Le Théâtre et ses publics : La création partagée

 
9782846813839: Le Théâtre et ses publics : La création partagée
Extrait :

ROMEO CASTELLUCCI

La quintaparetelLe cinquième mur

Le titre proposé pour le colloque de Liège recourt à une expression, la «création partagée», dotée à mes yeux d'une vraie puissance. Mon travail en effet se fonde sur cette conception : celle d'un espace entre deux parties. D'un côté, le plateau, où se déploient des sons, des corps, des lumières, et de l'autre côté, la tribune, la place pour le public, pour sa présence anonyme. Entre ces deux entités, il s'agit d'une rencontre : le théâtre est un dispositif dont la mécanique consiste en l'avancement dramatique vers le spectateur. Mais la «création partagée» est aussi une expression juste parce qu'elle implique de déclarer une distance. Partager quelque chose revient à diviser en deux et il faut accepter l'idée de cette coupure : d'un côté, quelqu'un qui agit, de l'autre, quelqu'un qui regarde. A partir de là, se dégage un troisième espace qui sépare la tribune du plateau, tel un voile transparent, tendu entre les deux côtés et qu'on ne peut percer. Ce voile est la condition d'existence du théâtre. Formé au croisement des deux forces engagées, d'un côté le regard, de l'autre l'action, il est l'image même du contact. Il réifie ce réel échange où, à un certain moment, le spectacle, le théâtre, est capable de regarder le spectateur. Un terme grec exprime ce processus : l'epopteia, qui signifie l' «état de celui qui est capable de regarder», «celui qui est le regard». Ce regard qui forme donc la chose regardée.
Si je fais sans cesse référence à la tragédie, ce n'est pas dans une volonté nostalgique, historiographique, ou académique. Je ne suis pas un spécialiste du théâtre et, je le dis sans snobisme, je ne l'ai presque jamais étudié, mon parcours artistique a commencé aux Beaux-Arts. À mes yeux, la tragédie grecque représente la discipline la plus absolue, l'esthétique, la racine, en tout cas une forme, la forme du théâtre qui perdure. On peut l'imaginer figée dans le temps et dans l'espace ; non comme un monument funéraire, mais plutôt comme une sorte d'étoile polaire. Cette forme existe encore parce qu'elle est indépassable. Rien ne peut être plus fort. Pour moi, Eschyle et l'Orestie constituent la pointe la plus dure de l'esthétique occidentale.
Je voudrais insister sur la fibre profondément politique du théâtre. Être politique, pour le théâtre, implique de donner une place au spectateur, et plus précisément, de lui donner la possibilité d'être scandalisé, c'est-à-dire touché. Le scandale, selon l'étymologie grecque - skandalon -, signifie le «trébuchement», le fait d'être empêché de marcher, le fait que quelque chose impose une forme d'arrêt. Un arrêt qui est un moment fondamental de réflexion, une boule, une suspension temporelle de la conscience.
Soudain alors, nous devenons responsables de l'acte de regarder et par là, spectateurs de nous-mêmes dans cet acte. Ce fait est la politique.

Présentation de l'éditeur :

La succession des crises économiques et l'emprise grandissante des idéologies néolibérales conduisent à de multiples formes de désengagement des puissances publiques dans les domaines de l'art, de la culture et de l'éducation. Cela tend à remettre en cause le contrat social sur lequel s'était construite l'idée d'un théâtre au service du public. Aussi nous trouvons-nous aujourd'hui devant un paysage complexe où les relations du public à la création théâtrale, comme celles des artistes à la société, se modifient : nouvelles assises sociologiques, nouveaux protocoles de travail, nouveaux dispositifs relationnels. Ces transformations ont fait l'objet de ce colloque co-organisé par l'Université de Liège et le Théâtre de la Place dans le cadre du projet Prospèro.

Ce livre, réalisé sous ln direction de Nancy Delhalle et avec la collaboration d'Aline Dethise, rassemble les principales interventions des artistes et des chercheurs : A.-M. Autissier, C. Balme, T. Baiiobmeu Costa, F. Bauchard, R. Canziani, R. Castelluui, J. Delcuvellerie, N. Delhalle, M. De Marinis, L. Fleury, M. Freydefont, M. Furlan, P. Giacchè, J.-P. Han, W. Hillaert, M. Ikoubaân, S. Kaegi, É. Lacascade, T. Okada, S. Olivier, O. Ponte di Pino, J.-M. Piemme, S. Saada, M. H. Serôdio, C. Servais, E. Slevogt, R. Solis, C. Stalpaert et S. Verdoodi, D. lércio, J. Thielemans, K. Vanhaesebrouck, J. M. Vieira Mendes, J.-M. Wynants.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Aline Dethise; Collectif; Nancy Delhalle
Edité par Les Solitaires Intempestifs (2013)
ISBN 10 : 2846813833 ISBN 13 : 9782846813839
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Les Solitaires Intempestifs, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782846813839

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 15
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais