommée internationale, est l'auteur de nombreux ouvrages d'art de vivre aux Editions du Chêne dont Les Carnets de cuisine de Monet ; Proust, la cuisine retrouvée ; Saveur des Mille et Une nuits ; La Vie de château ; Renoir, à la table d'un impressionniste ; Le Goût de la Provence de Paul Cézanne ; Matisse, saveurs et lumières ; Casanova, un vénitien gourmand.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 116,85

Autre devise

Frais de port : EUR 1,62
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Naudin, J-B, Nicolay, Mazery
Edité par Le Chêne (1999)
ISBN 10 : 2842771265 ISBN 13 : 9782842771263
Neuf Couverture rigide Quantité disponible : 2
Vendeur
Murray Media
(North Miami Beach, FL, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Le Chêne, 1999. Hardcover. Etat : New. Never used!. N° de réf. du vendeur P112842771265

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 116,85
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 1,62
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais