Joyce Carol Oates Maudits

ISBN 13 : 9782848764221

Maudits

Note moyenne 3,12
( 3 811 avis fournis par GoodReads )
 
9782848764221: Maudits

Jusqu'alors un havre de savoir, paisible autant que réputé, Princeton est encore en ce mois de juin 1905, une communauté anglo-saxonne riche et privilégiée sous tous les rapports. Mais ce matin-là, à l'heure même de son mariage, au pied de l'autel, Annabel Slade, fille et petite-fille d'une des grandes familles des lieux, est enlevée par un homme étrange, vaguement européen, plus ou moins prince et qui, en fait pourrait bien être le Diable en personne. Et Princeton ne sera plus jamais comme avant. L'affaire plonge non seulement les Slade dans la honte et le désespoir, mais elle révèle l'existence d'une série d'événements surnaturels qui, depuis plusieurs semaines, hante les habitants de la ville et ses sinistres landes voisines. Habitants parmi lesquels on compte Grover Cleveland (qui vient juste de terminer son second mandat à la Maison Blanche), Woodrow Wilson, président de l'Université, un individu compliqué obsédé par l'idée du pouvoir, ou encore le jeune socialiste Upton Sinclair et son ami Jack London, sans oublier le plus célèbre des écrivains/buveurs/fumeurs de l'époque, Samuel Clempens-Mark Twain, tous victimes de visions maléfiques. La noirceur règne parmi ces personnages formidables que Josiah, le frère d'Annabel, décidé à la retrouver, va croiser au cours de cette chronique d'une puissante et curieuse malédiction : car le Diable est vraiment entré dans la petite ville et personne n'est épargné... à part le lecteur à qui est offerte avec ces Maudits une fascinante étude des moeurs et de l'histoire politiques des Etats-Unis au xixe siècle.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Note de l'auteur

Un événement entre dans l'«histoire» lorsqu'il est consigné. Mais il peut y avoir des histoires multiples et contradictoires ; comme sont multiples et contradictoires les récits des témoins oculaires.
Dans cette chronique relatant les événements mystérieux, et apparemment liés, qui se produisirent à Princeton et dans ses environs entre 1900 et 1910, ces «histoires» ont été condensées en une «histoire» unique, de même que l'espace de dix années a été condensé, pour des raisons d'unité esthétique, sur une période d'environ quatorze mois, allant de 1905 à 1906.
Je sais qu'un historien se doit d'être «objectif» - mais cette chronique me tient si passionnément à coeur, je suis si impatient d'exposer à un nouveau siècle de lecteurs certaines révélations concernant une série d'événements tragiques survenus dans le centre du New Jersey à l'orée du xxe siècle, qu'il m'est très difficile de garder le calme seyant à un érudit. Voilà longtemps que me consternent les histoires indigentes que l'on a écrites sur cette période de l'histoire de Princeton - Le Mystère inexpliqué de la Malédiction de Crosswicks : nouvelle enquête (1949) de Q. T. Hollinger, par exemple, un compendium de vérités, de demi-vérités et de pures inventions, publié par un historien amateur de la région qui prétendait corriger les erreurs les plus flagrantes d'historiens précédents (Tite, Birdseye, Worthing et Croft-Crooke) ; et Meurtres vampiriques dans le Princeton d'autrefois (1938), un best-seller en son temps, oeuvre d'un auteur «anonyme» (réputé habiter le quartier du West End, à Princeton), exploitant éhontément le côté superficiel et «sensationnel» de la Malédiction au détriment de ses aspects moins évidents et plus subtils - à savoir psychologiques, moraux et spirituels.
Il me paraît gênant d'exposer ici, de but en blanc, au tout début de ma chronique, ce qui me qualifie particulièrement pour entreprendre ce projet téméraire. Je mentionnerai donc seulement que, à l'instar de plusieurs personnages clés de cette chronique, je suis diplômé de l'université de Princeton (promotion 1927). J'ai longtemps été un enfant de cette ville, où je suis né en février 1906, et j'ai été baptisé dans la première église presbytérienne ; je descends de deux des plus anciennes familles de Princeton, les Strachan et les van Dyck; nous avions pour maison familiale cette austère demeure en pierre de style normand du 87, Hodge Road - laquelle appartient aujourd'hui à des inconnus au nom en - stein, qui, paraît-il, l'ont sauvagement «évidée» pour la «rénover» dans un style «plus moderne». (Excusez cette intercalation ! Un moment d'emportement plus esthétique et moral qu'émotionnel, dont je promets qu'il ne se reproduira pas.) Ainsi, quoique très jeune dans les temps qui suivirent l'époque «maudite», j'ai grandi à Princeton dans un moment où l'on parlait souvent, avec étonnement et terreur, de ces mystères tragiques ; et où la démission forcée de Woodrow Wilson, en 1910, de son poste de président de l'université suscitait encore regrets et plaisanteries malveillantes.
Grâce à ces liens, et à d'autres, j'ai eu connaissance de nombreux documents inaccessibles à d'autres historiens, tels que le journal codé, secret et scandaleux, de l'invalide Adélaïde McLean Burr, les lettres personnelles intimes (assez scandaleuses, elles aussi) de Woodrow Wilson à son épouse bien-aimée, ou les divagations hallucinées des petits-enfants «maudits» de Winslow Slade. (Todd Slade a été l'un de mes camarades d'école plus âgés à la Princeton Academy, que je ne connaissais que de vue.) J'ai également pu consulter de nombreux autres papiers personnels - lettres, agendas, journaux -auxquels aucun étranger n'avait eu accès. De surcroît, j'ai eu le privilège de consulter les Manuscrits et Collections spéciales de la bibliothèque Firestone de l'université de Princeton. (Si je ne peux me vanter d'avoir épluché les cinq tonnes légendaires de documents mises à la disposition du premier biographe de Woodrow Wilson, Ray Stannard Baker, je suis certain d'en avoir étudié attentivement au moins une tonne.) J'espère ne pas paraître présomptueux en affirmant que, de toutes les personnes en vie - aujourd'hui - aucune ne détient autant d'informations que moi sur la nature privée, et publique, de la Malédiction.
(...)

