Christian Milleret Le coeur qui tremble

ISBN 13 : 9782847122886

Le coeur qui tremble

 
9782847122886: Le coeur qui tremble
Extrait :

Bonvillard

Je giclai du bistrot comme d'une pinède en feu, ma vessie menaçait de sauter dans mon nouveau Diesel. Deux minutes pour trouver un platane et sauver mon falzar. Je me précipitai derrière le premier arbre isolé et savourai un instant de pur bonheur. Les espadrilles à dix heures dix, j'écoutai chanter la douce ondée, le clapotis sur l'humus desséché. Je plantai mon regard dans la voie lactée et tanguai avec béatitude. L'homme restait le seul primate à évoluer en station érigée. Quand il abusait de boissons fermentées, son centre de gravité, ordinairement situé entre la deuxième et la troisième vertèbre sacrée, se déplaçait parfois de manière intempestive. Hélas, ce moment de totale félicité se dissipa d'un coup.

Le chien déchira les fougères en vagissant, ses yeux rouges émergeant du feuillage charbonneux, les crocs scintillant dans un éclat de lune. J'aspergeai mon froc en détalant dans le sillage d'une miction interminable. Quand je fus perché sur un banc, le caleçon et le jean copieusement imbibés, ce salaud de cabot me contempla un instant, se retourna et regagna sa niche en trottinant. Des sournois, des vicieux, des fourbes, on en trouvait dans toutes les races, chez certains bâtards issus de croisements insolites ou nés de manipulations génétiques hasardeuses. Mais là franchement, ce clébard méritait sa réplique en bronze au musée des tordus. Le vieux bas-rouge du Café des Tilleuls attendait ses victimes, endormi sur le seuil de sa niche. Le profond sommeil dans lequel il semblait plongé n'était qu'un leurre, ses paupières baissées, des rameaux pour camoufler le piège. Le reste du temps, il était adorable, comme tous les grands maniaques.

Minuit déjà, la nuit promettait d'être longue. Je m'affalai sur le banc en rondins. Scellé sur un promontoire, il dominait la vallée de la Maurienne. J'avais l'impression d'être installé dans un avion sans carlingue. J'observai en bas les lumières sporadiques, les villes tombées d'ici qui fumaient encore dans un léger brouillard. J'ouvris un deuxième paquet de cigarettes. On respirait à la montagne. Demain, je sautais dans le train de 9 h 12 à Saint-Jean de Maurienne. Je rentrais sur Paris, vidé. Les pèlerinages dans ma contrée secouaient drôlement les organismes. J'inspirai à pleins poumons puis me fondis à nouveau dans le tumulte du bistrot qui ne désemplissait pas. La philo coulait à pic. L'apéritif s'étant mué en un repas frugal, entre les chips, les olives et les cacahuètes, l'essentiel des grands sujets fut passé en revue. La politique, les femmes, le sport, le réchauffement de la planète, l'économie mondiale. Dans un climat d'insurrection, le débat partit dans tous les sens, se convertit en un fabuleux tourbillon d'inepties. Le rouge-limé exécuta les derniers intellectuels.

Présentation de l'éditeur :

Lou se prétend grand reporter mais en réalité, il trie des dépêches de l'AFP pour un mauvais journal. Il ment, il fabule pour rompre son ennui, et accessoirement pour séduire.

«Zoé, une étudiante qui occupait une chambre de bonne au sixième étage, me suivait à fond dans mes récits rocambolesques. De plus, elle m'inspirait. Sa candeur m'incitait à me surpasser. Un jour, je lui avais annoncé :
- Kaboul, mardi soir. Je pars pour une semaine...
C'était l'effroi dans ses yeux qui m'avait plu. Cette fièvre, ce désir fou. Elle s'était jetée sur moi en arrachant mes vêtements et les siens comme si c'était la dernière fois.
Derrière, il avait fallu gérer, s'organiser. Glisser le long des murs, risquer un regard à chaque angle avant de s'engager dans un nouvel axe. Je sortais le moins possible. Aux heures critiques, je sautais la rampe du balcon pour éviter de la croiser au bas de l'escalier. Une fois chez moi, je me terrais. Les volets clos. Pas de lumière, pas de bruit, pas d'odeur. J'étais entré dans la vie exaltante d'une blatte. Je m'autorisais un peu de musique au casque, de lecture à la lampe torche. Je descendais des barquettes de taboulé enfermé dans la salle de bains. J'en avais bavé.»

Et puis Lou va entrer dans la vraie vie, par l'intermédiaire de deux rencontres...

Christian Milleret, auteur de poèmes et compositeur de musique, a débuté à 17 ans dans les cabarets parisiens. Après Vas-y arrête ! et Tout ça pour des clous, son dernier roman, Le coeur qui tremble nous transporte de nouveau dans l'univers à la fois drolatique et empreint de nostalgie de ses héros.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Christian Milleret
Edité par Editions du Petit Pavé (2011)
ISBN 10 : 2847122885 ISBN 13 : 9782847122886
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions du Petit Pavé, 2011. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782847122886

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais