2002-2012 : performance, sens et usure dans les pratiques des professionnels en travail social

 
9782848744049: 2002-2012 : performance, sens et usure dans les pratiques des professionnels en travail social
Extrait :

Extrait de l'avant-propos de JEAN BRIENS, Président du GEPSo et PIERRE DELOR, Président du CSEPPE

Dans la droite ligne des éditions précédentes, le Comité scientifique de l'éthique, des pratiques professionnelles et de l'évaluation (CSEPPE) nous invite, une nouvelle fois, à la réflexion. Plus que jamais le Groupe national des établissements publics sociaux et médico-sociaux (GEPSo) s'inscrit ainsi dans une logique du : «Penser ensemble». Nous sommes ici dans un travail de réflexion, au coeur d'un processus d'évaluation de notre action - de l'action sociale et médico-sociale -, dont l'objectif est de porter une critique, donner de la valeur, de construire du sens, d'enrichir des pratiques, de les valoriser en se donnant mutuellement une capacité d'échanger, de confronter, de dépasser des idées qui paraissent parfois évidentes. Les trois termes qui nous réunissent : performance, sens et usure, sont au coeur de ce que nous vivons maintenant les uns et les autres ; au coeur des travers que nous constatons et des dérives qui nous inquiètent. Le GEPSo a pour mission de représenter des établissements publics au travers de ses diverses composantes et c'est bien avec elles que nous analysons les termes clés de ce 5e séminaire ; ces composantes sont avant tout les usagers et les professionnels.

Que ressentons-nous aujourd'hui ?

Globalement des écarts, comme si nous assistions au creusement de fossés qui ont des conséquences parfois désastreuses car elles touchent précisément et en priorité ceux qui s'engagent le plus. Quels sont ces écarts ?

Le plus important concerne la notion même de performance. Sommes-nous si sûrs que nous parlons tous du même contenu ? Nous faisons parfois comme si... Pourtant, et même s'il n'est pas ici question d'assimiler performance et qualité du service, nous voyons bien que le vocabulaire marchand, celui qui s'applique à un produit, envahit le champ social et médico-social. Sous le couvert de la performance sportive ou même artistique, ce qui est attendu et surtout entendu c'est une performance de gestion que l'on pourrait synthétiser, malgré le raccourci, dans la formule «faire plus avec moins». Ce premier écart, sous l'aspect du développement qualitatif de service, montre que l'attente est de plus en plus celle du moindre coût. L'inquiétude est réelle et augmentée du fait que là où les rapports entre les décideurs financeurs et les dirigeants s'effectuaient de façon physique (en coprésence), nous trouvons de plus en plus des rapports et des réponses marquées par des protocoles et des relations dépersonnalisées. Performer... pour accomplir, pour effectuer, pour exécuter un service dont nous nous soucions qu'il soit de qualité : oui, mais à quelle condition ?

D'abord et avant tout que le service soit coconstruit : la «performance» ou plutôt «l'enjeu» pour reprendre un terme sportif mieux adapté, est celle/ celui d'associer les publics vulnérables, prétendument peu performants, à la construction des projets qui les concernent et de leur faire une place réelle dans la gouvernance de nos systèmes. Au fond, le «sens du travail» a-t-il si profondément changé ? Les modalités d'exécution se sont transformées notamment sous l'effet de l'individualisation galopante des rapports humains et des évolutions technologiques. Il apparaît bien que les travailleurs sociaux d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, ont un souci de contribuer au «bien commun» en se mettant au service de populations vulnérabilisées. Alors d'où pourrait venir cette idée que le sens se perdrait ? Les pionniers et les travailleurs sociaux d'hier ont été des fondateurs. Ils ont milité pour une prise en compte de l'action sociale et une intervention intense des pouvoirs publics. Ils ont connu des périodes leur permettant une marge de créativité et d'autonomie importante. Ils ont été tout à la fois des professionnels et des représentants d'usagers. Leur action a eu pour base une dimension collective forte, développant une forte affiliation et un fort sentiment d'appartenance. Le travailleur social d'aujourd'hui agit dans une situation bien différente : ce sont ces différences qui engendrent les écarts et interrogent sans doute le «sens» du travail. Les publics n'ont pas beaucoup changé si l'on excepte - et ce n'est pas anodin - l'apparition du vieillissement comme question sociale.

Présentation de l'éditeur :

L'évolution récente (2002-2012), dans un environnement néolibéral, du champ social et médico-social est caractérisée par l'installation, dans les esprits comme dans les faits, d'exigences gestionnaires et de logiques de performance. Celles-ci risquent - avec les développements de l'évaluation des pratiques et leur traduction en termes de normes, de résultats et/ou de scores - d'entraîner une perte de sens et un sentiment d'usure chez les professionnels du travail social. Dans une approche aussi critique que constructive, les contributions réunies par le Comité scientifique de l'éthique, des pratiques professionnelles et de l'évaluation du GEPSo analysent ces tensions dans une perspective interdisciplinaire avec deux questions majeures : comment qualifier de performantes des pratiques en travail social ? Comment les mots et les maux associés à la performance impactent-ils aujourd'hui ce champ professionnel et ses usagers ?

Avec la contribution de : Nicolas Amadio, Jacques Bergeret, Couty Bernard, Naouële Bouterfas, Jean Briens, Denis Burel, Michel Chauvière, Jean-Marie Clément, Pierre Delor, Pascale Desrumaux, Dominique Fablet, Isabelle Gavillet, Hervé Heinry, Gilles Henry, Marcel Jaeger, Myriam Klinger, Michel Legros, Dominique Pené, Michèle Pondaven, Patrick Rousseau, Bénédicte de Rugy.

Sous la direction de : Vincent Meyer

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Gepso
Edité par LES ETUDES HOSPITALIERES (2012)
ISBN 10 : 2848744049 ISBN 13 : 9782848744049
Neuf(s) Paperback Quantité : 2
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre LES ETUDES HOSPITALIERES, 2012. Paperback. État : NEUF. L'évolution récente (2002-2012), dans un environnement néolibéral, du champ social et médico-social est caractérisée par l'installation, dans les esprits comme dans les faits, d'exigences gestionnaires et de logiques de performance. Celles-ci risquent - avec les développements de l'évaluation des pratiques et leur traduction en termes de normes, de résultats et/ou de scores - d'entraîner une perte de sens et un sentiment d'usure chez les professionnels du travail social. Dans une approche aussi critique que constructive, les contributions réunies par le Comité scientifique de l'éthique, des pratiques professionnelles et de l'évaluation du GEPSo analysent ces tensions dans une perspective interdisciplinaire avec deux questions majeures : com ment qualifier de performantes des pratiques en travail social ? Comment les mots et les maux associés à la performance impactent-ils au jourd'hui ce champ professionnel et ses usagers ? - Nombre de page(s) : 264 - Poids : 999g - Genre : Droit du travail et social. N° de réf. du libraire N9782848744049

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 42
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 2,99
Vers France
Destinations, frais et délais