Présentation de l'éditeur :

Jusqu'alors havre de savoir, paisible autant que réputé, Princeton est encore, en ce mois de juin 1905, une communauté anglo-saxonne riche et privilégiée sous tous les rapports. Mais ce matin-là, à l'heure même de son mariage, au pied de l'autel, Annabel Slade, fille d'une grande famille des lieux, est enlevée par un homme étrange, vaguement européen, qui, en fait, pourrait bien être le Diable en personne. Et Princeton ne sera plus jamais comme avant. L'affaire plonge non seulement les Slade dans la honte et le désespoir, mais elle révèle l'existence d'une série d'événements surnaturels qui, depuis plusieurs semaines, hantent les habitants de la ville et ses sinistres landes voisines. Habitants parmi lesquels on compte Woodrow Wilson, président de l'Université, obsédé par l'idée du pouvoir, ou encore le jeune socialiste Upton Sinclair et son ami Jack London, sans oublier le plus célèbre des écrivains/buveurs/fumeurs de l'époque, Samuel Clemens-Mark Twain, tous victimes de visions maléfiques.
La noirceur règne parmi ces personnages formidables que Josiah, le frère d'Annabel, décidé à la retrouver, va croiser au cours de cette chronique d'une puissante et curieuse malédiction : car le Diable est vraiment entré dans la petite ville et personne n'est épargné... à part le lecteur à qui est offerte avec ces Maudits une fascinante étude de l'histoire et des moeurs des États-Unis au début du XXe siècle.

Membre de l'Académie américaine des arts et des lettres, professeur de littérature à Princeton, titulaire de multiples et prestigieuses récompenses littéraires (dont le prix Femina étranger en 2005 pour Les Chutes,), Joyce Carol Oates occupe depuis longtemps une place au tout premier rang des écrivains contemporains.

«Spectaculaire... Maudits est un extravagant chef-d'oeuvre que seule Joyce Carol Oates pouvait créer.»
The Washington Post

«Peut-être le meilleur roman gothique post-moderne [...]. C'est dense, stimulant provocateur, terrifiant, drôle et peuplé de cinglés. Vous devez le lire. [... ] Jamais la prose hypnotique de Oates n'a été mieux déployée.»
Stephen King, The New York Times Book Review

«C'est un sort puissant que jette Oates. Vous ne fermerez Maudits que pour vouloir le relire à nouveau d'un bout à l'autre.»
People

«Un récit unique qui fonctionne sur plusieurs niveaux : un monstre de livre, totalement surprenant du commencement à la fin, passionnant, captivant, à l'écriture qui crépite d'énergie et pétille d'esprit.»
The New York Review of Books

«Une riche et brûlante fusion de faits historiques, de mystère surnaturel et de commentaire social malicieux... Un "remix" littéraire diaboliquement captivant et subversif.»
Booklist

«Si vous avez à choisir un livre de cet auteur prolifique, prenez celui-ci.»
The Sunday Times

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Joyce Carol Oates
Edité par REY
ISBN 10 : 2848764228 ISBN 13 : 9782848764221
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre REY. Paperback. État : NEW. REY (09/10/2014) Weight: 918g. / 2.02 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782848764221

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Joyce Carol Oates
Edité par Philippe Rey (2014)
ISBN 10 : 2848764228 ISBN 13 : 9782848764221
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Philippe Rey, 2014. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782848764221

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

Joyce Carol Oates
Edité par Philippe Rey
ISBN 10 : 2848764228 ISBN 13 : 9782848764221
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Philippe Rey. Paperback. État : Brand New. In Stock. N° de réf. du libraire zk2848764228

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 37,44
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 7,16
De Royaume-Uni vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais