La rencontre des droits en Méditerranée : L'acculturation en question

 
9782842876388: La rencontre des droits en Méditerranée : L'acculturation en question
Extrait :

Extrait de l'introduction de Xavier Perrot, Université de Limoges-OMIJ-IAJ et Jacques Péricard Université de Limoges-CRIHAM

Deux années de suite, Limoges fut le lieu de rencontres de chercheurs réunis grâce au soutien du PRES LPC. Des échanges fréquents ont permis d'amorcer une nouvelle série de recherches autour du concept d'acculturation juridique. Il est aujourd'hui assez bien connu, notamment parce qu'il commence à être ancien. En 1936 déjà, Herskovits, Linton et Redfield proposaient dans le Mémorandum pour l'étude de l'acculturation une définition qui fait encore autorité, même pour les juristes :

L'acculturation est l'ensemble des phénomènes qui résultent d'un contact continu et direct entre des groupes d'individus de cultures différentes et qui entraînent des changements dans les modèles culturels initiaux de l'un ou des deux groupes.

On peut cependant opposer à cette définition, opératoire en apparence, le fait qu'elle dissimule la valeur en partie négative du phénomène d'acculturation. L'origine du terme datant de la fin du XIXe siècle (John Wesley Powell), on ne s'étonnera pas que les recherches en la matière ont commencé par être, d'abord, assez nettement européo-centrées. Les travaux des ethnologues et des anthropologues étaient alors tributaires d'un certain évolutionnisme, opposant culture indigène primitive et culture occidentale civilisée. Ce n'est que durant le second quart du XXe siècle que les penseurs de l'acculturation se départiront du réflexe intellectuel et de la méthode consistant à penser les variations culturelles en terme de hiérarchisation. Les anthropologues, dont sont Herskovits, Linton et Redfield, vont alors davantage insister sur le contact entre deux ou plusieurs cultures qui agissent et réagissent l'une sur l'autre.

Si le concept d'acculturation est bien connu, et depuis longtemps, pourquoi alors y revenir ? En droit, les outils développés par la sociologie, l'ethnologie et l'anthropologie seront certes assez tôt récupérés par les chercheurs, mais les travaux manquent néanmoins. Ce questionnement juridique est en outre ravivé par les récentes mutations institutionnelles et constitutionnelles, du Maghreb au Machrek. Le fait n'est pas nouveau : tiraillés entre tradition et exigences modernes issues du monde occidental, les pays du Sud ont connu depuis le XIXe siècle plusieurs vagues d'acculturation juridique aux effets plus ou moins pérennes.

Des structures étatiques de tradition occidentale avaient été introduites dans l'espace arabo-musulman et les sociétés durent assimiler en peu de temps les concepts de codification et de constitution. Depuis, des événements telle que la décolonisation ont pu souligner la superficialité, ou, à l'inverse, selon les secteurs du droit, le renforcement de cette combinaison de traditions juridiques et non-juridiques. Après les indépendances et le changement de paradigme politique qui a favorisé le réveil culturel et la réappropriation d'une identité longtemps refoulée, plusieurs pays sont néanmoins parvenus à équilibrer leur régime politique entre standard démocratique de la société internationale et valeurs religieuses, clairement affichées dans les textes constitutionnels et législatifs.

Présentation de l'éditeur :

Les mutations secouant actuellement l'espace méditerranéen suscitent une réflexion de fond qui doit se nourrir des expériences précédentes pour définir le socle juridique du changement. Mais pour être la plus complète possible, la réflexion doit être menée à l'aune du phénomène d'acculturation.
Les antagonismes juridiques sont en effet nombreux dans l'espace concerné et plusieurs données sont à prendre en compte pour la pérennisation de l'équilibre : rôle et formes de l'État, aspirations sociales, place de la religion, regard de la société internationale, droits de l'Homme, etc.. De tels systèmes, rarement monistes, résultent de la combinaison de traditions juridiques différentes, positivistes et issues des institutions publiques pour les unes, coutumières et émanant du corps social pour les autres. Enfin il convient d'ajouter l'influence du religieux, producteur de normes d'une particulière intensité.
Les différentes contributions présentées dans ce volume combinent trois approches : historique, contemporaine et prospective. Leur intérêt est de mieux appréhender les enjeux identitaires actuels en Méditerranée, à travers le prisme des transformations du droit, du statut de la sacralité et de l'acclimatation ou non des droits de l'Homme.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

PERICARD JACQUES, PE
Edité par PU LIMOGES
ISBN 10 : 2842876385 ISBN 13 : 9782842876388
Neuf(s) Soft Cover Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre PU LIMOGES. Soft Cover. État : NEW. PU LIMOGES (07/03/2015) Weight: 310g. / 0.68 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782842876388

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 17
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Collectif; Jacques Péricard; Xavier Perrot
Edité par Presses Universitaires de Limoges et du Limousin (2015)
ISBN 10 : 2842876385 ISBN 13 : 9782842876388
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Presses Universitaires de Limoges et du Limousin, 2015. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782842876388

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 17
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais