Voyage en Laponie : 1681

 
9782846790857: Voyage en Laponie : 1681
Extrait :

RÉFLEXIONS

Il est ordinaire aux voyageurs qui passent les mers de faire naître des orages ; et tout ce qui n'est point calme est pour eux une tempête continuelle, qui brise leurs vaisseaux contre le firmament, et tantôt les jette jusque dans les enfers : ce sont les manières de parler de quelques-uns. Pour moi, sans amplifier les choses, je vous dirai que la mer Baltique est célèbre en naufrages, et qu'il est rare d'y passer pendant l'automne, car elle n'est point navigable l'hiver, sans y être pris du mauvais temps. Nous avons été obligés de relâcher en cinq ou six endroits ; et ce passage, qu'on fait ordinairement en trois ou quatre jours, nous a retenus.
Ces disgrâces ont servi à quelque chose, et le temps que nous sommes demeurés à l'ancre n'a pas été le plus mal employé de ma vie. J'allais tous les jours passer quelques heures sur des rochers escarpés, où la hauteur des précipices et la vue de la mer n'entretenaient pas mal mes rêveries. Ce fut dans ces conversations intérieures que je m'ouvris tout entier à moi-même, et que j'allais chercher dans les replis de mon coeur les sentiments les plus cachés et les déguisements les plus secrets, pour me mettre la vérité devant les yeux, sans fard, telle qu'elle était en effet. Je jetai d'abord la vue sur les agitations de ma vie passée, les desseins sans exécution, les résolutions sans suite, et les entreprises sans succès. Je considérai l'état de ma vie présente, les voyages vagabonds, les changements de lieux, la diversité des objets, et les mouvements continuels dont j'étais agité. Je me reconnus tout entier dans l'un et dans l'autre de ces états, où l'inconstance avait plus de part que toute autre chose, sans que l'amour-propre vînt flatter le moindre trait qui empêchât de me reconnaître dans cette peinture. Je jugeai sainement de toutes choses. Je conçus que tout cela était directement opposé à la société de la vie, qui consiste uniquement dans le repos ; et que cette tranquillité d'âme si heureuse se trouve dans une douce profession, qui nous arrête comme l'ancre fait un vaisseau retenu au milieu de la tempête. Tous ces desseins vagues, ces vues qui s'étendent sur l'avenir, les chimères, les imaginations de fortune, sont des fantômes qui nous abusent, que nous prenons plaisir de nous former, et avec lesquels notre esprit nous joue. Tous les obstacles que l'ambition fait naître, loin de nous arrêter, doivent nous faire défier de nous-mêmes, et nous faire appréhender davantage.

Présentation de l'éditeur :

Ils ont peu d'enfants, et il ne s'en trouve presque jamais six dans une famille. Lorsqu'ils viennent au monde, ils les lavent dans de la neige jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus respirer, et pour lors ils les jettent dans un bain d'eau chaude ; je crois qu'ils font cela pour les endurcir au froid. Sitôt que la mère est délivrée, elle boit un grand coup d'huile de baleine, et croit que cela lui est d'un secours considérable...

En 1681 Jean-François Regnard, auteur à succès du Joueur et du Légataire universel, participe à une mission diplomatique en Europe du Nord.
Il lui vient alors l'idée de rejoindre la Laponie et d'explorer les contrées arctiques, parcourant plaines et marais, franchissant fjords et lacs infestés de moustiques pour rejoindre les terres du nord.
Le Voyage en Laponie est un récit d'exploration qui fourmille d'anecdotes cocasses.
Ce texte constitue un témoignage remarquable où le détail des descriptions de la vie quotidienne lapone, l'humour et le rythme donné au récit, nous font comprendre l'esprit d'un voyageur animé d'une profonde curiosité envers les êtres et les choses. Cette oeuvre insolite offre une vision surprenante d'une société qui aujourd'hui, comme tous les peuples de l'Arctique, se bat pour préserver son identité.

Jean-François Regnard est surtout connu du public pour ses pièces de théâtre. L'auteur du Joueur, 1696, et du Légataire universel, 1708 mena une vie aventureuse. Ses récits de voyages nous offrent un témoignage unique sur les sociétés de cette époque.
La biographie et le commentaire de l'oeuvre ont été rédigés par Philippe Geslin, professeur et ethnologue à la Haute École Spécialisée et à l'Institut d'ethnologie de Neuchâtel, Suisse.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande