Traité de bioéthique : Vers une nouvelle utopie civilisatrice ?

 
9782848742182: Traité de bioéthique : Vers une nouvelle utopie civilisatrice ?
Extrait :

Extrait de l'introduction

LA BIOÉTHIQUE : MYTHE OU MYSTIFICATION SOCIALE ?

Ce que les scientifiques dénomment «sciences du vivant», et qui symbolise la révolution biologique et génétique dans ses multiples applications, est aussi devenu, depuis le dernier quart du XXe siècle, une réalité sociale et humaine perceptible par son influence sur la santé des individus ainsi que sur le mode de vie des pays développés. Avancées médicales, espérance et qualité de vie y sont fortement liées.

Notre liberté à fonder une famille bénéficie de la contraception comme de l'assistance médicale à la procréation. L'abondance alimentaire a été rendue possible par une agriculture transformée en une industrie performante. Insérées dans notre quotidien et affectant nos relations sociales les plus intimes, les sciences du vivant participent ainsi à ce changement de «paradigme», de référence, qui bouleverse notre monde et conduit d'une société industrielle à une société technoscientifique au sens où c'est ce que produit la science - et non plus ce qu'elle dit ou ce qu'elle représente - qui est devenu l'enjeu de la construction de la société postmoderne.

Cet enjeu soulève des questions qui sont aujourd'hui bien connues de chacun de nous. Elles gravitent autour de l'interrogation : tout ce que la science rend possible doit-il être réalisé ? Maternité pour autrui, clonage reproductif humain, recherche sur l'embryon, brevets sur le vivant, production d'aliments à partir d'organismes génétiquement modifiés, chacun peut désormais, grâce à l'abondance des informations, avoir une idée des arguments qui s'affrontent dans cette nouvelle querelle autour de la science et de ses applications. Chacun en perçoit bien aussi la nature. Il ne s'agit plus aujourd'hui, comme au temps de Galilée, d'un conflit entre une représentation «idéologique» du monde (alors celle de l'Église) et une représentation «objective», celle de la science découvrant les «lois naturelles». Il s'agit d'une opposition sur la finalité des usages de la technique pour transformer le monde, y inclus l'homme en tant qu'être biologique et social. La recherche d'un équilibre entre le possible et le souhaitable devient, au nom du rappel d'un impératif éthique propre à la nature humaine, le leitmotiv de la bioéthique, cette éthique appliquée aux sciences du vivant.

Les débats relatifs aux biotechnologies et à la biomédecine semblent ainsi dessiner leur parcours contemporain suivant une voie désormais reconnue : une recherche fertile, des soutiens institutionnels forts, des perspectives d'application médicale ou industrielle prometteuses.

Présentation de l'éditeur :

La société technoscientifique affranchit l'homme de ses limites tout en le confrontant aux conséquences globales de ses actes. La formidable révolution du vivant réagit ainsi sur nos valeurs et nos institutions, mettant à l'épreuve leur capacité à maintenir le lien social. Et si la bioéthique était plus qu'un pragmatisme inventé pour «encadrer» les errements d'une technique espérée et redoutée à la fois ? Si elle était un phénomène global, une nouvelle vision du monde, utopie civilisatrice ou, à l'inverse, mystification sociale ? Mobilisant son expérience et sa connaissance de la complexité du phénomène social qu'est la bioéthique, l'auteur en analyse et interroge avec rigueur les caractéristiques.
Il en cerne les fondements : de quelles sources la bioéthique dispose-t-elle pour nouer le débat de toute une société ? Peut-elle, par sa méthode, son langage, ses acteurs, être à la base d'une nouvelle dialectique autour des enjeux posés par la technoscience ? Quelle est l'ambition sociopolitique de la bioéthique ? Nous offre-t-elle une nouvelle vision du pouvoir ? Quelle société construit-elle ? Une société du risque où la technique refonde le droit et l'anthropologie ? Une société chaotique qui n'est plus capable de se reconnaître dans ses valeurs et ses institutions ?
Peut-on espérer que la bioéthique nous aide à approfondir notre sens de la responsabilité au profit des plus vulnérables, des générations futures et du respect de la biodiversité ? En ce sens, la globalisation bioéthique, qui met en avant une dynamique d'intérêts contradictoires, serait aussi une chance pour l'homme. Par la nature et la qualité de son analyse, cet ouvrage constitue un véritable traité de bioéthique fondamentale qui permet d'évaluer l'impact de la technoscience sur le droit et l'organisation sociale.

Magistrat, Chrisitan BYK s'intéresse depuis les années 1980 à la bioéthique et à sa dimension normative et institutionnelle. Conseiller du secrétaire général du Conseil de l'Europe, il a élaboré le projet initial de Convention européenne sur la biomédecine et les droits de l'homme et participé à l'élaboration par /'Unesco de la Déclaration universelle sur la bioéthique. Il dirige l'Association internationale droit, éthique et science et le Journal international de bioéthique.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande