Le Discours contre les évêques : Politique et controverse en Norvège vers 1200

 
9782859447342: Le Discours contre les évêques : Politique et controverse en Norvège vers 1200
Extrait :

Extrait de la préface de Martin Aurell, Professeur d'histoire médiévale Université de Poitiers

L'histoire médiévale des pays Scandinaves, situés à la périphérie septentrionale de l'Europe et entrés assez tardivement dans le concert des royaumes d'Occident, reste peu connue en France du grand public, voire des moins profanes médiévistes. Elle est néanmoins des plus éclairante pour qui souhaite réfléchir sur le fonctionnement des sociétés médiévales et les systèmes de valeur qui les régissaient. Il est vrai que les sociétés nordiques, notamment en Norvège, présentent des caractères originaux : composée largement de paysans libres propriétaires de leur terre, siégeant au ping, l'assemblée délibérative de chaque canton, et portant, si besoin, les armes, la société norvégienne ne ressentit que faiblement l'impact d'institutions qui modelèrent nombre de pays plus méridionaux, comme la seigneurie, la châtellenie, la féodalité, le patrilignage. De plus, une riche littérature en langue vernaculaire - poésie scaldique et textes en prose - a préservé une culture qui plonge ses racines dans les temps antérieurs à la christianisation et qui a fait de tout temps la fierté des Norvégiens.
Bien des sagas médiévales, évoquant soit les temps païens soit des événements contemporains à leurs auteurs, ont fait récemment l'objet de traductions françaises. On ne saurait en dire autant des traités politiques, qui présentent pourtant un intérêt majeur. Écrit dans les années 1240-1260 à la cour du roi Hákon IV de Norvège, le long Konungs skuggsjá (Miroir au Prince) est certes accessible, depuis 1997, dans notre langue. Tel n'était pas le cas jusqu'à aujourd'hui du Discours contre les évêques, antérieur au Miroir, qui s'en inspire en partie. Remercions donc vivement David Brégaint, doctorant à l'université de Trondheim, le professeur Jan Ragnar Hagland de la même institution et Stéphane Coviaux, agrégé et docteur en histoire, d'avoir su mettre à la portée d'un public francophone cette traduction claire et précise, en vis-à-vis du texte original, établi avec soin, et de les avoir introduits d'une étude complète, érudite et profonde.
Le titre du Discours contre les évêques est significatif. Composé en 1198 ou 1199, ce pamphlet est précieux pour approfondir la controverse politique par excellence du Moyen Age occidental, celle qui opposa l'Empire au Sacerdoce, le césaropapisme à la théocratie et la royauté à l'épiscopat. Il nous renseigne en particulier sur la nature de la littérature polémique, leitmotiv de l'introduction du présent ouvrage. Il appartient, en effet, à la même catégorie des libelli de lite, composés dans l'Empire romano-germanique au cours de la querelle des investitures par les partisans de l'Empereur et par leurs ennemis favorables au pape, ou des bulles et des lettres que Frédéric II Hohenstaufen et Innocent IV échangèrent de façon polémique au plus fort de leur conflit. Le Discours présente, cependant, une différence de taille. Il n'est pas rédigé en latin, mais en vieux norrois, la langue vernaculaire compréhensible de tous. Il semble donc destiné à être lu à haute voix, à l'occasion des assemblées délibératives ou sur les parvis des églises. En cela, comme lorsqu'il use d'une rhétorique empruntée à l'éloquence orale traditionnelle, son auteur anonyme puise à la tradition norvégienne. Il ne dédaigne pas pour autant l'autorité que dégage le latin, langue dans laquelle il cite le Nouveau Testament, les Pères de l'Église et des décisions conciliaires, rassemblés pour la plupart dans le Décret de Gratien, la grande compilation canonique établie autour de 1140. Il les traduit néanmoins au coup par coup, en déformant au passage leur sens dans un but ouvertement partisan.

Présentation de l'éditeur :

Excommunié par le pape, menacé par la rébellion d'un certain nombre de ses sujets et par la sécession d'une bonne partie des évêques de Norvège, le roi Sverrir (1177-1202) mobilisa ses lettrés au service de sa cause. Telle est l'origine du texte intitulé par convention Discours contre les évêques. Pamphlet anticlérical au ton souvent acerbe, émaillé de citations du Décret de Gratien traduites en vieux norvégien au prix de nombreuses altérations sans doute volontaires, ce texte défend tout à la fois la légitimité du roi et les droits qu'il estime avoir sur l'Église de Norvège, à rebours des libertés que les partisans de la réforme grégorienne avaient voulu garantir à cette dernière au milieu du XIIe siècle. Le Discours contre les évêques s'inscrit ainsi pleinement dans la tradition européenne des libelli de lite, emblématiques des luttes entre sacerdotium et regnum au Moyen Âge. Il manifeste clairement l'intégration de la Norvège de la fin du XIIe siècle à l'Occident chrétien tout en révélant un certain nombre de spécificités qui font de lui l'expression de la culture politique de cette partie occidentale de la Scandinavie médiévale.

La traduction du Discours contre les évêques, accompagnée du texte original, entend présenter et rendre accessible au plus grand nombre un texte appartenant à un genre inattendu dès lors qu'il s'agit de la Norvège médiévale. En effet, il ne s'agit pas d'une saga mais bien d'un traité politique, qui révèle la richesse insoupçonnée de l'héritage littéraire de ce royaume Scandinave.

David Brégaint est doctorant en histoire médiévale à l'université de Trondheim (Norvège). Il consacre ses recherches à la communication et à l'idéologie royale en Norvège aux XIIe et XIIIe siècles.

Stéphane Coviaux est docteur en histoire médiévale de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et enseigne en classes préparatoires à Poitiers. Ses recherches portent sur la christianisation de la Norvège médiévale, l'histoire des évêques norvégiens et la vie religieuse de la Scandinavie du Moyen Âge.

Jan Ragnar Hagland est professeur en langue nordique à l'université de Trondheim (Norvège). Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la langue dans l'administration royale, les inscriptions runiques et la culture écrite dans la Norvège médiévale.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

BREGAINT
Edité par PUB SORBONNE
ISBN 10 : 2859447342 ISBN 13 : 9782859447342
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre PUB SORBONNE. Paperback. État : NEW. PUB SORBONNE (28/03/2013) Weight: 192g. / 0.42 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782859447342

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

David Brégaint; Jan Ragnar Hagland; Stéphane Coviaux
ISBN 10 : 2859447342 ISBN 13 : 9782859447342
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828594473420000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 35,71
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

David Brégaint; Jan Ragnar Hagland; Stéphane Coviaux
Edité par Publications de la Sorbonne (2013)
ISBN 10 : 2859447342 ISBN 13 : 9782859447342
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Publications de la Sorbonne, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782859447342

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 25
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais